Histoire du recensement de la population en France - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Les recensements nominatifs modernes : de 1666 à 1801

Colbert : l'enquête nationale de 1664 et le recensement de 1666 en Nouvelle-France

En 1664, l'intendant des finances Colbert adresse un mémoire aux maîtres des requêtes commis dans les généralités pour les charger d'une enquête générale financière, économique et sociale dans leur circonscription, qui inclut un dénombrement des paroisses, des feux et des personnes imposables âgées de huit ans et plus. Mais il ne comporte pas encore un recensement (Le recensement est une opération statistique de dénombrement d'une population.) de population « tête par tête ».

Par contre, c'est alors que la Nouvelle-France est sous le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) de Colbert, en tant que ministre de la marine, que Jean Talon, le premier intendant de la Nouvelle-France y réalisera en février-mars 1666 le premier recensement nominatif des temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) modernes. Le recensement de cette colonie de l’actuel Canada faisait suite à divers dénombrements (Port-Royal, 1605 ; Québec, 1628) et avait été conduit selon le principe de jure, chaque personne étant dénombrée à son lieu habituel de résidence (Le nom de résidence est donné à un ensemble de voies souvent qui forment une boucle ayant la particularité de desservir des mêmes logements appelées également résidence. Ce terme vient du verbe latin residere qui signifie rester assis ou...). Le recensement a permis d’obtenir une évaluation des richesses industrielles et agricoles de la colonie (ressources forestières et minérales, nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'animaux domestiques, d'immeubles publics et d'églises, etc.) et un tableau (Tableau peut avoir plusieurs sens suivant le contexte employé :) complet des 3.215 habitants d'ascendance européenne (hors membres d'ordres religieux) par âge, sexe (Le mot sexe désigne souvent l'appareil reproducteur, ou l’acte sexuel et la sexualité dans un sens plus global, mais se réfère aussi aux différences physiques distinguant les hommes et les femmes. (Les...), état matrimonial (il y avait 17 hommes pour une femme parmi les individus âgés de 16 ans et plus ni mariés ni veufs), profession et lien avec le chef de famille.. L'opération a été suivie de nombreux recensements successifs. C’est aussi sous Colbert qu’eut lieu l’enquête sur les paroisses de 1677.

Vauban : des dénombrements urbains (1676) au Projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) de Dixme Royale (1707)

Toute sa vie (La vie est le nom donné :), Vauban s'est intéressé à la démographie (La démographie (en grec δημογραφία, de l'ancien grec δήμος = demos signifiant « peuple »...) et à l’économie, et a été un avocat inlassable des « dénombrements ». Par ce terme il entendait à la fois le recensement de la population et le dénombrement des actifs économiques et de la production. Il proposait de réaliser ce qu’on appellerait aujourd’hui des monographies, à l’échelle de la paroisse, de la province ou même de la nation, combinant recensement démographique, recensement agricole, recensement industriel et autres enquêtes socio-économiques sur la totalité de la population.

Les dénombrements urbains

Alors gouverneur de Valenciennes, Vauban ordonne en 1676, puis en 1680, le dénombrement individuel de tous les habitants : hommes et femmes, garçons et filles, valets et servantes, y compris les étrangers résidant dans la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent...). La même opération sera renouvelée en 1686.

Devenu gouverneur de Douai, Vauban expérimente en 1682 un dénombrement par formulaire de la population de la ville et des villages qu’elle commande (Commande : terme utilisé dans de nombreux domaines, généralement il désigne un ordre ou un souhait impératif.). Ce « dénombrement du peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.) de la ville de Douai distingué par les qualitez, noms et surnoms des familles et par les sexes, achevé le 10 de décembre de l’année 1682. » abandonne le concept flou de feu : il est nominal, conduit maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée...) par maison, incluant les domestiques des deux sexes et les écoliers.

Il est probable que les expériences de Vauban aient inspiré les nombreux recensements locaux des années 1680. Par exemple, des dénombrements « tête par tête » de la ville de Dunkerque seront conduits en 1685 et en 1686 « sur le modèle donné par M. de Vauban ». Leur analyse fournira le détail de la population par sexe, par âge, et par profession.. D'autres recensements urbains seront conduits à Tours en 1681, à Gravelines et Ypres en 1685 et 1698, à Bergues, Furnes et Bourbourg en 1686, à Lille en 1688, etc.

Au delà des centres urbains, la méthode sera appliquée au niveau régional à l'Ile d'Oléron en 1685 et en Franche-Comté en 1686.

La « Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples » (1686)

En 1686, Vauban fait publier en quelques exemplaires une « Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples » par l’imprimerie de la veuve d’Antoine Chrestien à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la...), sans nom d’auteur. Vauban y soutenait que des dénombrements de population étaient possibles. Il y montrait les tableaux à colonnes imprimés d’avance qu’il avait inventé, et qu’on devait « faire remplir par les autorités locales : consuls, curés de paroisse, ou dizeniers », et il montrait que l’opération était faisable, dans un temps relativement court.

La Description Géographique de l’Élection de Vézelay (1696)

Vauban publie en janvier 1696 la « Description de l’élection de Vézelay » qui comporte un travail de recensement statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de l'application d'une...) très moderne dans ses méthodes et fait le bilan des ressources agricoles, de l’accroissement des bêtes et de la pauvreté des habitants sur un espace géographique limité, une « élection » (unité de juridiction fiscale). L’ouvrage sera un modèle pour les enquêtes démographiques, économiques ou géographiques qui lui feront suite.

Le « Projet d’une Dixme Royale » (1707)

Dans La Dîme royale, publiée en 1707, Vauban propose de remplacer les impôts et taxes existants par le prélèvement d’un pourcentage (Un pourcentage est une façon d'exprimer une proportion ou une fraction dans un ensemble. Une expression comme « 45 % » (lue « 45 pour cent ») est en réalité la sténographie pour la fraction 45/100 dont...) donné (6 % ou 7 % au maximum) sur le produit national, variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques,...) selon les catégories économiques et sociales. Cette dîme serait payée par tous. Seraient ainsi imposés « le clergé et les militaires, les valets et servantes, les fermiers généraux, les titulaires de l’ordre de Saint-Louis, selon la richesse de chacun, estimée en fonction de l’effectif des animaux (chevaux, bœufs, vaches, cochons…), des vins consommés, des surfaces de labours, prés et vignes, lacs, hectares de forêts possédés (...) ». La mise en œuvre de la proposition requiert la réalisation d’un recensement à la fois démographique et économique utilisant des tableaux pré-imprimés, que l’ouvrage décrit en détail, reprenant la « méthode générale » de 1686.

Le recensement de 1694 et l’enquête de 1697-1700

Le 31 octobre 1694, Louis Phélypeaux, comte de Pontchartrain, contrôleur général des finances, secrétaire d'État à la Marine et secrétaire d'État à la Maison du Roi, envoie une circulaire à tous les intendants du royaume en vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de réaliser un dénombrement « tête par tête » de toute la population française à l’occasion de la capitation. Celui-ci devait indiquer le nombre de « maisons, chefs de famille, femmes, enfants, valets, servantes et mendiants ». La plupart des mémoires préparés par les intendants entre 1697 et 1699 et envoyés à Paris ont été perdus, mais les principaux résultats seront publiés en 1709 par un libraire (Le libraire travaille le plus souvent dans une librairie où il vend les livres.), Claude Marin Saugrain, dans son Dénombrement du royaume. Saugrain divise la France en régions, puis en « élections » et en paroisses, donne pour chaque unité le nombre de « feux » et une estimation de la population, ainsi que de nombreuses données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) sur l’agriculture, l’industrie et le commerce.

Le marquis Paul de Beauvilliers, président du Conseil des Finances, à qui Louis XIV avait confié l'éducation de son petit-fils le duc de Bourgogne, Fénelon, précepteur du prince et le duc de Chevreuse ordonnèrent une grande enquête à tous les intendants en 1697-1700, cherchant à savoir non seulement le nombre des hommes, mais s’il y avait eu diminution de la production à la suite du départ des Huguenots. Les résultats, de qualité souvent médiocre, seront publiés par le marquis de Boulainvilliers et le libraire Saugrain, qui y mettra à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...) les chiffres publiées en 1709.

De 1700 à la Révolution

Les recensements, dénombrements et enquêtes nationales se succéderont alors à intervalles irréguliers, sans grand souci de cohérence. Une enquête nationale sur la population et les ressources en grain (En météorologie maritime: Un grain est un vent violent et de peu de durée qui s'élève soudainement et qui est généralement accompagné de précipitations. Il se produit généralement au...) sera conduite en 1709. Un dénombrement national des feux est effectué en 1713, mais beaucoup de régions n'enverront pas de données. De grandes enquêtes sur la population du royaume seront lancées en 1730, 1745 et 1764, mais peu de résultats seront obtenus. Pour faciliter le logement de ses troupes, Louis XV avait prescrit le 1er mars 1768 la numérotation des maisons dans toutes les villes du royaume. Dans plusieurs régions, l’exécution de l'ordonnance royale sera accompagnée d'un état nominatif de tous les habitants. Un « relevé général des feux » sera conduit en 1784-1786. Un recensement de la Bourgogne (La Bourgogne est un paquebot de la Compagnie générale transatlantique, mis en service en 1886.) aura lieu en 1786, ainsi que de nombreux dénombrements dans diverses provinces.

C’est l’abbé Terray, contrôleur général des finances, qui prit l’initiative la plus originale. Tirant profit de l’amélioration des données d’état civil et des méthodes d’estimation de la population à partir des taux bruts de natalité, il demanda aux intendants, par une circulaire du 14 août 1772, de lui adresser non le dénombrement des habitants, mais le relevé annuel des naissances, mariages, et décès survenus dans leur généralité depuis 1770. Ses ordres furent exécutés jusqu’en 1790.

Page générée en 0.138 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique