Paul Samuelson - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Paul Anthony Samuelson
Paul Samuelson
Naissance 15 mai 1915
Gary (Indiana) (États-Unis États-Unis)
Décès 13 décembre 2009 (à 94 ans)
Belmont (Massachusetts) (États-Unis États-Unis)
Nationalité américaine
Champs Économie (synthèse néo-classique)
Institution MIT,
Diplômé Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) de Chicago (Chicago est une mégapole des États-Unis, située dans la partie nord du Middle West, à 1 280 kilomètres à l'ouest de New York et à plus de 3 200 kilomètres au nord-est de...), Université de Harvard
Célèbre pour synthèse néo-classique, le père » de la microéconomie traditionnelle actuelle, avoir été conseiller de John Fitzgerald Kennedy, Ses livres au succès mondial, la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur...) du « tâtonnement walrassien », inflation, oscillateur (En physique, un oscillateur est un système manifestant une variation périodique dans le temps (ou pseudo-périodique s'il existe une dissipation d'énergie). Les exemples les plus courants sont utilisés en mécanique classique (pendule, masse...) de Samuelson, théorème (Un théorème est une proposition qui peut être mathématiquement démontrée, c'est-à-dire une assertion qui peut être établie comme vraie au travers d'un raisonnement logique construit à partir...) Heckscher-Ohlin-Samuelson, modèle à générations imbriquées, théorie des avantages comparatifs
Distinctions Prix Nobel d'économie en 1970, médaille John Bates Clark 1947, prix David A. Wells...

Paul Anthony Samuelson (15 mai 1915 à Gary, Indiana, États-Unis - 13 décembre 2009 à Belmont, Massachusetts) était un économiste américain, prix Nobel d'économie en 1970 et chef de file de l'école qu'il appela la « synthèse néo-classique », qui entendait reprendre à son compte à la fois les acquis de Keynes en macroéconomie et les enseignements néoclassiques en microéconomie.

Paul Samuelson (Paul Anthony Samuelson (15 mai 1915 à Gary, Indiana, États-Unis - 13 décembre 2009 à Belmont, Massachusetts) était un économiste américain, prix Nobel d'économie en 1970 et chef de...) est, avec John Hicks, considéré comme « le père » de la microéconomie traditionnelle actuelle. Certains de ses pairs - dont notamment Kenneth Arrow, Jagdish Bhagwati - le considèrent tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement comme le plus grand économiste de tout le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.).

Biographie

Paul Samuelson, descendant d'immigrés juifs polonais, est né d'un père pharmacien (Le pharmacien est en France un professionnel de la santé, successeur de l'apothicaire et titulaire du diplôme de docteur en pharmacie, après soutenance d'une thèse d'exercice et proclamation du serment de Galien. Dans les...) à Gary dans l'Indiana. Il déménage à Chicago à l'âge de huit ans. Arrivé à l'Université de Chicago en retard, car n'ayant pas encore terminé ses examens trimestriels qui lui donnent accès au diplôme (Le diplôme (grec ancien :δίπλωµα, diploma signifiant « plié en deux ») est un acte...) de fin d'études secondaires, il est inscrit à un cours de rattrapage en économie élémentaire, sous la houlette de Aaron Director.

À l'université, il fait la connaissance de ceux qui deviendront par la suite de grands noms de la discipline, notamment George Stigler, Milton Friedman, Allan Wallis... Il obtient son Bachelor of Arts (licence) en 1935 et son Master of Arts (maîtrise) l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) suivante dans la même université. Il quitte Chicago avant d'achever sa thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il évoque.), une bourse lui ayant été accordée par le Conseil de la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) en sciences sociales qui le juge (Le juge peut être un professionnel du droit, désigné ou élu pour exercer son office. Il peut également être un simple citoyen appelé temporairement à rendre la justice : c'est notamment le cas des personnes...) parmi les plus brillants de la promotion 1935. Cette bourse étant conditionnée au choix d'une université autre que celle où l'étudiant suit son premier cycle, Samuelson choisit l'université Harvard (L’université Harvard (Harvard University), ou plus simplement Harvard, est une université privée américaine située...). Il écrira plus tard que le choix de Harvard n'était pas fondé sur des raisons rationnelles (« en quête de vieilles pierres envahies par la lierre »). Il manque de repartir aussitôt, tant le coup d'œil jeté sur le campus (Un campus (du mot latin désignant un champ) désigne l'espace rassemblant les bâtiments et l'infrastructure d'une université ou d'une école située hors d'une...) le rebute. « On ne peut pas dire que ce fut le coup de foudre », se confiera-t-il plus tard.

Là, il s'épanouit. Il étudie auprès de Joseph Schumpeter (Joseph Aloïs Schumpeter (Triesch, Moravie, 8 février 1883 – Salisbury, Connecticut, 8 janvier 1950) est un économiste autrichien du XXe siècle, connu pour ses théories sur les fluctuations...) et Wassily Leontief, Alvin Hansen, et surtout E.B. Wilson, physicien (Un physicien est un scientifique qui étudie le champ de la physique, c'est-à-dire la science analysant les constituants fondamentaux de l'univers et les forces qui les relient. Le mot physicien dérive du grec,...), pour qui il conçoit une estime considérable. Il fait aussi la connaissance de quelques futures étoiles du monde (Le mot monde peut désigner :) scientifique : parmi les jeunes assistants et condisciples, on trouve John Kenneth Galbraith, Alan et Paul Sweezy, R. Aaron Gordon, Abram Bergson, Richard Musgrave, Shigeto Tsuru, Llyold Metzler, Robert Triffin, Richard Goodwin, James Tobin et quelques autres encore. La cohorte des savants qu'il cotoie à l'époque ne le laisse pas indifférent, et il écrira quelques années plus tard : « Si Harvard nous a formés, c'est nous qui avons fait Harvard. »

Son don naturel pour cette discipline est tel qu'il écrit l'essentiel de son ouvrage Foundations of economic analysis alors qu'il n'est encore qu'un étudiant de 22 ans en mal de thèse. En réalité, ce livre constitue sa thèse de doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon les pays et les époques, le doctorat peut...), qui bénéficie du concours inestimable de celle qui deviendra sa femme, Marion Graford, et qui est alors étudiante en sciences économiques comme lui. Sa thèse lui vaut le prix David A. Wells de l'université. Ses premiers travaux lui apportent une rapide reconnaissance de ses pairs, à l'instar de Interaction between the multiplier analysis and the principle of acceleration, publié par la Review of Economic and Statistics, qui lui vaut une renommée internationale immédiate. Dans cet article d'exercice – sous la direction Aaron Hansen – il théorise l'oscillation (Une oscillation est un mouvement ou une fluctuation périodique. Les oscillations sont soit à amplitude constante soit amorties. Elles répondent aux mêmes équations quel que soit le domaine.) de Samuelson pour décrire le cycle économique. Il obtient donc son Ph.D. à l'université Harvard.

En 1940, il devient professeur-assistant au département des sciences économiques et chef de travaux dans la section historique, administrative et économique de la même université. Un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) plus tard, le Massachusetts Institute of Technology (Le Massachusetts Institute of Technology ou MIT, en français Institut de technologie du Massachusetts, est une institution de recherche et une université américaine, spécialisée dans les domaines de la science...) lui offre une chaire de professeur titulaire. Harvard ne fait rien pour le retenir. Après la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est une unité de mesure du temps. La seconde d'arc est une mesure d'angle plan. ...) Guerre mondiale, son ancien employeur essaiera au moins à deux reprises de le reprendre, mais sans succès : il déclinera l'offre. Alors professeur-émérite au Massachusetts Institute of Technology, Paul s'emploie à agrandir le département d'économie de cette institution. Il publie son second ouvrage, L'Économique, en 1948. Ce livre demeure le manuel d'économie le plus vendu à ce jour ; il a servi de manuel de référence à des générations d'étudiants. Son ancien condisciple, George Stigler déclarera : « Le professeur Samuelson avait atteint la gloire ; il cherche maintenant la fortune ». Et le livre rapportera des millions de dollars à la famille Samuelson.

Sa notoriété étant de plus en plus grande et son génie ne cessant de se déployer, celui que Peter Kenen surnomme l’« éternel enfant terrible » obtient la médaille John Bates Clark en 1947, attribuée par l’American Economic Association à l'économiste de moins de quarante ans censé avoir le plus contribué aux progrès de la pensée économique. Après la guerre, Paul Samuelson s'impose comme l'un des économistes les plus influents auprès du gouvernement américain ; il est particulièrement proche de John Fitzgerald Kennedy, qui en fait son conseiller économique à la Maison Blanche (La Maison Blanche (White House en anglais) est la résidence officielle et le bureau du président des États-Unis. Elle se situe au 1600, Pennsylvania...). Son influence sur la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au...) économique est aussi pédagogique et il a contribué directement ou indirectement à la formation de jeunes esprits sceptiques, devenus depuis des économistes de renom comme Hernando de Soto, Edmund Phelps, Joseph Stiglitz, Robert Mundell, Jagdish Bhagwati.

Une année après son couronnement, l'université de Chicago souhaite l'employer. Theodore Schultz, alors président du département de la science économique de ladite université, lui écrit : « Nous aurons ainsi deux têtes, deux pensées, d'obédience philosophique différente – la vôtre et celle de Milton Friedman – et cela sera fécond ». Il y réfléchit, puis décline l'offre sous prétexte que le changement, la polarisation ( la polarisation des ondes électromagnétiques ; la polarisation dûe aux moments dipolaires dans les matériaux diélectriques ; En...) (qui le rendrait extrémiste) et l'inévitable polémique seraient une perte de temps.

Paul Samuelson est l'un des économistes les plus prolifiques, avec plusieurs centaines d'articles pionniers et deux ouvrages à son actif. Ce qui fut sa thèse sera publié en 1947, dans lequel il dénonce les incohérences et les approximations du discours économique classique et prône l'utilisation des mathématiques (Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les...) pour mieux comprendre les phénomènes économiques. Il y explique comment on peut déduire des « lois » à partir des comportements individuels, et ceci dans une perspective d'équilibre général, et y formule mathématiquement la théorie du « tâtonnement walrassien »

Il est élu président de l’International Economic Association en 1965.

Il obtient le prix Nobel en 1970 « pour le développement de la théorie économique en statique (Le mot statique peut désigner ou qualifier ce qui est relatif à l'absence de mouvement. Il peut être employé comme :) et en dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) et pour avoir élevé le niveau d'analyse en science économique ».

Page générée en 0.215 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique