Central Park
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Central Park, et les gratte-ciel de New York au second plan.

Central Park (littéralement « Parc central ») est un espace vert d'une superficie de 341 hectares (3,41 km², environ 4 km sur 800 mètres), situé dans le borough de Manhattan (Manhattan est l'une des cinq circonscriptions (borough) de la ville de New York (les quatre autres étant The Bronx, Queens, Brooklyn et Staten Island). La circonscription de Manhattan se superpose avec le comté...) à New York (New York , en anglais New York City (officiellement, City of New York) pour la distinguer de l’État de New York, est la principale ville des États-Unis, elle...). Il est géré par la Central Park Conservancy (comité de sauvegarde (En informatique, la sauvegarde (backup en anglais) est l'opération qui consiste à dupliquer et à mettre en sécurité les données contenues dans un système informatique.) de Central Park) qui dispose d'un budget (Un budget est un document comptable prévisionnel distinguant les recettes et les dépenses.) annuel de 200 millions de dollars, et est entretenu au même titre que les autres espaces verts de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les...) par le New York City Department of Parks and Recreation (Département des espaces verts de la ville de New York). Central Park constitue le plus grand espace vert (Le vert est une couleur complémentaire correspondant à la lumière qui a une longueur d'onde comprise entre 490 et 570 nm. L'œil humain possède...) de la ville de New York, si l'on ne prend en compte que les cinq grands boroughs de la ville. Achevé en 1873 après treize années de construction, selon les plans de Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux (également à l'origine du Prospect Park de Brooklyn), Central Park représente une oasis (Une oasis (du grec ancien), en géographie, désigne une zone de végétation isolée dans un désert. Ceci se produit à proximité d'une source d'eau ou lorsqu'une nappe phréatique est...) de verdure au milieu de la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces...) de gratte-ciels de Manhattan, même s'il est situé au nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) de l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif...) où les édifices sont un peu moins élevés. Il est délimité par la 110e rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait dans...) au nord, la 8e avenue (Une avenue est une grande voie urbaine. Elle est en principe plantée d'arbres, et conduit à un monument.) à l'ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se couche le Soleil à l'équinoxe, le couchant (ou ponant).), la 59e rue au sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et la 5e avenue à l'est. Ces rues sont respectivement baptisées Central Park North, Central Park West et Central Park South, et le parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou à l’agrément. Il se distingue du Jardin public par...) est encadré par deux quartiers résidentiels : l'Upper East Side (à l'est) et l'Upper West Side (à l'ouest). Avec en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans...) 25 millions de visiteurs par an, Central Park est le parc le plus visité aux États-Unis.

Son aspect naturel est le résultat d'un important travail paysager : le parc contient plusieurs lacs artificiels (dont le plus important, The Jacqueline Kennedy Onassis Reservoir s'étend sur 0,43 km²), des chemins piétonniers, deux pistes de patinage sur glace (La glace est de l'eau à l'état solide.), une zone de protection de la vie (La vie est le nom donné :) sauvage et des pelouses pour pratiquer sports et jeux de plein air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...). Le parc est en outre un « sanctuaire » pour les oiseaux migrateurs, où de nombreux observateurs viennent les découvrir. Une route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) de 9,7 km de long, relativement peu fréquentée par les automobilistes, entoure le parc. Elle peut être empruntée par les piétons, les coureurs de fond, les cyclistes ou encore les adeptes du roller, surtout le week-end et en semaine après dix-neuf heures (L'heure est une unité de mesure  :), lorsque la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est équipée en conséquence. C'est un...) y est totalement interdite.

Emplacement de Central Park

Histoire

Projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de...) et contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept...)

Nécessité d'un grand espace vert

Central Park est le premier grand parc public à avoir été aménagé dans une ville américaine. Le projet d'un grand espace vert situé au cœur de New York ne faisait pas partie du Commissioners' Plan de 1811, grand plan cadastral à l'origine du découpage actuel des rues. En 1830, New York devient la plus grande ville des États-Unis, avec environ 200 000 habitants. Vers 1850, la plupart des New-Yorkais résident au sud de la 38e rue dans des quartiers surpeuplés et bruyants et les habitants ne disposent que de quelques espaces verts aménagés à l'époque, bien souvent des cimetières, comme le Green-Wood Cemetery à Brooklyn.

Quand la ville de New York commence à s'étendre vers le Nord de l'île de Manhattan au XIXe siècle, plusieurs voix s'élèvent pour réclamer la création d'un espace de verdure, à l'image du Bois de Boulogne à Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...) (achevé en 1852) ou de Hyde Park à Londres (Londres (en anglais : London - /?l?nd?n/) est la capitale ainsi que la plus grande ville d'Angleterre et du Royaume-Uni. Fondée il y a plus de 2 000 ans par les Romains, la ville est aujourd'hui devenue un centre...). Parmi ceux qui réclament la construction d'un parc, on trouve le paysagiste Andrew Jackson Downing, et des écrivains comme George Bancroft et Washington Irving. Le poète et journaliste (Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. On parle également de reporter (de l'anglais : report, rapporter) car il rapporte des faits dans l'objectif...) du New Evening Post William Cullen Bryant, qui est l'un des soutiens du projet, exige ainsi que :

« La municipalité ouvre un parc, un grand parc, un vrai parc, qui, par le sain divertissement du peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.), l'éloigne de l'alcool, du jeu et des vices, pour l'éduquer aux bonnes mœurs et à l'ordre. »

Il propose alors en 1850 que la municipalité achète une parcelle qu'il qualifie de « terre en friche (Une friche est un terrain, ou une zone, qui n’est pas, ou plus cultivé, ni même entretenu. Des activités marginales peuvent...), laide et répugnante » sur laquelle le projet peut voir le jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par...).

En 1853, la législature de l’État de New York décide de son emplacement au-delà de la 42e rue, alors limite nord de New York. Les autorités statuent pour un espace de 2,8 km² de la 59e rue à la 106e, entre la 5e et la 8e avenue, pour un coût de plus de 5 millions de dollars, pour l'achat du seul terrain.

Développement du projet

Central Park pendant sa construction.
Photographie de Victor Prevost, 1862

L'État nomma ainsi la Central Park Commission (commission de Central Park) chargée de superviser l'aménagement de l'espace vert. En 1857, un concours fut organisé pour dessiner les plans du parc, et c'est le projet du Greensward Plan de l'écrivain Frederick Law Olmsted et de l'architecte (L'architecte est le professionnel du bâtiment dont la fonction est de concevoir et de diriger la réalisation d'une œuvre d'architecture pour le compte d'un...) britannique Calvert Vaux qui fut retenu. Selon Olmsted, le parc devait être : « d'une importance capitale (Une capitale (du latin caput, capitis, tête) est une ville où siègent les pouvoirs, ou une ville ayant une prééminence dans un domaine...) en tant que premier véritable parc du siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois...), et un développement démocratique de la plus grande importance ». Ce point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) d'Olmsted était sans doute dû à ses nombreux voyages en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...) au cours des années 1850, durant lesquels il avait visité de nombreux parcs, et avait été très impressionné par le Birkenhead Park du Wirral, ouvert en 1847, et qui fut le premier parc public totalement construit au monde (Le mot monde peut désigner :). L'arrangement (La notion d'arrangement est utilisée en probabilités, et notamment pour les dénombrements en analyse combinatoire.) sculptural revint à Jacob Wrey Mould, et Andrew Haswell (Haswell est une microarchitecture de processeurs x86 actuellement développé par Intel, qui devrait succéder à Sandy Bridge à partir de fin 2012.) Green devint le président de la commission de Central Park en 1857 poste qu'il occupa jusqu'en 1871. En dépit de son manque d'expérience (il avait une formation en droit), il joua un grand rôle dans l'aménagement du parc new-yorkais : en 1858, il négocia l'acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) de 26 hectares supplémentaires pour développer le projet d'origine. Grâce à lui, Central Park s'agrandit vers le nord, jusqu'au niveau de la 110e rue, alors que le parc ne devait pas dépasser la 106e rue à l'origine.

Aménagement du terrain

Vers 1850, le terrain désigné était recouvert de marécages, parsemé de gros rochers et occupé par de nombreux squatteurs, qui élevaient notamment des chèvres et des cochons, et qui utilisaient parfois l'espace comme une décharge. Les premiers travaux ne commencèrent en conséquence qu'en 1857, date à laquelle Olmsted fut nommé surintendant de Central Park. Ils durèrent au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total...) dix-neuf années et le 150e anniversaire du parc fut célébré en 2003. Il fallut ainsi détruire 300 000 mètres cubes de rochers à l'explosif (Un explosif est un composé chimique défini ou un mélange de corps susceptibles lors de leur transformation, de dégager en un temps très court, un grand volume de gaz...), drainer le terrain marécageux et apporter trois millions de mètres cubes de terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la plus massive des...). 1 500 ouvriers travaillèrent quatorze heures par jour afin de planter quelques 500 000 arbres. Le chantier, terminé en 1869, coûta la vie à cinq travailleurs et les travaux de construction et de terrassement de Central Park coûtèrent l'équivalent de 500 millions de dollars actuels.

La construction du parc posait aussi le problème de l'évacuation des différents habitants du lieu de construction du parc, qui étaient pour la plupart assez pauvres avec une majorité d'Afro-Américains, et d'immigrés d'origine irlandaise ou allemande. La plupart d'entre eux vivaient dans de petits villages avant que Manhattan ne soit totalement urbanisée ; parmi ces villages, on retrouvait Seneca Village, Harsenville, le Piggery District ou encore the Convent of the Sisters of Charity (couvent des sœurs des pauvres). Ce furent ainsi quelques 1 600 personnes qui furent expulsées au nom d'une expropriation pour cause d'utilité publique, en 1857 : les villages furent rasés pour laisser place au futur parc.

Conception du parc

Les grands traits de la construction

L'un des trente-six ponts de Central Park, dans un style néogothique métallique.

Le projet de Calvert était « une célébration de la monumentale nature américaine, conçue pour être accessible au plus grand nombre ». Les influences sont variées, inspirées notamment des cimetières paysagers (celui du Mont Auburn à Cambridge, Massachusetts ou celui de Green-Wood à Brooklyn), idylliques et naturalistes. Les paysagistes du parc s'attachèrent à reproduire plusieurs tableaux : à l'est du parc, le paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un espace limité, d'un « pays ». Portion de l'espace terrestre saisi horizontalement par un observateur, il...) est celui de Kindred Spirits œuvre d'Asher Durand qui exalte la beauté des forêts des montagnes Catskill, situées à une centaine de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) au nord de la ville New York. Les œuvres de Jervis McEntee et Thomas Cole inspirèrent la Bethesda Terrace.

La principale innovation dans la construction de Central Park était la séparation (D'une manière générale, le mot séparation désigne une action consistant à séparer quelque chose ou son résultat. Plus particulièrement il est employé dans plusieurs domaines :) des voies de circulation entre piétons, cavaliers et véhicules de loisir, afin de permettre à tous les types d'habitants de la ville ou de touristes de circuler dans la ville en toute sécurité. Le trafic commercial (Un commercial (une commerciale) est une personne dont le métier est lié à la vente.) utilise des routes entièrement cachées par des arbustes et des buissons, pour ne pas perturber l'impression de rusticité des lieux. Les voies transversales est-ouest sont enterrées sous le parc. Le parc est en outre pourvu de trente-six ponts construits par Vaux, tous uniques dans leur architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.), et construits avec du granit, du schiste (Un schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». On dit qu'elle présente une schistosité. Il...) ou bien dans un style plus néogothique en métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins. Les...).

Olmsted et ses trois parties

la William Merritt Terrace, en 1890.

L'objectif de Frederick Law Olmsted était de séparer son futur parc en trois parties. La première partie, « pastorale » devait rappeler, par ses grands espaces de verdure les grandes plaines verdoyantes d'Angleterre (L’Angleterre (England en anglais) est l'une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Elle est de loin la plus peuplée, avec 50 763 000 habitants (en 2006), qui...). Une seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde est...) partie, « pittoresque » devait affirmer le style choisi pour l'espace, alors que la troisième section, « formelle » accueillerait une fontaine, un plan d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) ou un belvédère susceptible de devenir un lieu de rassemblement.

Pendant la construction du parc, Olmsted fut en constant désaccord avec les membres de la Central Park Commission, dont la plupart étaient affiliés au Tammany Hall, organisme informel démocrate. En 1860, il fut ainsi évincé de son poste de Superintendant de Central Park, et remplacé par Andrew Haswell Green ancien président du New York City's Board of Education, qui fut nommé président de la commission. Malgré son expérience relativement limitée, ce dernier parvint cependant à accélérer la construction, et à négocier l'acquisition de la parcelle additionnelle de 26 hectares, au nord du parc. Le rôle d'Olmsted diminua ainsi dans la construction, et ce dernier travailla alors à la réalisation du Prospect Park, à Brooklyn.

Évolution et déclin du parc

Patinoire dans Central Park, 1869

Central Park devint après son aménagement l'un des centres d'activités et de loisirs favori des New-Yorkais : à la fin du XIXe siècle, il était un lieu de parade. Le zoo de Central Park ouvrit ses portes dans ce contexte en 1864 : il est d'ailleurs le plus ancien du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous forme de...). En 1880, le Metropolitan Museum of Art, dessiné par l'architecte Richard Morris Hunt (Richard Morris Hunt est un architecte américain, (1827-1895) qui appliqua la tendance éclectique et diffusa les préceptes de l'Académie des Beaux-Arts dans son pays. Frank...), s'installa à l'est du parc. Mais Central Park a très rapidement connu des difficultés, notamment du fait du désintérêt du Tammany Hall, parti informel à tendance démocrate très influent à New York de la fin du XVIIIe siècle aux années 1960.

Le début du XXe siècle fut également marqué par l'apparition de nouveaux défis pour le parc. L'invention puis le développement de l'automobile conduisirent à un changement de mentalités, offrant aux habitants de la ville davantage de possibilités d'évasion, et donc à un désamour pour le parc. Central Park devint alors davantage un lieu de rencontres sportives, ou un lieu récréatif, avec une altération de sa qualité de poumon (Le poumon est un organe invaginé permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au métabolisme de...) de « Big Apple » originelle. La dissolution de la Central Park Commission après le départ de Andrew Haswell Green en 1870, la mort (La mort est l'état définitif d'un organisme biologique qui cesse de vivre (même si on a pu parler de la mort dans un sens cosmique plus général,...) de Calvert Vaux, père du projet en 1895 accélérèrent le déclin du parc, dont la maintenance n'était plus que sommairement assurée. Les arbres morts ne furent progressivement plus remplacés, et les buissons et les plantes commencèrent à fourmiller sur les anciens grands espaces de verdure. Pendant plusieurs décennies, les autorités ne firent rien pour protéger le parc d'un vandalisme grandissant, ainsi que de l'amoncellement des ordures, dans ce qui devenait progressivement un dépotoir public.

Au XXe siècle

Central Park et la Grande Dépression

La ville de New York fut frappée de plein fouet par la crise de 1929 qui se manifesta à Wall Street (Wall Street est le nom d'une rue située dans le sud du borough de Manhattan à New York (États-Unis). Wall Street part à l'est de Broadway en direction de...). Les laissés-pour-compte de la Grande Dépression vinrent alors progressivement s'abriter dans l'ancien espace vert. L'ancien réservoir du Belvédère devint même un véritable bidonville (Un bidonville est un ensemble plus ou moins vaste d'habitats précaires, où la misère est concentrée. La qualité de l'habitat y est...), baptisé de manière ironique Hooverville en référence au président Herbert Hoover, à la tête du pays de 1929 à 1933, et désigné comme le grand responsable de la crise.

En 1934, le républicain Fiorello LaGuardia fut élu maire (Le maire représente l'autorité municipale. Dans de nombreux cas, il est le détenteur du pouvoir exécutif au niveau d'une ville ou communal en France et au Québec. Dans un gouvernement à...) de New York, en pleine période de crise. Il arriva (Arriva est un groupe privé britannique spécialisé dans le transport public de voyageurs. Il exploite des services de bus et de trains, principalement en...) alors dans une ville dévastée, et entreprit une vaste politique de reconstruction. Le renouveau de Central Park faisait partie de ses objectifs, même si la situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général afin de le qualifier à...) du parc était désastreuse : les anciennes grandes pelouses, non entretenues, étaient devenues de grands espaces de terre, parsemés par endroits de touffes de gazon et de mauvaises herbes difformes ; lors des grosses chaleurs, le parc était recouvert de poussière, alors que pendant les périodes humides il était recouvert de boue (En sédimentologie, la boue est un mélange d'eau et de particules sédimentaires fines de limons et d'argiles.). Les anciennes allées payèrent elles aussi le prix des années de friche, et les bancs qui les bordaient furent pour la plupart retournés et vandalisés.

Renouveau avec Robert Moses

Robert Moses, présentant un projet lors de la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) de rénovation de New York. Moses fut un artisan majeur du renouveau de Central Park, après la crise de 1929.

Pour faire face à cette situation, qui ne touche pas que Central Park mais la quasi totalité des espaces verts de la ville, le nouveau maire commença par unifier les cinq départements en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) des parcs. Il confia alors à Robert Moses le soin de réhabiliter Central Park et d’autres jardins publics de l’agglomération. Moses souhaitait faire du parc un lieu dédié aux loisirs et aux sports. Il réussit à bénéficier du programme du New Deal de Roosevelt et obtint aussi l'apport d'un financement public. Il assura ainsi au parc une nouvelle jeunesse, sous la protection d'un puissant défenseur : la ville de New York et ses habitants.

En une seule année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), Moses parvint à réhabiliter non seulement Central Park, mais aussi les autres espaces verts de la ville : les pelouses et des fleurs furent replantées, les arbres et les buissons morts remplacés, les murs et les ponts rénovés. Des changements majeurs furent même opérés dans le plan et la configuration du parc. Ainsi, l’ancien Croton Reservoir fut comblé pour aménager l’actuel Great Lawn (grande pelouse). Le projet originel de « Greensward Plan » de Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux d'un espace idyllique se combine parfaitement avec les travaux de Robert Moses : dix-neuf terrains de jeu, et douze terrains de baseball et de handball sont construits.

Années 1960 à 1980

En 1960, Robert Moses quitta son poste de Park Commissioner. Après son départ, le parc connut à nouveau une période de dégradation. Personne ne fut en mesure de compenser cette perte, car Moses avait non seulement remis le parc en état, mais avait aussi initié de nombreux autres projets, qui ne purent tous être achevés. Le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de crimes et délits ne cessa par la suite d’augmenter : vandalisme, dépôt d'ordures et graffitis se multiplièrent. Parallèlement, les financements se faisaient de plus en plus rares ; profitant de l'absence d'éclairage public et de surveillance, les gangs investirent progressivement les allées de Central Park.

Cependant, dans les années 1960-1970, Central Park demeurait un lieu de rassemblement des New-Yorkais pour la saint Sylvestre, les marches des pacifistes et des hippies : les manifestations contre la guerre du Vietnam se déroulèrent sur la Great Lawn et le Sheep Meadow, mais dans un Central Park dont l'état était proche de celui précédant les travaux de Moses.

Malgré tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), les manifestations persistèrent ; ainsi, le festival annuel Shakespeare in the Park fut fondé 1962 et investit le Delacorte Theater. L’Orchestre philharmonique de New York et le Metropolitan Opera (Le Metropolitan Opera, à New York, est une salle d'opéra maintenant située dans le Lincoln Center, familièrement appelé par apocope, le...) organisent des concerts estivaux sur la Great Lawn. Plusieurs concerts gigantesques y sont par la suite organisés comme ceux de Barbra Streisand en 1967 (150 000 spectateurs) et de Simon et Garfunkel, qui rassembla 500 000 personnes en 1981.

Au milieu des années 1970, plusieurs associations firent pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) sur le maire Edward Koch et le Commissioner de l’époque, Gordon Davis, afin de réformer l’administration du parc. Le Central Park Conservancy fut alors fondé en 1980, présidé par Bill Beinecke et administré par Betsy Barlow Rogers. L'association de riverains, dont Jacqueline Kennedy-Onassis faisait partie, se chargea de la restauration du parc et du retour de la sécurité. En une vingtaine d'années, 320 millions de dollars de donations privées permirent le financement des travaux.

Le parc depuis 1980

Central Park, redevenu un lieu verdoyant accueillant

Dès la formation du Central Park Conservancy, les fondateurs refusèrent de fonder une nouvelle organisation (Une organisation est), en raison des coûts élevés que cela impliquerait. À la place, ils décidèrent de faire appel à des bénévoles, afin de sensibiliser les New-Yorkais, en leur faisant comprendre que le parc faisait partie de l'identité de la ville.

Le Central Park Conservancy coopéra avec le Park Commissioner, en prenant toutes les responsabilités pour la maintenance et la restauration du parc, en publiant en 1981 un article intitulé Reconstruire Central Park pour les années 1980 et au-delà, point de départ d'une vaste politique de restauration.

L'article prévoyait trois tâches principales, jugées essentielles dans l'optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.) d'une restauration durable du parc. Dans un premier temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), l'héritage architectural du parc devait être restauré (non seulement le paysage et l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...), mais aussi les ponts, les bâtiments, et les diverses structures victimes de négligence pendant vingt années). En plus de cela, le texte prévoyait de resemer du gazon, et d'assurer un entretien égal de toutes les parties du parc. Le troisième objectif était d'améliorer la sécurité surtout la nuit, afin d'attirer davantage de touristes, dont l'attrait pour le parc avait été grandement altéré par l'insécurité croissante qui y régnait.

Au fil des années, de nombreuses structures furent restaurées, après de nombreuses heures de bénévolat. En 2004, 32 000 heures de travail furent recensées, en particulier pour les travaux de restauration du Heckscher playground, espace de 12 hectares comprenant un bâtiment, plusieurs espaces de pelouse (Une pelouse est une formation végétale naturelle ou artificielle formée d'espèces herbacées de faible hauteur, essentiellement des graminées.), ainsi que des affleurements rocheux. En 1995, ce fut au tour de la Great Lawn de bénéficier du Central Park Conservancy qui lui redonna son éclat.

Central Park en 2004, avec en arrière plan les gratte-ciels de la Upper West Side, où l'on aperçoit les San Remo Apartments, et le Dakota Building.
Page générée en 1.232 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique