Chambre à gaz - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Chambre à gaz du camp d'extermination de Majdanek (photo prise en 2007).

Une chambre à gaz est un dispositif destiné à donner la mort, consistant en une pièce hermétiquement close dans laquelle un gaz toxique (Un gaz toxique est un gaz dont les propriétés toxiques sont utilisées comme arme lors de combats, ou contre des populations civiles (lors d'actes terroristes ou de génocides).) ou asphyxiant est introduit. L'agent toxique le plus communément utilisé est le cyanure (Les cyanures sont les composés de l'anion CN-, formé d'un atome de carbone lié par une liaison triple à un atome d'azote. L'ion CN- est la base...) d'hydrogène (L'hydrogène est un élément chimique de symbole H et de numéro atomique 1.). Les chambres à gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et quasi-indépendants. Dans l’état gazeux, la matière n'a pas de forme propre ni de...) sont une méthode d'exécution de la peine de mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général, incluant par exemple la mort des étoiles). Chez les...) aux États-Unis depuis le début des années 1920. En Allemagne, elles furent utilisées à large échelle par le programme génocidaire des nazis.

États-Unis

Chambre à gaz (Une chambre à gaz est un dispositif destiné à donner la mort, consistant en une pièce hermétiquement close dans laquelle un gaz toxique ou asphyxiant est introduit....) à la Prison d'État de San Quentin

Cinq États américains (Arizona, Californie, Maryland, Missouri et Wyoming) utilisent la chambre à gaz pour appliquer la peine de mort. Cette méthode, souvent utilisée dans les États de l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).) à partir des années 1920, l'est aujourd'hui très rarement. Les condamnés à mort ont en effet le choix entre la chambre à gaz et l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) létale, excepté au Wyoming où la chambre à gaz n'est utilisée que si la méthode courante est jugée anticonstitutionnelle.

Depuis 1976, onze personnes ont été exécutées par gaz létal aux États-Unis. La dernière fut Walter LaGrand le 3 mars 1999.

Abattage d'animaux

Les chambres à gaz sont également largement utilisées comme moyen d'abattage massif (Le mot massif peut être employé comme :) d'animaux, notamment pour l'exploitation de la fourrure animale, l'intérêt étant de la préserver en bon état.

Des caissons à gaz sont commercialisés pour tuer par suffocation des pigeons préalablement capturés. L'agonie du pigeon dure environ cinq minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au...) selon le vendeur, qui affirme aussi qu'elle serait sans douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal...) et qualifie d'euthanasie (À l'origine, l'euthanasie (gr: ευθανασία - ευ, bonne, θανατ mort) désigne...) la mort ainsi administrée.

Allemagne Nazie

Cette technique d'exécution a été poussée (En aérodynamique, la poussée est la force exercée par le déplacement de l'air brassé par un moteur, dans le sens inverse de l'avancement.) à un niveau industriel à Auschwitz par les nazis pour exterminer principalement des Juifs, mais également des résistants, des handicapés mentaux, des Noirs, des Roms, des homosexuels, des franc-maçons et des communistes pendant la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La...) Guerre mondiale. Le gaz employé à Auschwitz fut l'acide (Un acide est un composé chimique généralement défini par ses réactions avec un autre type de composé chimique complémentaire, les bases.) cyanhydrique, dégagé par le Zyklon B de la firme IG Farben. Dans certains autres camps d'extermination, ce sont des gaz d'échappement qui ont été utilisés de façon exclusive, qui tuaient les victimes par intoxication (Une intoxication est un ensemble de troubles du fonctionnement de l'organisme dus à l'absorption d'une substance étrangère, dite toxique.) au monoxyde de carbone (Le monoxyde de carbone est un des oxydes du carbone. Sa formule brute s'écrit CO et sa formule semi-développée C=O ou –C≡O+, la molécule est composée d'un atome de carbone et...), soit dans des chambres à gaz (Treblinka), soit dans des camions (Le camion est un véhicule automobile à roues destiné à transporter des marchandises. Le routier (routière) ou camionneur (camionneuse) a pour profession la conduite d'un camion.) mobiles comme ce fut le cas, par exemple, à Chelmno à partir de décembre 1941.

Contre les handicapés

Des gazages utilisant les gaz d'échappement furent expérimentés par les nazis pour assassiner les handicapés (ou les malades étiquetés « vies inutiles ») dans un vaste plan d’eugénisme, qui fit au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En physique le total n'est pas...), selon les estimations, de 70 000 à plus de 100 000 victimes, très majoritairement entre 1939 et 1941, le plan ayant officiellement cessé suite aux protestations de l’Église catholique (il y eut ensuite une campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La campagne est caractérisée par une...) d'élimination sauvage, n'utilisant plus de gaz et faisant nettement moins de victimes).

Bâtiments

À Auschwitz, les locaux de gazage faisaient partie des crématoires (on appelle alors "crématoire" un bâtiment incluant en un même lieu les salles de déshabillage, chambres à gaz et salles des fours). À Auschwitz il y a cinq crématoires appelés K I, K II, K III, K IV et K V (K I à Auschwitz I, les autres à Auschwitz II c’est-à-dire Birkenau). En plus de ces Krematorium, il y avait dans le bois à la lisière extérieure du camp de Birkenau des chambres à gaz dans deux lieux appelés Bunker. Les deux Bunker ont été utilisés avant la construction des K II à V. Il s'agissait au départ de bâtiments existant antérieurement au camp et appartenant à des paysans polonais qui en ont été expropriés. Ils ont ensuite été l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est défini par...) de travaux destinés à les adapter à leurs fonctions sur ordre de R. Höß le commandant du camp, qui tenait lui-même ses ordres de Himmler. La capacité de ces Bunker était bien inférieure à celle des crématoires. Les Bunker 1 et 2 ont cessé d'être utilisés lorsque les Krematorium ont été terminés. Le Bunker 1 (deux chambres à gaz) a alors été détruit. Le Bunker 2 (quatre chambres à gaz) en revanche a été conservé et remis en service lors des transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) massifs de Juifs hongrois durant l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) 44 car les quatre crématoires n'y suffisaient pas. Pour certaines, les chambres à gaz prenaient l'apparence anodine de salles de douches pouvant contenir simultanément jusqu'à 3 000 personnes pour les K II et III et 2 000 pour les K IV et V.

Méthode

Une fois les portes fermées, un officier SS versait les cristaux de Zyklon B par des ouvertures dans le toit (Le toit est la structure couvrant la partie supérieure d'un édifice, permettant principalement de protéger son intérieur contre les...) qu'il obturait ensuite par des dalles en béton (Le béton est un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats naturels (sable, gravillons) ou artificiels (granulats légers) agglomérés par un liant.) (aux K I, K II et K III) ou par des lucarnes de bois en haut des murs (aux Bunkers et aux K IV et K V). Dans le premier cas, le produit tombait dans des colonnes creuses jalonnant la chambre d'où le gaz commençait à diffuser. La mort survenait progressivement après 6 à 20 minutes (variable selon la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de...) de personnes dans la salle et la chaleur) de convulsions et d'étouffement. Après un délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».) qui était jugé convenable par un médecin (Un médecin est un professionnel de la santé titulaire d'un diplôme de docteur en médecine. Il est chargé de soigner les maladies, pathologies, et blessures de ses patients. Son métier...) SS regardant pour cela dans la pièce par un judas, on ouvrait les portes. Peu après, dans les crématoires équipés de ventilation, les cadavres étaient sortis de la chambre à gaz. Là, un Kommando était chargé de raser les cheveux des femmes et de récupérer les objets de valeur, y compris les dents en or. Ensuite, ces prisonniers devaient empiler les cadavres dans des monte-charges vers la salle des fours aux K II et III parce que les chambres à gaz y étaient au sous-sol.

Négationnisme

Les négationnistes prétendent notamment que les descriptions faites par les survivants et les témoignages de nazis (par exemple celui de Dieter Wisliceny, dont le témoignage eut une certaine importance dans le procès d'Eichmann) seraient inexactes.

Selon ces thèses négationnistes, la toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité...) du Zyklon B serait telle qu'il aurait été impossible d'entrer dans les chambres à gaz sans masques avant plusieurs heures (L'heure est une unité de mesure  :), ce qui rendrait impossible le rendement admis par tous les historiens. En réalité, cet argument est erroné.

En fait, ils profitent des différences de fonctionnement des lieux de gazage qui ne sont évidemment pas connues du grand public. Au Bunker 1 d'Auschwitz, par exemple, il était nécessaire d'attendre plusieurs heures avant de faire venir le Sonderkommando des prisonniers chargés de sortir les corps (pour que les gaz se soient suffisamment dissipés), ou bien il fallait les équiper de masques à gaz. Forts de cette expérience, les travaux ordonnés par les SS au Bunker 2 ont prévu deux portes se faisant face pour chacune des quatre chambres à gaz afin d'en faciliter l'aération. Dans les quatre complexes de chambres à gaz-crématoires construits par la suite à Auschwitz, les SS ont demandé aux entreprises de prévoir des systèmes de ventilation.

Jamais l'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) n'a coulé dans ces pseudo-douches de Birkenau. Les pommeaux étaient là seulement pour obtenir le calme des victimes en leur faisant croire aussi longtemps que possible qu'ils allaient réellement prendre une douche désinfectante avant de pouvoir pénétrer dans le camp. Dans ce but, les SS d'Auschwitz avaient également placé des pancartes Zum Baden sur les portes, ainsi que des crochets numérotés dans les vestiaires où les victimes se déshabillaient (on leur disait alors de bien retenir le numéro). À Treblinka, les pommes de douches n'étaient pas raccordées à l'eau non plus. Comme à Birkenau, les prisonniers devaient utiliser des tuyaux d'arrosage avant de sortir les corps.

La présence des chambres à gaz et leur utilisation par les SS est paradoxalement l'objet d'une méconnaissance du grand public utilisée par les négationnistes pour tenter de nier leur existence. La confusion provient également d'une mauvaise connaissance de la différence entre :

  • les camps d'extermination (Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka, ou les camps mixtes Auschwitz, Majdanek) qui en disposèrent — ou qui utilisèrent le procédé des camions, selon les cas —, pour certains dès 1941, à fins d'assassinats en masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de...) principalement des Juifs (dès leur arrivée dans ces véritables centres de mise à mort),
  • les camps de concentration qui servaient de camp de travail (Dachau, Buchenwald, Mauthausen, ...) qui n'en firent qu'un usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) limité, afin d'éliminer les déportés trop épuisés ou malades, devenus inaptes au travail (procédé permettant qu'il y ait le moins de traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la...) possible pour évaluer leur nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) avec précision)
  • les camps de transit (Drancy, ...) qui étaient une étape avant transfert.
Page générée en 0.246 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique