Théâtre Mogador
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Photo de la façade du Théâtre Mogador
Le théâtre Mogador : façade
Photo de l'entrée du Théâtre Mogador
Le théâtre Mogador : entrée au 25, rue de Mogador

Le Théâtre Mogador, fondé en 1913, est une salle de spectacles parisienne située dans le 9e arrondissement. Elle peut accueillir 1 860 personnes, sur trois étages.

La salle est créée par un financier britannique, Sir Alfred Butt, qui la construit sur le modèle du Palace, music-hall londonien édifié par Bertie Crewe. C'est l'architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture...) français Édouard Niermans qui suit les travaux. La salle se nomme d'abord le Palace Theatre puis prend le nom de Mogador (l'ancien nom de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par...) d'Essaouira au Maroc). Elle est inaugurée en avril 1919 par le futur président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt.

Au cours des années 1920, la salle accueille les Ballets russes de Diaghilev et, en séances d'après-midi, les « Thés Mogador », des après-midi musicaux. La décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix » et annus « année.) suivante, c'est Mistinguett qui y connaîtra le succès, notamment avec son spectacle « ça, c'est parisien ».

La salle, consacrée aux opérettes, revues, comédies musicales depuis les années 1930. Les frères Isola y créent de nombreux succès comme No, No, Nanette, Rose-Marie et L'Auberge du Cheval-Blanc. En 1941, Henri Varna, également directeur du Casino de Paris (Le Casino de Paris est une salle de spectacle parisienne, située au 16, rue de Clichy dans le IXe arrondissement.), prend possession du théâtre et y produit des opérettes à grand spectacle qui vont faire la renommée internationale de la salle : Violettes Impériales, Les Amants de Venise, Naples au baiser de feu ou Michel Strogoff ainsi que les multiples reprises de la Veuve Joyeuse avec des artistes de haut vol comme Georie Boué de l'opéra de Paris (L’Opéra de Paris désigne une institution publique parisienne produisant et représentant des œuvres lyriques et des ballets dans ses deux salles : l'Opéra Garnier et l'Opéra Bastille....), Jacques Jansen, Marcel Merkès, Paulette Merval, Tino Rossi. À la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) du directeur, en 1969, le Théâtre Mogador devient le Théâtre Henri-Varna-Mogador. La direction d'Hèlène Martini renouvelle le genre avec des spectacles comme Monsieur Pompadour et Hello Dolly.

La salle accueille aussi des concerts à partir des années 1990. Higelin y avait déjà tenu l'affiche durant l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.) 1980 /1981, pour une série de concerts mémorables.

Le Théâtre Mogador a accueilli la cérémonie des Molières en 2002, 2003, 2005 et 2006.

En 2005, le lieu est racheté par le Groupe Stage (Un stage est le plus souvent une période de formation, d'apprentissage ou de perfectionnement qui dure quelques jours à plusieurs mois dans un lieu adapté :) Entertainment.

Quelques spectacles joués à Mogador

  • Les Ballets russes (1920)

Direction : Maurice Lehmann

  • Balalaïka (1938)

Direction : Les frères Isola

  • No, No, Nanette (années 1930)
  • Rose-Marie (1930)
  • Orphée aux enfers avec Lucien Muratore et Max Dearly
  • La Vie parisienne
  • L'Auberge du Cheval blanc (Le blanc est la couleur d'un corps chauffé à environ 5 000 °C (voir l'article Corps noir). C'est la sensation visuelle obtenue avec un...) (1932) avec Gabrielle Risstory, Milton
  • Ça c'est parisien (1937)

Direction : Noël Marcellin

  • Le Marchand de soleil (1969) avec Tino Rossi
  • Rose-Marie (1970) avec Bernard Sinclair et Angelina Christie
  • Viva Napoli (1970) avec Rudy Hirigoyen et Angelina Christie

Direction : Henri Varna

  • La Veuve joyeuse (1942) avec Jeanne Aubert
  • La Mascotte (1944)
  • Rêve de valse (1947) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • Violettes Impériales (1947) avec Marcel Merkès et Linda Walls›
  • La Danseuse aux Étoiles (1948) avec Jean Chesnel et Mart Labahr
  • La Belle de New-York (1950) avec Marina Hotine
  • La Veuve Joyeuse (1950) avec Marcel Merkès et Marina Hotine
  • Les Amants de Venise (1951) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • Les Amours de Don Juan (1955) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • Naples au baiser de feu (1957) avec Tino Rossi
  • Sissi (1959)
  • La Belle Hélène (1960) avec Géori Boué
  • Violettes impériales (1961) avec Marcel Merkès
  • La Veuve Joyeuse (1962) avec Géori Boué et Jacques Luccioni
  • Rêve de valse (1962) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • Rose-Marie (1963) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • Michel Strogoff (1964) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
  • No, No, Nanette (1966) avec Cathie Albert
  • La Danseuse aux étoiles (1966) avec Bernard Sinclair et Tessa Beaumont
  • Vienne chante et danse (1967) avec Marcel Merkès et Paulette Merval
Page générée en 0.008 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique