Debian
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Caractéristiques et critiques

Orientation et utilisations

La distribution Debian s'est à l'origine principalement développée autour de son utilisation sur des serveurs, elle est donc particulièrement adaptée à ce rôle (par exemple elle distingue toujours l'administrateur système de l'« utilisateur final »).

Pourtant le but a toujours été d'obtenir un système universel, donc tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) autant utilisable sur des ordinateurs personnels, mais l'utilisation du système a longtemps été réservé aux utilisateurs ayant des compétences d'administrateur. Par exemple son installation a longtemps été rédhibitoire pour les novices, et en cas de problèmes les messages d'erreur demandaient régulièrement de contacter l'administrateur système.

Ce problème a en partie été résorbé par son adaptation par des distributions orientées « utilisateur final » (comme knoppix depuis 2000 ou Ubuntu (Ubuntu (prononciation [ubuntu], c'est-à-dire « ou-boun-tou » en prononciation française) est un système d’exploitation libre fondé sur Debian (une distribution Linux) et...) depuis 2004), ce qui a accéléré l'évolution vers d'autres mode d'utilisation et les progrès du côté de l'ergonomie.

Sortie des versions

Cette utilisation originellement orientée serveurs a également influencé son cycle de sortie de nouvelles versions. Une fiabilité (Un système est fiable lorsque la probabilité de remplir sa mission sur une durée donnée correspond à celle spécifiée dans le cahier des...) irréprochable était nécessaire, ce qui a entraîné des délais très longs entre les versions stables (surtout à l'époque des versions 3). Cela avait pour conséquence de fournir des applicatifs stables mais parfois désuets ou dépassés au moment de la sortie d'une nouvelle version.

En 2008, pour résoudre ce problème, la version "Etch et demi" propose une mise à jour (Une mise à jour, souvent abrégé en MAJ ou MàJ, est l'action qui consiste à mettre « à jour », ou bien « à niveau », un outil...) des paquets au sein d'une version stable, ce qui est une première dans l'histoire de Debian (Debian (/de.bjan/) est une organisation communautaire et démocratique, dont le but est le développement d'un système d'exploitation basé exclusivement sur des logiciels...).

En 2009, il est décidé de commencer à geler les paquets à la fin de chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) impaire (c'est-à-dire de stopper les mises à jours des éléments constituants pour se concentrer sur leurs bonnes interactions). Cette nouvelle stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) laisse apparaître un cycle de développement (Il existe différents types de cycles de développement entrant dans la réalisation d'un logiciel. Ces cycles prendront en compte toutes les étapes de la conception d'un logiciel.) de deux ans, et avec une nouvelle version stable au début de chaque année paire (On dit qu'un ensemble E est une paire lorsqu'il est formé de deux éléments distincts a et b, et il s'écrit alors :) (comme les versions LTS d'ubuntu, mais sans fixer la date de sortie). La première de ces versions issue d'un développement lié au calendrier (Un calendrier est un système de repérage des dates en fonction du temps. Ces systèmes ont été inventés par les hommes pour mesurer, diviser et organiser le temps sur de longues durées....) est donc attendue en 2010.

Sécurité

D'une manière générale la sécurité est réputée être un point (Graphie) fort de Debian. La politique de sécurité (commune aux systèmes libres) est de toujours afficher les failles de sécurité découvertes.

En mai 2008, Luciano Bello, développeur (En informatique, un développeur (ou programmeur) est un informaticien qui réalise des logiciels en créant des algorithmes et en les mettant en œuvre dans un langage de programmation.) Debian et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent d'importantes...) en sécurité informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le traitement...) découvre que des changements effectués dans la version d'OpenSSL (OpenSSL est une boite à outils de chiffrement comportant deux bibliothèques (une de cryptographie générale et une implémentant le...) distribuée par Debian avaient provoqué une faiblesse dans le générateur de nombres aléatoires (Un générateur de nombres aléatoires est un dispositif capable de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas « facilement » tirer des propriétés...). Ainsi les clés de sécurité générées par une machine utilisant la version « Etch » étaient prédictibles. Cette faille a concerné aussi les distributions dérivées de Debian telles que Ubuntu et Knoppix.

Communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles...)

On relève aussi des problèmes sur le plan de la communication (site web à l'aspect peu moderne et peu actualisé par exemple), mais aussi des problèmes de communication entre les développeurs. Ces aspects avaient notamment été pointés du doigt par Sam Hocevar lors de la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est caractérisée par une...) pour le poste de chef de projet (Un chef de projet, en informatique est la personne chargée de contrôler le bon déroulement du développement d'un logiciel informatique. Par extension, le terme chef de projet s'applique dans d'autres domaines, tels la communication ou le...) en 2007.

Distribution des logiciels

La distribution GNU/Linux contient environ 25 000 paquets logiciels élaborés et maintenus par un millier de développeurs. Debian est réputé pour sa fiabilité et son gestionnaire de paquets original (APT), au format de fichier ( Un fichier est un endroit où sont rangées des fiches. Cela peut-être un meuble, une pièce, un bâtiment, une base de données informatique. Par exemple : fichier des patients d'un médecin, fichier des...) .deb, permettant les mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) et garantissant un système homogène. Debian est disponible pour une dizaine de plateformes de matériel informatique : m68k, SPARC, Alpha, PowerPC (Le PowerPC est une architecture de microprocesseurs développée conjointement par Apple, IBM et Freescale (ex-Motorola Semiconducteurs). Elle utilise un...), x86 (La famille x86 regroupe les microprocesseurs compatibles avec le jeu d'instructions de l'Intel 8086. Cette série est nommée IA-32 (pour Intel architecture 32 bits) par Intel pour ses processeurs à partir du...), IA-64, PA-RISC, MIPS (big et little-endian), ARM, OS/390 et plus récemment AMD64.

Sections de paquets logiciels

Pour chaque branche, trois sections sont disponibles :

  • la section main est la section principale de Debian. Elle contient la plupart des paquets ;
  • la section non-free regroupe tous les paquets qui ne respectent pas les DFSG. Ils ne font plus partie officiellement de la distribution et ne sont pas maintenus par les développeurs Debian. Le paquet vrms indique s'il y a des paquets non-free sur le système ;
  • la section contrib est destinée aux paquets qui respectent les DFSG, mais qui dépendent d'un paquet de la section non-free.

Gestion des paquets

Synaptic

Dpkg est le programme principal pour manipuler les fichiers de paquets (APT y fait d'ailleurs appel pour l'installation desdits programmes).

APT pour « Advanced Packaging Tool » (soit « Utilitaire de gestion de paquets avancé » en français) est une interface (Une interface est une zone, réelle ou virtuelle qui sépare deux éléments. L’interface désigne ainsi ce que chaque élément a besoin de connaître de l’autre pour pouvoir fonctionner correctement.) avancée pour le système de gestion des paquets Debian, qui consiste en plusieurs programmes dont les noms commencent par « apt- » (apt-get, apt-cache, apt-cdrom...). Outre sa facilité d'emploi et sa polyvalence, son intérêt réside dans sa gestion automatique (L'automatique fait partie des sciences de l'ingénieur. Cette discipline traite de la modélisation, de l'analyse, de la commande et, de la régulation des systèmes dynamiques. Elle a pour fondements...) des dépendances entre les différents paquets. Il existe également une interface graphique pour ce programme : Synaptic.

Dselect (dselect est un programme informatique utilisé pour gérer les paquetages dans le système d'exploitation Debian.) est l'interface utilisateur historique, permettant une gestion plus aisée des paquets. Cet utilitaire (Le mot utilitaire peut désigner :) tend à céder la place à Aptitude.

Versions de Debian GNU/Linux

Debian est toujours disponible en trois versions (trois branches) qui sont :

  • stable : version figée où les seules mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) sont des correctifs de sécurité ;
  • testing : future version stable où seuls les paquets suffisamment matures peuvent rentrer ;
  • unstable : surnommée Sid, il s'agit d'une version en constante évolution, alimentée sans fin par de nouveaux paquets ou de mises à jour de paquets déjà existants (on parle de rolling release).

De plus, il existe un dépôt de paquets nommé experimental ; il contient des paquets expérimentaux de logiciels dont l'utilisation pourrait dégrader le système. Cependant, le dépôt experimental ne contient pas tous les paquets disponibles dans les branches stable, testing et unstable. Voilà pourquoi il n'est pas considéré comme une branche à part entière.

Historique des versions

Les différentes versions de la distribution empruntent leur nom aux personnages du film d'animation (L'animation consiste à donner l'illusion du mouvement à l'aide d'une suite d'images. Ces images peuvent être dessinées, peintes, photographiées, numériques, etc.) Toy Story des studios Pixar :

Version Nom Date de sortie Définition (Une définition est un discours qui dit ce qu'est une chose ou ce que signifie un nom. D'où la division entre les définitions réelles et les définitions nominales.) du personnage Commentaire
0.01 à 0.91 août 1993 à janvier 1994
0.93R5 mars 1995
0.93R6 novembre 1995
1.1 Buzz 17 juin 1996 Le ranger de l'espace ELF ; noyau Linux (Le noyau Linux est un noyau de système d'exploitation de type UNIX. Le noyau Linux est un logiciel libre développé essentiellement en C par une large communauté de contributeurs. Formellement,...) 2.0
1.2 Rex 12 décembre 1996 Le tyrannosaure
1.3 Bo 2 juin 1997 La bergère
2.0 Hamm 24 juillet 1998 Le cochon-tirelire Premier portage : m68k
2.1 Slink 9 mars 1999 Le chien (Le chien (Canis lupus familiaris) est un mammifère domestique de la famille des canidés, proche du loup et du renard. Autrefois regroupé dans une espèce à part entière,...) à ressort Apparition de APT ; 4 architectures
2.2 Potato 15 août 2000 Monsieur Patate 6 architectures (+ARM, +PowerPC) ; 2 000 paquets
3.0 Woody 19 juillet 2002 Le cow-boy 11 architectures ; 8 000 paquets
3.1 Sarge 6 juin 2005 Le chef des soldats 11 architectures ; 15 000 paquets
4.0 Etch 8 avril 2007 L'écran (Un moniteur est un périphérique de sortie usuel d'un ordinateur. C'est l'écran où s'affichent les informations saisies ou demandées par l'utilisateur et générées ou restituées par l'ordinateur, sous forme...) magique 11 architectures (+AMD64, −m68k) ; 18 000 paquets
5.0 Lenny 14 février 2009 La paire de jumelles (On désigne par le terme jumelles un dispositif optique binoculaire grossissant destiné à l'observation d'objets à distance, constitué de deux lunettes symétriques...) 12 architectures (+armel) ; 25 000 paquets
6.0 Squeeze (En finance, un squeeze, du verbe anglais qui signifie « presser », désigne un déséquilibre structurel entre les positions acheteuses et vendeuses...) - L'extraterrestre à 3 yeux (en) L'actuelle version en test, actuellement gelée (depuis le 6 août 2010)
7.0 Wheezy - Le manchot au nœud papillon rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) (en) La prochaine version
Sid En perpétuelle évolution L'enfant qui casse les jouets Correspondra toujours à la version unstable

Note : il n'y a pas eu de version 1.0 du système Debian. En décembre 1995, un revendeur de CD (Infomagic) a fait presser des CD de la version de développement en les intitulant Debian 1.0. Cette version étant imparfaite et notoirement boguée, la première version officielle de Debian a donc été la 1.1 afin d'éviter toute confusion.

Si la version unstable s'appelle Sid en référence au garçon qui casse les jouets dans Toy Story, le nom est souvent utilisé en tant qu'acronyme de Still In Development.

Versions 0.x

Debian est née en août 1993 grâce à Debra Murdock (Ian Murdock (né le 28 avril 1973 à Constance, Allemagne) est le fondateur du projet Debian, et de la distribution commerciale Progeny Debian. Il est actuellement PDG du Free Standards Group, et le président du groupe de travail Linux Standard...) et Ian Murdock (Ian Murdock (né le 28 avril 1973 à Constance, Allemagne) est le fondateur du projet Debian, et de la distribution commerciale Progeny Debian....), alors étudiants à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) Purdue. Debian fut soutenu par le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) GNU (GNU est un système d'exploitation composé exclusivement de logiciels libres.) de la Free Software Foundation de novembre 1994 à novembre 1995.

Les versions 0.01 jusqu'à 0.90 de Debian furent produites entre août et décembre 1993. Ian Murdock écrivait alors :

« La version 0.91 de Debian sortit en janvier 1994. Elle avait un système de gestion de paquets primitif qui permettait aux utilisateurs de manipuler les paquets mais n'autorisait pas grand chose d'autre (il ne possédait certainement pas de dépendances ou d'options analogues). À partir de ce moment-là, quelques douzaines de personnes travaillaient sur Debian, alors que je devais toujours assembler les versions moi-même. La version 0.91 fut la dernière version faite de cette manière. »
« Une grande partie de l'année 1994 fut consacrée à organiser le projet Debian de façon à ce que les autres puissent plus directement contribuer, comme pour la réalisation de Dpkg (Ian Jackson fut très largement responsable de cette dernière). Si je me souviens bien, il n'y eut pas de version officielle en 1994, bien que nous en eûmes un certain nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) en interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable selon...), à chaque fois que nous progressions dans l'avancement de la distribution. »
« La Debian 0.93, en version 5, sortie en mars 1995, fut la première version “moderne” de Debian : il n'y avait jamais eu autant de développeurs (bien que je ne puisse me rappeler combien), chacun avait maintenant ses propres paquets et Dpkg fut utilisé pour installer et maintenir tous ces paquets après l'installation du système de base. »
« La Debian 0.93, en version 6, sortie en novembre 1995, fut la dernière version au format a.out. Il y avait environ 60 développeurs pour maintenir les paquets de la version 0.93R6. Si je me souviens bien, dselect fit son apparition dans cette version qui fut ma version favorite de Debian. »

Il arrêta de travailler activement sur le projet en mars 1996 durant la préproduction de la Debian 1.0. Cette dernière fut renommée 1.1 pour éviter toute confusion avec un fabricant de disque (Le mot disque est employé, aussi bien en géométrie que dans la vie courante, pour désigner une forme ronde et régulière, à l'image d'un palet — discus en latin.) compact qui nomma faussement 1.0 une version précédente. Cet incident mena au concept d'images ISO “officielles”, de façon à éviter aux vendeurs ce genre de bévue.

Durant le mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) d'août 1995 (entre la version 0.93R5 et 0.93R6 de Debian), Hartmnut Koptein débuta le premier portage de Debian pour la famille des Motorola (www.motorola.com/fr) m68k. Selon lui : « De très nombreux paquets étaient construits autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) de l'architecture (Architectures est une série documentaire proposée par Frédéric Campain et Richard Copans, diffusé sur Arte depuis 1995.) i386 ("petit bout", -m486, -O6 et autres options de ce genre de la bibliothèque libc4) et ce fut un travail énorme que d'avoir une base de paquets de départ sur ma machine (un Atari (Atari est à l'origine une entreprise américaine pionnière dans l'industrie du jeu vidéo fondée en 1972 par Nolan Bushnell et Ted Dabney. Elle est spécialisée dans le...) Medusa 68040, 32 MHz). Après trois mois (en novembre 1995), je mis à disposition 200 paquets, sur les 250 disponibles, tous pour la bibliothèque libc5 ! » Depuis lors, le projet Debian s'est développé en incluant de nombreux portages vers d'autres architectures, ainsi qu'un portage vers un nouveau noyau, Hurd (Le Hurd est un ensemble de programmes et de bibliothèques servant de base au système d'exploitation GNU. C'est un logiciel libre, soumis à la licence GPL.), et donc vers le système à micro-noyau GNU/Hurd.

Un des tout emiers membres du projet, Bill Mitchell, se rappelle au sujet du noyau Linux :

« … on devait être entre la version 0.99r8 et 0.99r15 lorsque l'on a débuté. Pendant très longtemps, je fus capable de compiler un noyau en moins de 30 minutes sur une machine dotée d'un 386 à 20 MHz, et j'étais ainsi capable d'installer une Debian dans le même temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) avec moins de 10 Mo d'espace disque. »
« … Je me souviens que l'équipe initiale comprenait Ian Murdock, moi-même, Ian Jackson, un autre Ian dont je ne me souviens pas le nom de famille, Dan Quinlan, et quelques autres personnes dont je ne me souviens pas des noms. Matt Welsh faisait aussi partie du groupe initial, ou l'a rejoint à ses tous débuts (il a depuis quitté le projet, ...). Quelqu'un créa une liste de discussions et nous nous mîmes au travail. »
« Si je me souviens bien, nous ne partîmes pas d'un plan défini, et nous ne partîmes pas sur le fait de créer ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) un plan avec une approche très organisée. Dès le début, si je ne me trompe pas, nous rassemblâmes aléatoirement les sources d'un certain nombre de paquets. Avec le temps, nous finîmes par finaliser une collection d'articles qui seraient nécessaires au cœur de la distribution : le noyau, un shell, update, getty, de nombreux autres programmes et de fichiers de configuration requis pour initialiser le système ainsi que tout un jeu d'utilitaires. »

Versions 2.x

Ian Jackson devint le responsable du projet Debian au début de l'année 1998 et devint tout de suite après vice-président de la Software in the Public Interest. Après la démission du trésorier (Tim Sailer), du président (Bruce Perens) et du secrétaire (Ian Murdock), il devint président et trois nouveaux membres furent choisis : Martin Schulze (vice-président), Dale Scheetz (secrétaire) et Nils Lohner (trésorier).

La version 2.0 de Debian (Hamm) sortit en juillet 1998 pour les architectures de processeurs Intel x86 et Motorola m68k. Cette version se caractérise par l'introduction d'une nouvelle version des bibliothèques C (libc6 reposant sur la glibc2). Au moment de sa sortie, il y avait plus de 1 500 paquets maintenus par plus de 400 développeurs Debian. Wichert Akkerman succéda à Ian Jackson comme chef de projet Debian en janvier 1999.

La version 2.1 de Debian sortit le 9 mars 1999, après avoir été retardée pendant une semaine par des demandes de corrections de dernière minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte...). La Debian 2.1 (Slink) supporte officiellement deux nouvelles architectures : l'Alpha et le Sparc. Les paquets contenant le système X-Window furent profondément réorganisés par rapport aux précédentes versions. Elle inclut aussi APT, l'interface de gestion de paquets de la génération suivante. Ainsi, cette version de Debian fut la première à requérir deux cédéroms pour le jeu de cédéroms officiels ; elle contient environ 2 250 paquets.

Le 21 avril 1999, Corel (Corel est un éditeur de logiciels qui a son siège à Ottawa, Ontario, Canada.) Corporation et le projet KDE formèrent effectivement une alliance avec Debian lorsque Corel affirma son intention de fabriquer une distribution Linux (Une distribution Linux (ou distro, distrib), appelée aussi distribution GNU/Linux pour faire référence aux bibliothèques et logiciels du projet GNU, est un ensemble cohérent de logiciels (la plupart étant des...) basée sur Debian et l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux...) de bureau du projet KDE. Durant le printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées,...) et l'été suivants, une autre distribution basée sur Debian fit son apparition, Storm Linux (Au sens strict, Linux est le nom du noyau de système d'exploitation libre, multitâche, multiplate-forme et multi-utilisateur de type UNIX créé par Linus Torvalds, souvent désigné comme le noyau Linux....). Le projet Debian choisit alors un nouveau logo, en créant à la fois une version officielle à utiliser sur le matériel utilisant Debian, comme les cédéroms ou les sites webs officiels du projet, et une version non-officielle pour une utilisation dérivée (La dérivée d'une fonction est le moyen de déterminer combien cette fonction varie quand la quantité dont elle dépend, son argument, change. Plus précisément, une...) de Debian ou mentionnant son nom. Un nouveau portage, unique en son genre, débuta à ce moment avec le Hurd. C'est la première tentative d'utiliser un noyau non-linux, avec le GNU/Hurd, qui est lui-même basé sur le micro-noyau GNU Mach.

La Debian 2.2 (Potato) est sortie le 15 août 2000, cette version ajoute le support des architectures PowerPC et ARM, avec Wichert Akkerman en tant que chef de projet, cette version de la distribution compte 3 900 paquets maintenus par près de 450 développeurs.

Versions 3.x

Debian 3.0 fut nommée « Woody » et supportait toujours plus d'architectures, avec l'ajout des IA-64, HP PA-RISC, MIPS et S/390. Le projet compte alors 900 développeurs et 8 000 paquets, dont pour la première fois KDE, après que le conflit de licence de la bibliothèque Qt eut été résolu.

Debian « Sarge », soit la version 3.1, fut finalisée le 6 juin 2005 et compte pas moins de 15 000 paquets et 11 architectures.

Versions 4.x

La version 4.0, « Etch » est sortie le 8 avril 2007 et inclut les éléments suivants :

  • Noyau Linux 2.6.18 ;
  • Support officiel de l’architecture AMD64, soit un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En physique le total n'est...) de 11 architectures différentes ;
  • Remplacement de XFree86 par X.Org (version 7.1) ;
  • Nouvel installateur (incluant une version graphique) ;
  • Présence de Secure APT pour des téléchargements sécurisés avec cryptographie (La cryptographie est une des disciplines de la cryptologie s'attachant à protéger des messages (assurant confidentialité, authenticité et intégrité) en s'aidant souvent de secrets ou clés.) et signatures améliorées.

Le 27 juillet 2008, la quatrième révision de « Etch » est sortie. Outre les mises à jour de sécurités habituelles, cette version inclut aussi « etch-and-a-half ». Ce dernier propose un nouveau noyau (2.6.24), des drivers plus récents pour Xorg, ainsi que divers autres changements permettant de faire fonctionner Debian avec un matériel plus récent.

Le 15 août 2008, Debian peut s'installer sur le téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix humaine.) Neo FreeRunner.

Versions 5.x

La version 5.0, « Lenny » est sortie le 14 février 2009 après 22 mois de développement et est aujourd'hui en version stable. Elle inclut les éléments suivants :

  • Noyau Linux 2.6.26 ;
  • X.Org 7.3, incluant la configuration automatique du matériel ;
  • OpenOffice (OpenOffice.org (parfois abrégé en OOo) désigne à la fois un logiciel libre de bureautique, une communauté de développeurs, et le site internet hébergeant l'ensemble du projet. Le but énoncé est « de...).org 2.4.1 ;
  • PostgreSQL ;
  • MySQL 5.0.51a ;
  • Apache 2.2.9 ;
  • Samba 3.2.5 ;
  • PHP (PHP (sigle de PHP: Hypertext Preprocessor), est un langage de scripts libre principalement utilisé pour produire des pages Web dynamiques via un serveur HTTP, mais pouvant également fonctionner comme n'importe quel langage...) 5.2.6 ;
  • Prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non...) complète du système de fichiers NTFS.
Page générée en 0.530 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique