Pierre-Gilles de Gennes - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Pierre-Gilles de Gennes
Pierre-Gilles de Gennes
Naissance 24 octobre 1932
Paris (France)
Décès 18 mai 2007
Orsay (France)
Nationalité France Française
Champs Physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et...)
Institution Collège de France (Le Collège de France, situé au no 11 place Marcelin-Berthelot dans le quartier latin de Paris (Ve arrondissement), est un grand établissement...), ESPCI, université Paris-Sud 11 (L'université Paris-Sud 11 est une université française créée le 1er janvier 1971 et située sur les départements de l'Essonne, des...)
Diplômé ENS
Distinctions Prix Nobel de physique (Le prix Nobel de physique est une récompense gérée par la Fondation Nobel, selon les dernières volontés du testament du chimiste Alfred Nobel. Il récompense des figures scientifiques éminentes...) 1991
Prix Wolf (Les prix Wolf sont officiellement attribués tous les ans en Israël par la Fondation Wolf depuis 1978. Cinq ou six prix sont décernés à des artistes et...) 1990
Médaille d'or du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français...) 1980
Prix Holweck 1968

Pierre-Gilles de Gennes (24 octobre 1932 à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...) - 18 mai 2007 à Orsay, France) est un physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la science analysant les constituants fondamentaux de l'univers et les forces qui les relient. Le mot physicien dérive du...) français.

Il a reçu le prix Nobel de physique de 1991 pour ses travaux sur les cristaux liquides (Un cristal liquide est un état de la matière qui combine des propriétés d'un liquide conventionnel et celles d'un solide cristallisé. On exprime son état par le terme de mésophase.) et les polymères. Ses contributions ont inspiré et généré de très nombreuses études relevant tant de la physique et de la physico-chimie fondamentales que des sciences appliquées.

Ses jeunes années

Enfance à la montagne (Une montagne est une structure topographique significative en relief positif, située à la surface d'astres de type tellurique (planète tellurique, satellites comme la Lune), et faisant généralement...)

Il naît à Paris d'un père médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les...) et d'une mère infirmière, est orphelin de père à l'âge de 9 ans et passe son enfance à Barcelonnette dans les Alpes-de-Haute-Provence pour traitement pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre Pulmonaria. Elles doivent leur nom au fait que, selon les Romains, leur...). Sa mère assure son éducation et sa scolarité à la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être...) jusqu'à l'âge de onze ans.

De Barcelonnette à Bristol

À treize ans, Pierre-Gilles de Gennes part pour Bristol pour apprendre l'anglais. C'est là qu'il s'initie à la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large....) en rencontrant le physicien des particules Giuseppe Occhialini. À propos de cette rencontre, il raconte :

« Un ami de ma mère m'avait recommandé à un professeur. Je me souviens d'être monté dans une grande tour en faux gothique. J'ai trouvé un monsieur qui regardait, dans l'obscurité, des photos de dix mètres de long. C'était un physicien italien du nom d'Occhialini. Il m'a expliqué que les photos représentaient des trajectoires de particules. Je l'ai revu beaucoup plus tard. Il avait complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la quantité...) oublié ce marmouset qu'il avait initié à la physique des hautes énergies. »

Années d'études

Pierre-Gilles de Gennes a suivi une formation de haut niveau. Il entre au lycée Saint-Louis où il prépare les concours d'entrée aux grandes écoles. Il suit les cours d'une classe préparatoire où l'on enseigne, outre les mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les...) et la physique, la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre...). En 1951, il intègre l'École normale supérieure où il rencontre trois physiciens de renom : Yves Rocard (Yves Rocard, né à Vannes le 22 mai 1903 et mort à Paris le 16 mars 1992, est physicien français. Il est le père de Michel Rocard.), Alfred Kastler (Alfred Kastler (3 mai 1902 à Guebwiller, Alsace, France - 7 janvier 1984 à Bandol, France) est un physicien français (alsacien) qui a reçu le prix Nobel de...) et Pierre Aigrain. En 1953, il participe à l'École d'été de physique théorique (La physique théorique est la branche de la physique qui étudie l’aspect théorique des lois physiques et en développe le formalisme mathématique.) des Houches, qu'il n'oubliera pas :

« Le soir, devant la cheminée (Une cheminée (lat. caminus) est un conduit vertical aménagé dans un bâtiment, (un véhicule), pour évacuer les gaz et fumées...), nous retrouvions Shockley, l'un des inventeurs du transistor, qui venait raconter des histoires (Les Histoires ou l'Enquête (en grec ancien Ἱστορίαι / Historíai) sont la seule œuvre connue de l'historien grec Hérodote....) [...] Elles nous faisaient tous bien rire [...] Les jeunes étudiants que nous étions alors se trouvaient ainsi confrontés, subitement, aux grands fondateurs de la science contemporaine [...] sans organisation (Une organisation est) règlementaire comme c'est le cas actuellement. »

Il obtient son agrégation de physique en 1955.

Travaux

Il poursuit des travaux remarquables sur les phénomènes d'ordre dans des milieux complexes. L'importance de ces travaux lui vaudra d'être nommé Membre de l'Académie des sciences (Une académie des sciences est une société savante dont le rôle est de promouvoir la recherche scientifique en réunissant certains des chercheurs les plus éminents, en tenant...) en 1979 et d'être reconnu comme l'un des pionniers de ce que lui-même désigne souvent comme la physico-chimie de la matière molle (La matière molle rassemble des états de la matière ou des matériaux connaissant une réponse forte pour un très faible signal de commande. Par...). En 1980, il reçoit la médaille d'or du CNRS. Ses contributions marquantes dans des domaines très variés (magnétisme, supraconductivité (La supraconductivité (ou supraconduction) est un phénomène caractérisé par l'absence de résistance électrique et l'annulation du champ magnétique...), cristaux liquides, polymères, mouillage etc.) lui ont valu le prix Nobel de physique en 1991 « pour avoir découvert que des méthodes développées pour l'étude des phénomènes d'ordre dans les systèmes simples peuvent être généralisées à des formes plus complexes de la matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière occupe...), en particulier aux cristaux liquides et aux polymères ». Certains membres de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines...) royale des sciences de Suède l'ont qualifié « d'Isaac Newton (Isaac Newton (4 janvier 1643 G – 31 mars 1727 G, ou 25 décembre 1642 J – 20 mars 1727 J) est un philosophe,...) de notre temps », compliment qu'il décline en arguant que Newton avait une stature (La taille humaine ou stature, est la hauteur d'un être humain. En général, si on la compare aux autres données anthropométriques,...) au-dessus de celle des physiciens de son temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.).

Ce scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) d'exception a été le premier à s'attaquer à des problèmes de transition ordre-désordre dans des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) aussi complexes que les polymères, les gels, les cristaux liquides et plus récemment la matière granulaire.

Page générée en 0.978 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique