Hippocrate - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Corpus hippocratique

Manuscrit byzantin du XIIe siècle du Serment d’Hippocrate sous la forme d'une croix

Le Corpus hippocratique (du latin : Corpus hippocraticum) est une compilation de près de soixante-dix traités de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et...) de la Grèce antique, écrit en Ionique (dialecte ionique). La question de savoir si Hippocrate (Hippocrate le Grand ou Hippocrate de Cos (en grec : Ἱπποκράτης), né vers 460 av. J.-C dans...) lui-même a été l'auteur du corpus n'a pas été résolue de façon définitive. Mais, ces livres ont probablement été rédigés par ses étudiants et ses disciples. En raison de la variété des thèmes, des styles d'écriture et de la date apparente de rédaction les chercheurs estiment que le Corpus hippocratique n'aurait pas pu être écrit par une seule personne (Ermerins évalue le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) des auteurs à dix-neuf). Pendant l'Antiquité le corpus a été attribué à Hippocrate et son enseignement (L'enseignement (du latin "insignis", remarquable, marqué d'un signe, distingué) est une pratique d'éducation visant à développer les connaissances...) a en général suivi ses principes, de sorte qu'il est désigné par son nom. Il pourrait s’agir des vestiges d'une bibliothèque de Kos ou d’une collection de manuscrits compilés au IIIe siècle av.J.-C à Alexandrie (Alexandrie (grec :?λεξ?νδρεια, Copte : Rakot?, Arabe : ??????????, Al-?Iskandariya) est une ville d’Égypte de près...).

Le Corpus hippocratique comprend des manuels, des conférences, des recherches, des notes et des dissertations philosophiques sur divers sujets en rapport avec la médecine, réunis sans ordre particulier. Ces ouvrages qui ont été écrits pour différents publics, à la fois pour les spécialistes et pour les profanes, ont parfois été conçus à partir de points de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) opposés, ce qui explique que d’importantes contradictions peuvent être relevées entre les différentes parties du corpus. Parmi les œuvres importantes du Corpus citons le serment d'Hippocrate, Le Livre des pronostics, Le Régime dans les maladies aiguës, Les Aphorismes, Airs, eaux, lieux, Les instruments de réduction, Sur la maladie sacrée, etc..

Le serment d’Hippocrate

Le serment d'Hippocrate, un texte sur l 'éthique de la pratique médicale, a été attribué dans l'Antiquité à Hippocrate. Il s’agit probablement du document (Dans son acception courante un document est généralement défini comme le support physique d'une information.) le plus célèbre du Corpus hippocratique, mais récemment, l'authenticité du document a été mise en doute. Bien que le serment soit aujourd'hui rarement utilisé sous sa forme originale, il a inspiré d'autres serments similaires et les lois qui définissent les bonnes pratiques et la morale médicale. De tels serments sont aujourd’hui régulièrement prononcés par les diplômés en médecine sur le point (Graphie) d'entrer dans la pratique médicale.

Généalogie légendaire

La généalogie légendaire d’Hippocrate fait remonter son ascendance paternelle directement à Asclépios et son ascendance maternelle à Héraclès provenant des grecs.

Héritage

Après Hippocrate, le médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies,...) le plus remarquable a été Galien, un grec qui a vécu de 129 à 200 apr. J.-C. et qui perpétua la médecine Hippocratique avec à la fois des apports et des reculs. Ses œuvres traduites en latin ont eu beaucoup d’influence sur l’occident chrétien qui avait difficilement accès aux textes originaux en grec. Après la chute de l’Empire romain d'Occident (L'Occident, ou monde occidental, est une zone géographique qui désignait initialement l'Europe. L'extension de l'espace considéré a varié au cours de...) en 476 la médecine hippocratique a continué à être pratiquée dans l’Empire byzantin qui a contribué à préserver les connaissances de l’antiquité grecque et latine par la compilation des textes anciens et plus tard par leur transmission aux Italiens notamment par l'intermédiaire de la Sicile (La Sicile (Sicilia en italien) est une région autonome d'Italie et la plus grande île de la Méditerranée. Son chef-lieu est la ville de Palerme. Le drapeau, la gorgone à...) qui est restée possession byzantine jusqu’en 878.

En 489 au moment de la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) de leur École théologique d'Édesse l’élite intellectuelle des chrétiens nestoriens chassés de l’ Empire byzantin par les persécutions religieuses ont fui en Perse où ils ont été accueillis par le roi Khosro Ier à l’ Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de...) de Gundishapur. Ils emmenaient avec eux de précieux manuscrits anciens et ont traduit en syriaque et en persan une grande partie de l’œuvre d’Hippocrate. Au moyen-age, après la chute de la dynastie sassanide et la conquête de la Perse par les musulmans, Bagdad (Bagdad (en arabe ?????) est la capitale et la plus grande ville de l'Irak. Elle se situe sur le Tigre au centre est du pays (44,5° E - 33,5° N) et est un carrefour de communications aériennes, routières et ferroviaires pour le pays. C'est...) est devenu progressivement le nouveau centre culturel (Un centre culturel est une institution et un lieu qui propose notamment une programmation de spectacles, des expositions, des conférences, mais aussi de l'animation socioculturelle à destination de la population locale.) de la région et après la création de la Maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.) de la sagesse en 832 par le Calife al-Ma'mūn, les textes d’Hippocrate ont été traduit en Arabeet ses méthodes ont été adoptées par les médecins musulmans.

Après la Renaissance et sous l’influence des Arabes dont les ouvrages avaient été traduits en latin au XIIe siècle, les méthodes d’Hippocrate ont été redécouvertes en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) et même développées au XIXe siècle. À noter parmi ceux qui ont pratiqué les méthodes cliniques rigoureuses d’Hippocrate les personnalités suivantes : Sydenham, Heberden, Charcot et Osler. Un médecin français Henri Huchard, a déclaré que ces retours aux sources jalonnent « toute l'histoire de la médecine (Toutes les sociétés humaines avaient recours à des croyances médicales relevant du mythe ou de la superstition pour expliquer la naissance, la mort et la maladie. Au cours de l'histoire, la maladie a...) interne ».

De nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...) les concepts de la médecine hippocratique sont considérés comme obsolètes, mais ils sont encore mis en pratique en Inde en tant que médecine traditionnelle (Selon la définition officielle de l' OMS, la médecine traditionnelle "se rapporte aux pratiques, méthodes, savoirs et croyances en matière de santé qui...) sous le nom de médecine Yunâni (le terme vient du grec « Ionia », qui désigne la côte d'Asie (L'Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la Terre. Il est le plus grand continent (8,6 % de la surface totale terrestre ou 29,4 % des terres émergées) et le plus...) Mineure).

La naturopathie se réfère encore de nos jours à la philosophie hippocratique, en tenant compte des 4 éléments, des tempéraments,du milieu humoral et de la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les...) vitale.Cette approche de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) permet à la médecine hippocratique de rester vivante au travers d'une pratique qui n'ignore pas les avancées de la science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on...), tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en respectant les lois de la vie (La vie est le nom donné :), observées par les anciens depuis des millénaires.

Image

Image conventionnelle de « portrait » romain en buste (gravure du 19e siècle)

Selon le témoignage d’Aristote, Hippocrate est connu comme « le Grand Hippocrate ». Concernant son apparence, Hippocrate fut d'abord décrit comme un « vieux médecin de campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville,...) digne et compatissant », puis comme « arrogant et inaccessible ». Il est certainement considéré comme un sage, un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par...) d’une très grande intelligence et, surtout, comme un bon praticien. Francis Adams le décrit comme un vrai « médecin, homme d’expérience et de bon sens ».

Cette image de sage, de vieux médecin est renforcée par les bustes qu’on possède de lui et qui le représentent le visage ridé et portant une grande barbe. De nombreux médecins de l'époque avaient les cheveux coupés courts dans le style de Jupiter et d’Asclépios. Par conséquent, les bustes d'Hippocrate qui nous sont parvenus ne sont peut-être seulement qu’une autre version des portraits de ces divinités. Hippocrate et les croyances qui lui sont attribuées sont considérés comme celles de l’idéal médical. Fielding Garrison, une autorité en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide,...) d'histoire (Les Histoires ou l'Enquête (en grec ancien Ἱστορίαι / Historíai) sont la seule œuvre connue de l'historien grec Hérodote. Le titre signifie...) de la médecine, a déclaré : « Il est, avant tout, l'exemple de cette attitude d'esprit critique, toujours à la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne...) de sources d'erreur qui est l’essence de l'esprit scientifique ». « Sa figure ... se dresse pour les temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) comme celle du médecin idéal », selon une courte histoire de la médecine, qui a inspiré la profession médicale depuis sa mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus...).

Légendes

La plupart des histoires qui sont rapportées sur la vie d'Hippocrate sont probablement fausses parce qu’elles sont incompatibles avec les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) historiques, et qu’on raconte des histoires similaires ou identiques, à propos d’autres personnages comme Avicenne (Abū ‘Alī al-Husayn ibn ‘Abd Allāh ibn Sīnā (en persan : ابو علی الحسين بن...) et Socrate, ce qui suggère qu’il s’agit de légendes. Même au cours de sa vie, la réputation d'Hippocrate était extraordinaire et les histoires de guérisons miraculeuses étaient légion. Par exemple, on dit qu’Hippocrate aurait contribué à la guérison (La guérison est un processus biologique par lequel les cellules du corps se régénèrent pour réduire l'espace d'une région endommagée par la nécrose. La guérison implique la...) des Athéniens durant la peste (La peste (du latin pestis, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est mortelle pour l'Homme. Elle est causée par le bacille Yersinia pestis, découvert par...) d'Athènes par de grands feux utilisés en guise de « désinfectants » en complément d'autres traitements. Il existe une histoire d'Hippocrate guérissant Perdiccas, roi de Macédoine, de la « maladie d'amour ». Aucune de ces fables n'est corroborée par aucun historien et ces événements ont donc peu de chances de s'être réellement produits. Même le miel provenant d'une ruche située sur sa tombe était réputé avoir des pouvoirs de guérison.

Arbre (Un arbre est une plante terrestre capable de se développer par elle-même en hauteur, en général au delà de sept mètres. Les arbres...) d'Hippocrate sous lequel on dit qu’Hippocrate aurait travaillé, dans la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune, par opposition aux villages) dans...) de Kos.

Une autre légende concerne la manière dont Hippocrate aurait rejeté une convocation officielle au tribunal (Le tribunal ou juridiction (de jus dicere : littéralement, « dire le droit ») est un lieu où est rendue la justice. C'est là que les personnes en conflit viennent...) d’Artaxerxès, roi de Perse et refusé de le soigner en dépit des somptueux cadeaux que celui-ci lui proposait. La validité de cette anecdote est admise par les sources anciennes, mais réfutée par certains historiens modernes et est donc sujette à caution.

Un autre récit affirme que Démocrite était considéré comme fou parce qu'il se moquait de tout et qu’il fut envoyé à Hippocrate pour être soigné. Hippocrate ne diagnostiqua chez Démocrite qu'une disposition à être heureux. Démocrite fut par la suite surnommé « le philosophe rieur ».

Dans les histoires qui le concernent, Hippocrate n’est pas toujours dépeint positivement : selon une légende, Hippocrate aurait fui après l'incendie d'un temple de guérison en Grèce. Soranos d’Éphèse, à l’origine de cette histoire, citait le temple comme étant l’un de l'école de Cnide. Toutefois des siècles plus tard le grammairien byzantin Jean Tzétzès écrit qu’Hippocrate a brûlé son propre temple, le temple de Cos, prétendant qu'il avait agi ainsi pour conserver son monopole sur la connaissance médicale. Cette histoire est totalement en contradiction (Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s'excluent mutuellement.) avec la personnalité d'Hippocrate, telle que la rapporte la tradition. D'autres légendes racontent la résurrection de son neveu Auguste. Cet exploit est censé être survenu au moment de l'érection d'une statue d'Hippocrate et de la création d'une chaire en son honneur à Rome

Page générée en 0.108 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique