FreeBSD - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

FreeBSD
Screenshot d'une invite FreeBSD

Famille BSD
Type de noyau Noyau monolithique (Un monolithe est un élément fait d'un seul bloc de pierre de grande dimension. Son nom vient du grec ancien λιθος -lire...) modulaire
État du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de contribution, et...) en développement
Plates-formes i386, SPARC, SPARC64, ALPHA, AMD64, IA-64, PC98, PowerPC (Le PowerPC est une architecture de microprocesseurs développée conjointement par Apple, IBM et Freescale (ex-Motorola Semiconducteurs). Elle utilise un modèle RISC, privilégiant pipeline et jeu d'instructions...), ARM architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.)
Entreprise/
Développeur (En informatique, un développeur (ou programmeur) est un informaticien qui réalise des logiciels en créant des algorithmes et en les mettant en œuvre dans un langage de programmation.)
The FreeBSD (FreeBSD est un système d'exploitation UNIX libre. Le nom vient de l'association d'une part de free qui signifie à la fois « libre » et « gratuit » dans l'anglais courant, et d'autre part de Berkeley...) Project
Licence Licence BSD (La licence BSD (Berkeley software distribution license) est une licence libre utilisée pour la distribution de logiciels. Elle permet de réutiliser tout ou partie du logiciel sans restriction, qu'il soit intégré dans un logiciel libre ou...)
États des sources Open source
Dernière version stable 8.1
Dernière version avancée
Site Web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par métonymie, le World Wide Web reposant...) www.freebsd.org

FreeBSD est un système d'exploitation UNIX (UNIX (marque déposée officiellement comme UNIX, parfois aussi écrit comme Unix avec des petites capitales) est le nom d'un système d'exploitation...) libre. Le nom vient de l'association d'une part de free qui signifie à la fois « libre » et « gratuit » dans l'anglais courant, et d'autre part de Berkeley software distribution (BSD), l'UNIX développé à l'université de Berkeley (L'université de Californie, Berkeley (encore appelée UCB, Cal, Berkeley, ou UC Berkeley) est le premier campus de l'Université de Californie. Il est...). Free prend un sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution progressive allant du...) plus connoté dans ce nom : il signifie que le logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement, regroupées sous forme de programmes, des...) peut être utilisé gratuitement même pour un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.), que les sources complètes sont disponibles et utilisables avec un minimum de restrictions quant à leur usage, leur distribution et leur incorporation dans un autre projet (commercial ou non), et enfin que n'importe qui est libre de soumettre son code source (Le code source (ou les sources voire le source) est un ensemble d'instructions écrites dans un langage de programmation informatique de haut niveau, compréhensible par un être humain entraîné, permettant...) pour enlever un bug ou améliorer le logiciel, ce code étant incorporé aux sources après accord.

L'objectif du projet FreeBSD est de fournir un système qui peut servir à tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), avec le moins de restrictions possibles.

Historiquement, les développeurs se sont focalisés pendant un temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) sur la plate-forme i386 au sens large (x86) et les performances, c'est-à-dire les temps de réponses du système pour n'importe quelle sollicitation. En 2010, FreeBSD est utilisable et supporté par la communauté sur un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de plates-formes : Alpha, AMD64, ARM, i386 (architecture i386 ou x86 (La famille x86 regroupe les microprocesseurs compatibles avec le jeu d'instructions de l'Intel 8086. Cette série est nommée IA-32 (pour Intel architecture 32...), incluant les Pentium), ia64 (la famille de processeurs Intel Itanium et Itanium 2), MIPS, PC98 (architecture NEC PC-98x1), PowerPC, SPARC (architecture UltraSPARC de Sun (Sun Microsystems (NASDAQ : SUNW) est un constructeur d'ordinateurs et un éditeur de logiciels américain.) Microsystem) et Xbox.

FreeBSD offre des possibilités avancées en termes de réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un...), de performance, de sécurité et de compatibilité. Il y a notamment une compatibilité binaire Linux (Au sens strict, Linux est le nom du noyau de système d'exploitation libre, multitâche, multiplate-forme et multi-utilisateur de type UNIX créé par Linus Torvalds, souvent désigné comme le noyau Linux. Par extension, Linux désigne...) et Windows (Windows est une gamme de systèmes d'exploitation produite par Microsoft, principalement destinées aux machines compatibles PC. C'est le remplaçant de MS-DOS. Depuis les années 1990, avec la sortie de...) NT (XP inclus). La première permet l'exécution de programmes compilés Linux, la seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde...) permet l'utilisation des pilotes Windows NT des cartes réseau sans fil Wi-Fi (Le wifi ou wi-fi (prononcé /wifi/) est une technologie de réseau informatique sans fil mise en place pour fonctionner en réseau interne et, depuis, devenue un moyen d'accès...). Le logiciel est un standard industriel sur le marché des serveurs. De nombreux fournisseurs d'accès, hébergeurs et organismes utilisent FreeBSD, parmi lesquels Walnut Creek CDROM, Yahoo! (Yahoo!,Inc. est une société américaine de services sur Internet opérant notamment un portail Web. À l'origine, Yahoo! était uniquement un annuaire Web. En 2009, Yahoo! offre...) Inc. ou Netcraft (Netcraft est une entreprise basée à Bath en Angleterre. Elle est spécialisée dans les technologies Internet.). Le 24 mai 1999, l'équipe du serveur miroir (Un miroir est un objet possédant une surface suffisamment polie pour qu'une image s'y forme par réflexion et conçu à cet effet. C'est souvent une couche métallique fine, qui, pour être...) ftp.cdrom.com a annoncé avoir battu la veille leur record de transfert de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) par un serveur : 1,33 téraoctets ou 1359 gigaoctets en 24 heures (L'heure est une unité de mesure  :).

Histoire

FreeBSD tire ses origines de l'UNIX de Berkeley. Beaucoup de l'organisation (Une organisation est) humaine, de l'idéologie et des événements du Computer Systems Research Group (en) (CSRG) sont restés dans FreeBSD et se transmettent.

Le projet est lancé en 1993 sur la base de 386BSD (386BSD est un système d'exploitation de type BSD, dérivé de 4.3BSD NET/2 sur les architectures i386. 386BSD a été principalement écrit par Lynne et William Jolitz.), et la version 1.0 est disponible en production dès novembre 1993. L'équipe de Yahoo! cherche alors un système d'exploitation stable et performant. Ils le trouvent avec FreeBSD 2, qu'ils installent sur un Pentium 100 puis sur l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme...) de leurs ordinateurs, comme le raconte David Filo, cofondateur de Yahoo!

Depuis, l'hébergeur met à disposition plusieurs serveurs pour la communauté FreeBSD.

FreeBSD 3 importe du code de 4.4BSD-Lite release 2, qui est la dernière publication faite par l'université de Californie (L'université de Californie est une université américaine, fondée en 1868, dont le siège se trouve à Berkeley (Californie), comprenant dix campus situés dans l'État de...) Berkeley (UCB). FreeBSD devient particulièrement mûr et performant avec les versions 4, jusqu'à la dernière (4.11) parue en janvier 2005.

Une grande quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un groupe de choses.) de nouveautés apparaît avec les versions 5, mais Matthew Dillon, en désaccord avec d'autres membres de la core team (les développeurs dirigeants)[réf. souhaitée] décide de continuer la version 4 avec une nouvelle équipe sous le nom de DragonFly BSD (DragonFlyBSD est un système d'exploitation de type BSD. Il résulte d'un fork de FreeBSD 4.8 mené par Matt Dillon, jugeant le nouveau système de threading et SMP de FreeBSD 5 peu performant et difficile à maintenir.). Parmi ces nouveautés, on compte : une architecture multiprocesseurs nouvelle génération (SMPng, Symmetrical Multi-Processor scheduler next (NeXT Computer, Inc (devenue NeXT Software, Inc) était une entreprise d’informatique fondée par Steve Jobs en 1985 après son départ...) generation) avec des temps de latences plus courts, la possibilité d'exécuter en mode kernel plusieurs programmes, le système de fichiers UFS2, un système de politiques de sécurité en provenance de Trusted BSD.

Les versions 6 apparaissent en novembre 2005. Elles continuent entre autres le travail sur le système SMP (Symmetrical Multi-Processor scheduler), les threads, et la sécurité. Le système de fichiers est maintenant multi-threadé, et les processeurs 386 ne sont plus gérés. Il y a trois « releases » (publications) en 2006 et une en 2007.

La version 7.0 sort le 27 février 2008 et la 8.0 en novembre 2009. Parmi les nouveautés importantes figure le nouvel ordonnanceur, SCHED_ULE, optimisé pour les machines multiprocesseurs sans diminution des performances en monoprocesseur. Cette version a néanmoins été critiquée pour l'intégration tardive de la propolice au sein du kernel.

Page générée en 0.197 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique