Sellafield
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Le site de Sellafield donne sur la mer

Le site de Sellafield est le principal complexe de la filière électronucléaire britannique. Initialement nommé Windscale, il a été rebaptisé Sellafield (Le site de Sellafield est le principal complexe de la filière électronucléaire britannique. Initialement nommé Windscale, il a été rebaptisé Sellafield à la suite d'un grave accident dans...) à la suite d'un grave accident dans l'un de ses réacteurs. Situé sur la côte de la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) d'Irlande dans le comté de Cumbrie au nord-ouest (Le nord-ouest est la direction entre les points cardinaux nord et ouest. Le nord-ouest est opposé au sud-est.) de l'Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est de loin la plus peuplée, avec...), il comprend aujourd'hui 400 bâtiments répartis sur 10 km² et emploie environ 10 000 personnes.

Ce site abrite plusieurs installations :

  • une première usine de traitement du combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique...) usé ouverte de 1951 à 1964, l'unité B204
  • un réacteur (Un réacteur peut désigner :) du type graphite gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de volume propre : un gaz tend à occuper...) accidenté en 1957 et son frère jumeau (Littéralement, le terme jumeau se réfère à tous les individus (ou l'un de ceux-ci) qui ont partagé le même utérus et qui sont nés le même jour. Les triplés (ou quadruplés) sont...), les piles Windscale
  • le WAGR (Windscale Advanced Gas-cooled Reactor), exploité de 1963 à 1981, qui est un prototype des réacteurs AGR (Advanced Gas-cooled Reactor)
  • une usine de traitement du combustible des réacteurs Magnox, l'unité B205
  • une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde...) usine de traitement des combustibles et d'entreposage des déchets hautement radioactifs, ouverte en 1985, impliquée dans l'accident de 2005, l'unité B570 Thorp.
  • l'usine Sellafield Mox Plant (SMP) ouverte en 1997 pour produire du combustible MOX (Le Combustible MOX (abréviation de mixed oxide) est un combustible nucléaire fabriqué à partir du plutonium et de l'uranium appauvri. Le terme MOX est l'abréviation de : "Mélange d'OXydes". Le combustible MOX...),
  • les quatre réacteurs Magnox de Calder Hall définitivement arrêtés en 2003,
  • d'autres usines à vocation militaire.

Le site est, entre autres, exploité par le British Nuclear Group (la branche démantèlement de British Nuclear Fuels, BNFL).

Origine

Les deux premières usines sur le site furent construites en 1940 pour fabriquer des explosifs, avant que le site ne soit choisi comme site de production nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) en 1947. Le site a été choisi pour fournir la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état...) première des armes nucléaire britannique, le plutonium (Le plutonium est un métal lourd de symbole chimique Pu et de numéro atomique 94, très dense — approximativement 1,74 fois plus lourd que le plomb — radioactif et toxique,...). Il commence avec la construction de B204 en 1947, puis B205 en 1964. Au fil des ans, d'autres usines viendront s'y ajouter, comme les piles Windscale pour la production de plutonium d'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) militaire en 1952, une centrale de 200 MW en 1956, des surfaces de stockage pour les déchets nucléaires qui s'accumulent, etc.

Accidents nucléaires

Le complexe de Windscale/Sellafield a été lieu de plusieurs accidents nucléaires, notamment en 1957 et en avril 2005. Il est considéré comme le site le plus radioactif d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent...) occidentale.

Accident de 1957

L'accident se produit dans l'un des réacteurs graphite gaz à uranium (L'uranium est un élément chimique de symbole U et de numéro atomique 92. C'est un élément naturel assez fréquent : plus abondant que l'argent, autant que le molybdène ou l'arsenic,...) naturel du site. Lors d'une opération d'entretien du graphite, un incendie se produit et dure plusieurs jours, pendant lesquels des produits de fission, essentiellement 740 téra-becquerels (740 mille milliards de becquerels) d'iode (L'iode est un élément chimique de la famille des halogènes, de symbole I et de numéro atomique 53.) 131, sont rejetés à l'extérieur. Le nuage (Un nuage est une grande quantité de gouttelettes d’eau (ou de cristaux de glace) en suspension dans l’atmosphère. L’aspect d'un nuage dépend de la lumière qu’il...) radioactif parcourt ensuite l'Angleterre, porté par les vents, puis touche le continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens propre, ce terme désigne une...) sans que la population ne soit avertie. L'accident de Windscale se classe au niveau 5 sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES). Voir Liste des accidents nucléaires (Cette liste des accidents nucléaires recense les accidents connus impliquant du matériel nucléaire (voir Accident nucléaire). Dans certains cas, ces accidents ont causé des morts ou des blessés par contamination...) d'exploitation civile des années 1950.

Après cet accident, Windscale est débaptisé et devient Sellafield.

Accident de 2005

Wikinews-logo.svg

Wikinews propose des actualités concernant « Fuite de déchets nucléaires à l'usine de traitement de Sellafield, en Grande-Bretagne ».

Le 19 avril 2005, 83 000 litres de matière radioactive furent découverts dans une pièce en béton armé (Le béton armé est un matériau composite constitué de béton et d'acier qui allie la résistance à la compression du...) (conçue afin de recueillir les fuites) à l’usine de traitement de Thorp suite à une fuite dans une canalisation (Une canalisation, ou un pipeline (de l'anglais) est une conduite destinée à l'acheminement de matières gazeuses, liquides, solides ou...). Étant donné la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) de 200 kg de plutonium présente, il y avait un risque élevé de déclenchement d'un accident de criticité (Un accident de criticité désigne un accident nucléaire provoqué par une réaction nucléaire en chaîne involontaire et incontrôlée dans un combustible nucléaire fissile comme l'uranium ou le plutonium. Cet événement,...).

L'enquête a montré que cela faisait probablement 9 mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) que la fuite avait commencé : une incohérence entre la quantité et le poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à...) de matière entrant et sortant du système de traitement ayant été notée pour la première fois en août 2004, mais n’a pas été transmise au gestionnaire approprié. Par la suite, l’augmentation de la température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie...) et la découverte de liquide (La phase liquide est un état de la matière. Sous cette forme, la matière est facilement déformable mais difficilement compressible.) radioactif dans le puisard (Un puisard est un système de drainage.) indiquèrent aussi un problème, mais cela fut ignoré. L’épanchement ne fut formellement détecté qu’après un autre audit qui suggéra que de la matière manquait, amenant les opérateurs au bout de quelques jours à envoyer une caméra (Le terme caméra est issu du latin : chambre, pour chambre photographique. Il désigne un appareil de prise de vues animées, pour le cinéma, la télévision ou la vidéo.) robotisée sur la canalisation défectueuse afin de mesurer le volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) du liquide dans le puisard.

L'usine THORP a été fermée jusqu'en juillet 2007 où l'une des cuves a été remise en service, avec des recommandations de l'autorité de sûreté. Un rapport de 28 pages a été publié et mis en ligne, concluant l'enquête demandée par l'autorité de sureté britannique (HSE/ND). Les gestionnaires responsables ont été sanctionnés. Un audit interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable selon le "Diplôme...) a été fait par l'entreprise BNFL qui a plaidé coupable lors de son procès et a dû payer trois amendes imposées le 16 octobre 2006 par la cour royale de Carlisle, pour non-respect de trois autorisations concernant respectivement la « sûreté, les mécanismes, appareils et circuits », les « instructions opératoires » et les « fuites et pertes de matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) radioactifs ou de déchets radioactifs » (soit au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En...) 500 000 £ d'amendes plus environ 68 000 £ de procédures).
Quelques 19 tonnes d’uranium et 160 kilogrammes (Le kilogramme (symbole kg) est l’unité de masse du Système international d'unités (SI).) de plutonium (sur 200 kg selon l'IRSN) dissous dans de l’acide nitrique ont été pompés du puisard dans un réservoir hors de l’usine désormais fermée de Thorp. Les niveaux de radiation (Le rayonnement est un transfert d'énergie sous forme d'ondes ou de particules, qui peut se produire par rayonnement électromagnétique (par exemple : infrarouge) ou...) dans le réservoir empêche toute entrée d’humains et la réparation de la fuite par un robot (Un robot est un dispositif mécatronique (alliant mécanique, électronique et informatique) accomplissant automatiquement soit des tâches qui sont...) serait trop difficile. Les responsables envisagent un détournement afin d’éviter le réservoir pour continuer l’exploitation. Selon l’exploitant le niveau de criticité n'aurait pas pu être atteint durant le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) où la solution a été présente au fond du bâtiment abritant les cuves.

Selon les experts français de l'IRSN, il semble qu’un "excès de confiance" dans la conception de l’usine et qu’une culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) de sûreté insuffisante soient à l’origine de ces défaillances." Ils ont classé cet accident au « niveau 3 » de l'échelle INES. Côté français, suite à ce retour d'expérience et à deux "pertes d'étanchéité (L'étanchéité est le résultat de l'interdiction d'un passage. Ce terme général peut être compris dans de nombreux domaines.)" survenues en 1997 dans l'ex-usine UP2-400 et en 2001 dans son usine UP2-800, AREVA (Areva est un groupe industriel français spécialisé dans les métiers de l'énergie. Cette entreprise est présente au niveau international avec un réseau...) a dû mettre à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du...) dans son usine de La Hague (usines UP3 et UP2-800) ses procédures de sécurité. En particulier des contrôles visuels périodiques seront faits pour parer au risque des fuites de matière radioactive pulvérulente, ou liquide et susceptible de cristalliser ou s'évaporer en raison d'une forte ventilation, d'une paroi ou d'un substrat chaud ou d'une surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique,...) d’étalement assez vaste pour que la solution puisse s'évaporer ; ces types de fuites n'étant pas nécessairement détectés par les systèmes situés en fond de léchefritte ou de puisard. En octobre 2007, l'INRS a précisé que des moyens de surveillance vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non...) et des appareils de mesure neutronique ont été ajoutés au dispositif existant.

Page générée en 0.270 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique