Espèce - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Classification des espèces

En classification classique ou phylogénétique, l’espèce est le taxon de base de la systématique, dont le rang se trouve juste en dessous du genre.

Nomenclature scientifique

Dans la classification scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.), une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique....) vivante ou ayant vécu est désignée suivant les règles de la nomenclature binominale, établie par Carl von Linné (Carl Linnæus, puis Carl von Linné après son anoblissement, né le 23 mai 1707 à Råshult et mort le 10 janvier 1778 à Uppsala, est un naturaliste suédois qui a jeté les bases...) au cours du XVIIIe siècle. Suivant cette classification, le nom d'une espèce est constituée d'un binôme ( en mathématique, binôme, une expression algébrique ; voir aussi binôme de Newton et coefficient binomial un binôme est un groupe de deux...) latin qui combine le nom du genre avec une ou deux épithètes spécifiques. Autant que possible, le nom est suivi de la citation du nom de l'auteur, abrégé (en botanique) ou complet (en zoologie), qui a le premier décrit l'espèce sous ce nom. Le nom de l’espèce est l’ensemble du binôme et non pas seulement l’épithète spécifique.

Par exemple, les êtres humains appartiennent au genre Homo et à l’espèce Homo sapiens.

Les noms scientifiques sont « réputés » latins et s’écrivent en italique. Le genre prend une majuscule initiale tandis que l'épithète spécifique reste entièrement en minuscule. Lorsque le nom de l'auteur est cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes sédentarisés libres...) en entier, il est en italique.

Quand le genre est connu mais que l'espèce n'est pas déterminée, il est d’usage d’utiliser comme épithète provisoire l’abréviation du latin species : « sp. », à la suite du nom du genre. Quand on veut désigner plusieurs espèces ou toutes les espèces d'un même genre, c'est l'abréviation « spp. » (pour species pluralis) qui est ajoutée. De même, « sous-espèce » est abrégé en « ssp. » (pour sub-species) et « sspp. » au pluriel (pour sub-species pluralis). Ces abréviations sont toujours écrites en caractères romains.

La nomenclature binominale, ainsi que d’autres aspects formels de la nomenclature biologique, constitue le « système linnéen ». Ce système de nomenclature permet de définir un nom unique pour chaque espèce, valable dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier, contrairement à la classification vernaculaire.

Sous-espèce

Bergeronnette grise, Motacilla alba alba
Bergeronnette de Yarrell, Motacilla alba yarrellii

Ces deux bergeronnettes mâles ont été décrites comme deux sous-espèces différentes d’une même espèce : Motacilla alba.

Au sein d’une espèce donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.), une sous-espèce consiste en un groupe d’individus qui se trouvent isolés (pour des raisons géographiques, écologiques, anatomiques ou organoleptiques) et qui évoluent en dehors du courant génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) de l’espèce de référence.

Au bout d’un certain temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), ce groupe d’individus prend des caractéristiques spécifiques qui le différencient de l’espèce de référence. Ces caractères peuvent être nouveaux (apparition suite à une mutation par exemple) ou être la fixation d’une caractéristique variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques,...) chez l’espèce de référence.

Des sous-espèces différentes ont souvent la possibilité de se reproduire entre elles, car leurs différences ne sont pas (encore) suffisamment marquées pour constituer une barrière reproductive.

On peut s’interroger sur la validité de la définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) d’une sous-espèce sachant que la définition du terme espèce reste fluctuante et controversée. Il en est ici de même et toutes les limites de la définition d’une espèce s’appliquent également pour celle d’une sous-espèce.

Recensement (Le recensement est une opération statistique de dénombrement d'une population.) des espèces

Carl von Linné recensait au XVIIIe siècle environ 67 000 espèces différentes. Aujourd’hui, personne ne peut définir avec précision le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d’espèces existant sur la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la...).

Eucaryotes

Les Eucaryotes regroupent les animaux, les champignons, les plantes, les protozoaires... Alors qu’on estime qu'ils représentent entre 5 et 30 millions le nombre d’espèces vivantes sur la planète, seulement 1,5 à 1,8 million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un...) d'espèces ont été décrites scientifiquement (témoin des difficultés liées à la notion d’espèce, ce nombre lui-même reste flou). Les espèces marines ne représentent que 13 % de l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) des espèces décrites, soit environ 275 000, dont 93 000 pour les seuls écosystèmes coralliens.

La grande majorité des espèces non décrites sont des Insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes et leur...) (4 à 100 millions d'espèces suivant les estimations, qui vivraient principalement sur la canopée (La canopée est l'étage supérieur de la forêt, en contact direct avec l'atmosphère libre. Elle est parfois considérée comme un habitat ou un...) des forêts tropicales), des Némathelminthes (ou vers ronds : 500 000 à 1 000 000 d'espèces), et des Eucaryotes unicellulaires : protozoaires ou protophytes, certains ex-champignons aujourd’hui classés dans les Straménopiles ou les Myxomycètes (maintenant classés dans plusieurs groupes de protistes…).

Selon la liste rouge (On parle de « liste rouge » pour désigner une liste contenant des informations sensibles, la catégorie des numéros de téléphone...) de l’UICN de 2006 et les données les plus récentes, les espèces vivantes décrites peuvent être décomposées comme suit :

Espèces décrites et non décrites de quelques groupes d'êtres vivants
Espèces marines décrites annuellement.jpg
  • 312 655 plantes, dont :
    • 25 000 algues,
    • 15 000 mousses,
    • 13 025 fougères,
    • 980 gymnospermes,
    • 199 350 dicotylédones,
    • 59 300 monocotylédones ;
  • 74 000-120 000 champignons, dont :
    • 32 000 ascomycètes,
    • 17 000 basidiomycètes ;
  • 10 000 lichens ;
  • 1 500 000 animaux :
    • 30 000 Protozoaires,
    • 1 440 000 invertébrés, dont :
      • 1 100 000 arthropodes, dont 950 000 insectes, 80 000 arachnides, 55 000 crustacés (Les crustacés (Crustacea) sont des arthropodes, c'est-à-dire des animaux dont le corps est revêtu d’un exosquelette chitinoprotéique...), 13 000 myriapodes...
      • 120 000 mollusques, dont 100 000 gastéropodes, 15 000 bivalves, 850 céphalopodes...
      • 80 000 vers ronds,
      • 20 000 vers plats (dont 75 % de parasites),
      • 15 000 annélides,
      • 10 000 cnidaires,
      • 9 000 éponges,
      • 7 000 échinodermes,
      • 5 700 bryozoaires,
      • 2 500 tuniciers,
    • 60 516 vertébrés :
      • 108 agnathes (lamproies et myxines),
      • 900 poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien qu’assez grande, elle...) cartilagineux (requins, raies et chimères)
      • 30 000 poissons osseux,
      • 5 743 amphibiens,
      • 8 240 reptiles,
      • 10 234 oiseaux,
      • 5 416 mammifères.

Environ 16 000 nouvelles espèces sont décrites chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), dont 1 600 espèces marines. On estime qu’environ 10 espèces disparaissent naturellement (c’est-à-dire hors de l’intervention de l’espèce humaine) chaque année, ou une sur 50 000 par siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4...). Mais il en est qui disparaissent aussi du fait de l’homme (voir Dodo, Diversité génétique…) : Edward Osborne Wilson en évalue le nombre à plusieurs milliers par an. D’après l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (Un millénaire est une période de mille années, c'est-à-dire de dix siècles.) de 2005, le taux de disparition des espèces depuis deux siècles est 10 à 100 fois supérieur au rythme naturel (hors grandes crises d'extinction), et sera encore multiplié par dix d'ici 2050, soit 1 000 à 10 000 fois le rythme d'extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) naturel.

Procaryotes

Dans les deux autres grands groupes du vivant (les Archées et les Bactéries), la notion d'espèce est sensiblement différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à l'aide de la trace,...). Le nombre total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le...) est encore moins bien connu que chez les Eucaryotes, avec des estimations qui varient entre 600 000 et 6 milliards d'espèces... contre seulement 7 300 espèces de bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le...) connues à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il est »), y compris en sciences...) actuelle.

Page générée en 0.080 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique