Konrad Lorenz - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Konrad Zacharias Lorenz
Konrad Lorenz.JPG
Biographie
Naissance : 7 novembre 1903
Décès : 27 février 1989
Nationalité : autrichien
Vie universitaire
Formation : Vienne
Titres : Prix Nobel de physiologie (La physiologie (du grec φύσις, phusis, la nature, et λόγος, logos, l'étude, la science) étudie le...) ou médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant...) (1973)
Approche disciplinaire : globale
Principaux travaux
éthologie

Konrad Zacharias Lorenz (Vienne, 7 novembre 1903 - Vienne, 27 février 1989), plus connu sous le nom de Konrad Lorenz, est un biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) et zoologiste autrichien titulaire du prix Nobel. Lorenz a étudié les comportements des animaux sauvages et domestiques. Il a écrit de fameux livres tels que Il parlait avec les mammifères, les oiseaux et les poissons ou L'Agression, une histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès l'Antiquité avec Théophraste, Antigonios de Karystos et...) du mal.

Biographie

Fiche d'identifiant (En informatique, on appelle identifiants (également appelé parfois en anglais login) les informations permettant à une personne de s'identifier auprès d'un...) Konrad Lorenz en 1944

Il fait des études de médecine et à trente-quatre ans, il enseigne la psychologie animale et l'anatomie (L'anatomie (provenant du nom grec ἀνατομία anatomia, provenant du verbe...) comparée à Vienne pendant trois ans. En 1940, il devient professeur à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Königsberg où il occupe la chaire d'Emmanuel Kant.

Il est mobilisé en 1941 dans l'armée comme médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les...) psychiatre (Un psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie, qui diagnostique, traite et tente de prévenir les maladies mentales, les troubles psychiques et les désordres...) auprès des soldats allemands souffrant de chocs traumatiques. Il est fait prisonnier par les Russes en 1942 et déporté en Arménie soviétique jusqu'en 1948. Dans ses travaux ultérieurs, Lorenz se servira de cette expérience (enthousiasme nationalisme et constats des dégâts du lavage de cerveaux chez les allemands nazifiés et les russes communisés) pour élaborer une critique des dérives de l'instinct d'agression chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction,...). De 1949 à 1951, il dirige l'institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) d'éthologie comparée d'Altenberg puis l'Institut Max Planck (Max Planck (né Max Karl Ernst Ludwig Planck le 23 avril 1858 à Kiel, Allemagne - 4 octobre 1947 à Göttingen, Allemagne) est un physicien allemand. Il est lauréat du prix Nobel de...) de physiologie comportementale (un des 80 instituts de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) de la Société Max Planck) de Buldern (1951-1954) puis celui de Seewiesen (Bavière) (1954). Il reçoit en 1973, conjointement avec Karl von Frisch (Le chevalier Karl von Frisch (* 20 novembre 1886 à Vienne (Autriche) – † 12 juin 1982 à Munich (Allemagne) ) a été longtemps professeur de...) et Nikolaas Tinbergen, le prix Nobel de physiologie ou médecine pour leurs découvertes concernant «l'organisation (Une organisation est) et la mise en évidence des modes de comportement individuel et social»; il s'agit du seul prix Nobel jamais remis à des spécialistes du comportement. Leurs travaux constituent les fondements d'une nouvelle discipline de la biologie : l'éthologie.

À la fin de sa vie, Lorenz, proche des mouvements écologistes et anti-nucléaires, consacre sa recherche à une réflexion humaniste sur le devenir de l'humanité. Il est décédé le 27 février 1989.

Généalogie et parenté

Le Père de Konrad Lorenz

Adolf Lorenz est né à Silésie, petite ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à...) de l'Autriche à l'époque. Fils d'un bourrelier, il connut une enfance difficile et souffrit de la pauvreté. Malgré ses origines modestes, il devint anatomiste puis chirurgien. L'utilisation répétée du phénol, utilisé comme antiseptique (Un antiseptique, appelé aussi antibactérien, est une substance qui tue ou prévient la croissance des bactéries et des virus sur les surfaces...) à l'époque, lui brûla les mains. À l'age de trente ans il réorienta sa carrière et devint orthopédiste, il ouvrit un cabinet à Vienne, se maria et découvrit le village (Un village est, à la campagne ou à la montagne, un ensemble d'habitations, de bâtiments à usages divers, de fermes... de proportion modérée (quelque dizaines...) d'Altenberg lors de son voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est considérablement développé et démocratisé, au cours du...) de noces.

Pratiquant toujours des opérations ouvertes (il utilisait désormais de l'alcool à la place du phénol), il développa une nouvelle technique pour le traitement du déboîtement congénital de la hanche (La hanche ou articulation coxo-fémorale est une articulation (énarthrose) qui permet de joindre la cuisse au bassin. Elle met en jeu deux os : l'os...). Chirurgien à la popularité croissante, il acheta une maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) paysanne à Altenberg (Basse-Autriche) puis acheta progressivement des parcelles de terrain et agrandit son domaine. La maison d'Altenberg devint la maison natale de leur premier fils, Albert.

À l'approche de la cinquantaine, il devint une sommité dans son domaine. Il fit alors fortune en se déplaçant aux États-Unis pour opérer la fille d'un riche industriel (Armour). Il obtint près d'un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un...) de dollars pour ses honoraires. Il devint alors une véritable célébrité médicale, invité partout à faire la démonstration (En mathématiques, une démonstration permet d'établir une proposition à partir de propositions initiales, ou précédemment démontrées à partir de propositions initiales, en s'appuyant sur un ensemble de...) de sa méthode. C'est à cette époque, vingt ans après la naissance d'Albert, que naquit Konrad.

Il perdit entièrement sa fortune dans la crise monétaire qui secoua l'Autriche et l'Allemagne pendant la première guerre mondiale. Il refit fortune après la guerre, puis reperdit tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) pendant la crise monétaire mondiale de 1929. Seul le manoir (Un manoir (en latin : manerium) est la résidence ou la demeure (en latin manere : demeurer, rester) d'un noble, son logis seigneurial. Le bâtiment est parfois désigné aussi...) d'Altenberg, bien que dévalisé trois fois, resta toujours une propriété familiale. Konrad ne conserva que très peu de souvenirs de ces années de privation.

Adolph Lorenz fut sélectionné pour le prix Nobel et, à la demande du comité, il leur communiqua l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un...) de ses travaux concernant l'opération à la hanche sans hémorragie (Une hémorragie est un saignement, un écoulement du sang en dehors de son circuit naturel constitué par le cœur et les vaisseaux sanguins (veines et artères).). Malheureusement, il manqua le prix par une seule voix.

Adolf Lorenz raconte sa vie dans une autobiographie : La Recherche du Gant Perdu.

La Mère de Konrad Lorenz

Emma Lecher, fille de bonne famille mais sans fortune, était également médecin et assistante du docteur Adolf Lorenz. Elle accoucha difficilement de Konrad à l'âge de quarante-deux ans, elle reçut congé de son travail d'assistante durant les cinq années préscolaires de Konrad.

Le frère de Konrad Lorenz

Albert Lorenz suivit les traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission...) de son père et devint chirurgien orthopédiste. Il survécu à deux guerres et à quatre mariages, il mourut à plus de quatre-vingts ans.

La femme de Konrad Lorenz

Margarethe Gebhardt (Gretl) est l'amie d'enfance intime de Konrad qui partagea ses jeux et son attrait pour le monde (Le mot monde peut désigner :) animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de...). Son père maraîcher à Saint-Andréa (village adjacent d'Altenberg) était un autodidacte (Un autodidacte est une personne qui a appris par elle-même, en dehors des institutions éducatives (ce qui constitue l'autodidaxie).) possédant une bibliothèque bien garnie, contrairement à celle du père de Konrad. Elle termina des études de médecine et se maria avec Konrad en 1927, l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) de la première publication de celui-ci : Observation sur les choucas, publiée dans le journal d'ornithologie (L'ornithologie (du grec ancien ορνις [ornis], « oiseau » et λόγος [logos], « connaissance ») est la branche de la zoologie qui a pour...) de Leipniz. En fait, c'est elle avec un ami, Bernhard Hellmann, qui tapa à la machine le travail de Konrad et le posta à Berlin au grand spécialiste du comportement Oskar Heinroth. C'est donc grâce à sa femme que débuta sa carrière de scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.).

Ses études

À l'âge de six ans il débuta sa scolarité primaire dans une école privée, financée par un riche maître-boulanger viennois (Mendel) et dirigée par une de ses tantes qui y était institutrice.

À onze ans, il entra au réputé lycée Schotten à Vienne, il y étudia, pour commencer, la chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations communs ou...), la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens général et ancien, la physique désigne la connaissance de la nature ;...) et l'histoire. Il termina sa formation comme pensionnaire et il étudia les matières classiques traditionnelles et les sciences, particulièrement la biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre...).

En 1922, son père décida de l'envoyer étudier la médecine à New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle...), à l'université de Colombia. Il y rencontra, par hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon de causes, au moins d'une reconnaissance de cause...), le professeur Thomas Hunt Morgan, le père de la génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) moderne et eut le privilège d'observer son premier chromosome (Le chromosome (du grec khroma, couleur et soma, corps, élément) est l'élément porteur de l'information génétique. Les chromosomes...) dans son microscope. Après un seul trimestre, il décida de rentrer à Vienne.

Il étudia la médecine à l'université de Königsberg et apprit l'anatomie comparative avec le professeur Ferdinand Hochstetter. Hochstetter qui était directeur de l'institut d'anatomie, lui enseigna aussi la phylogénétique comparative, c'est-à-dire, comment reconstruire l'arbre (Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres...) généalogique des espèces à partir des similarités et des différences anatomiques. Hochstetter fit de Konrad son démonstrateur en anatomie, l'année même où Gretl (gretl (GNU Regresson, Econometrics and Time Series Library) est un logiciel de statistiques qui peut être utilisé en ligne de commande ou au travers d'une interface graphique qui...) (sa future épouse) débuta sa médecine; il devint alors son instructeur.

En 1928, il obtint le titre de docteur en médecine bien qu'il n'eût aucunement l'intention d'en faire sa profession. Il devint alors assistant de Hochstetter et son travail avec celui-ci se termina à peine quelques années plus tard quand le vieil homme prit sa retraite. Lorenz ne s'entendit pas avec son successeur et décida alors d'étudier la zoologie (La zoologie (des termes grecs ζoον, zoon, animal, et λόγος, logos, le discours) est la science qui étudie les animaux. Regroupant...). En 1933, lors de son second doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le...), il soutint une longue thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du...) qu'il avait déjà publiée sur le vol des oiseaux et à l'adaptation des différentes formes d'ailes. Fait anecdotique, il soutint sa thèse devant un professeur ne l'ayant jamais lu et qui était très attaché aux idées existantes. Il donna donc les réponses que le professeur attendait, il ne voyait pas la nécessité d'aller à contre-courant.

Sa recherche

Nikolaas Tinbergen (gauche) et Konrad Lorenz (droite), 1978

Le professeur Hochstetter considéra Lorenz comme un pionnier de l'application de ses propres méthodes à un nouveau domaine. Ce fait est également rapporté par Lorenz lui-même dans plusieurs de ses livres. L'idée principale consiste à appliquer les méthodes de l'anatomie comparative, développées par Hochstetter, à l'analyse du comportement animal.

Chaque espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il existe une multitude de...) animale développe une gamme propre de comportements individuels ou sociaux. Pour l'éthologue, la connaissance du comportement animal débute par sa description, cependant, cette connaissance doit s'enrichir par des tentatives visant à expliquer le comportement. On appelle éthogramme l'ensemble des formes stables de comportement recensées dans une espèce animale. On peut les classer en quatre catégories :

  • la dimension (Dans le sens commun, la notion de dimension renvoie à la taille ; les dimensions d'une pièce sont sa longueur, sa largeur et sa profondeur/son épaisseur, ou bien son diamètre si c'est une...) de causalité immédiate : réaction à un stimulus.
  • la dimension ontogénétique : le comportement inné et programmé.
  • la dimension phylogénétique : les différences et ressemblances entre espèces.
  • la dimension adaptative, ou fonctionnelle : les facteurs extérieurs qui ont généré un comportement.

Les concepts fondamentaux qu'il apporta à l'éthologie sont les actions endogènes, les mécanismes innés de déclenchement, d'activités de substitution et d'Empreinte...

De son point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) d'éthologue, Konrad Lorenz a aussi étudié le rite qu'il interpréta comme une forme adaptative qu'une culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :) donne à l'agressivité (L'agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et particulièrement de l'être humain, qui se reconnait à des actions où la violence est dominante.) individuelle de ses membres pour circonscrire ses effets désordonnés et indésirables et a contrario valoriser sa contribution à la conservation du groupe.

Konrad Lorenz a passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur le présent....) une grande partie de sa vie à l'étude des oies cendrées, réalisant alors le travail le plus complet à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y...) actuelle sur cette espèce.

Controverse sur son affiliation nazie

Konrad Lorenz fut un partisan nazi, comme la majorité des citoyens de la grande Allemagne de l'époque, et il possédait en 1938 sa carte de membre du parti nazi (Parti national-socialiste des travailleurs allemands) comme plusieurs millions de concitoyens (plus de quatre millions dès 1933). Il fut également mobilisé lors de la guerre germano-soviétique et envoyé sur le front de l'est. Par contre, selon ses dires, il ne prit conscience des atrocités commises par le nazisme qu'« étonnamment tard ». Ce fut vers 1943-44, près de Poznan, lorsqu'il vit des trains de détenus tziganes à destination des camps de concentration. C'est seulement alors qu'il comprit, dans toute son horreur, la « totale barbarie des nazis ». Lorenz a longtemps porté la honte nationale sur ses épaules.

La controverse sur l'affiliation de Konrad Lorenz au parti nazi prit naissance lors de sa nomination pour le prix Nobel. Cette controverse porta sur un article publié dans le Journal de psychologie appliquée et d'étude du caractère (Zeitschrift für angewandte Psychologie und Charakterkunde) en 1940, « Désordres causés par la domestication du comportement spécifique à l'espèce » (Durch Domestikation verursachte Störungen arteigenen Verhaltens). Cet article, dont jamais Lorenz ne se cacha, qu'il cita abondamment et dont il reprit les idées dans la plupart de ses livres, développe le concept de l'auto-domestication de l'homme, soit le fait que la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) de sélection de l'homme par l'homme a conduit à une forme de dégénérescence de l'espèce humaine dont les plus touchées sont les races occidentales. Les souches primitives étant celles qui ont été épargnées par cette dégénérescence.

Il s'agit d'un article foncièrement anti-suprémacisme aryen, cette publication lui retira toute possibilité d'une carrière politique et signa son abandon de tout contact avec la vie politique. Il dit à ce propos :

« L'essai de 1940 voulait démontrer aux nazis que la domestication était beaucoup plus dangereuse que n'importe quel prétendu mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat de...) de races. Je crois toujours que la domestication menace l'humanité ; c'est un très grand danger. Et si je peux réparer, rétrospectivement, l'incroyable stupidité d'avoir tenté de le démontrer aux nazis, c'est en répétant cette même vérité dans une société totalement différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie...) mais qui l'apprécie encore moins. »

Ce fut le style pro-nazi de cet article, adoptant un ton délibérément politique et non scientifique, publié dans un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu...) de haine raciale que les détracteurs de Lorenz soulevèrent. La remise du prix Nobel à Lorenz entraîna un grand remous dans la communauté des sciences humaines, en particulier au sein de l'école de behaviorisme américain. En effet, le long combat que Lorenz fit contre les théories de cette école, en ce qui concerne les comportements innés et acquis, lui procura beaucoup d'ennemis. Remarquons, entre autres, l'article de Lehrman dans Quarterly Review of Biology : « Une critique de la théorie du comportement instinctif de Konrad Lorenz » citant le caractère et les origines « nazis » des travaux de celui-ci.

La controverse au sujet de l'article de 1940 prit véritablement racine après la publication dans Sciences en 1972 d'un discours prononcé au Canada par Léon Rosenberg, de la faculté de médecine de Harvard, et la publication par Ashley Montagu, un anthropologue opposé ( En mathématique, l'opposé d’un nombre est le nombre tel que, lorsqu’il est à ajouté à n donne zéro. En botanique, les organes d'une plante sont dits opposés lorsqu'ils sont...) à la théorie des instincts de l'homme de Lorenz, de la conférence d'Eisenberg : « La Nature humaine de l'homme ». Dans cette conférence, l'article de 1940 est critiqué comme s'il s'agissait d'un article à caractère scientifique et actuel. Il s'agit d'une demi-page (sur plus de 70) des pires passages politiques cités hors contextes et se terminant par : « Nous devons - et nous le ferons - compter sur les sentiments sains de nos meilleurs éléments pour établir la sélection qui déterminera la prospérité ou la décadence de notre peuple… ». Si cette dernière proposition semble prôner un eugénisme nazi, l'affirmation que les meilleurs éléments ne soient pas nécessairement aryens et donc que certains Aryens devraient céder leur place à des représentants d'autres races, était totalement suicidaire à l'époque.

Les médias (On nomme média un moyen impersonnel de diffusion d'informations (comme la presse, la radio, la télévision), utilisé pour communiquer. Les médias permettent de diffuser une information vers un grand nombre d'individus sans possibilité de...) s'emparèrent de ce scandale et le montèrent en épingle. Lorenz fut alors présenté comme un partisan pro-nazi. Comble de malheur, il accepta innocemment le Prix Schiller qui lui avait été proposé par un vieux membre conservateur de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier des ouvrages tels que des dictionnaires,...) bavaroise des sciences. Lorenz apprit trop tard que ce prix provenait d'un groupe néo-nazi. Complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la quantité d'informations...) dégoûté et horrifié, il prétexta être alité et envoya son fils Thomas et son ami Irenäus Eibl-Eibesfeldt annoncer que les 10 000 marks de ce prix seraient versés au compte de Amnesty International. Finalement, l'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) du prix ne fut jamais versé.

Page générée en 0.010 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique