Cancérogène
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Un cancérogène ou cancérigène ou carcinogène est un facteur provoquant, aggravant ou sensibilisant l'apparition d'un cancer. Cela peut être un produit chimique simple ou complexe, une exposition professionnelle, des facteurs de risque liés au mode de vie (La vie est le nom donné :) ou encore des agents physiques et biologiques.

Classification

Il existe plusieurs classifications de la cancérogénicité des substances dont celle de l'Union européenne et celle du Centre international de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le...) sur le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de...) (IARC). L'évaluation globale de la cancérogénicité se fait pour un agent (produit chimique, rayonnement (Le rayonnement, synonyme de radiation en physique, désigne le processus d'émission ou de transmission d'énergie impliquant une particule porteuse.)..), un mélange (Un mélange est une association de deux ou plusieurs substances solides, liquides ou gazeuses qui n'interagissent pas chimiquement. Le résultat de l'opération est une préparation aussi appelée...) ou une circonstance d'exposition (ex : Travail en équipes impliquant une perturbation du rythme circadien classé Cancérogènes pour l'Homme), sur la base de la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale...) des indications de cancérogénicité, et de plus en plus en intégrant aussi les données sur les possibles mécanismes de cancérogenèse.
L'IARC révise périodiquement les critères d'évaluation du risque cancérogène (Un cancérogène ou cancérigène ou carcinogène est un facteur provoquant, aggravant ou sensibilisant l'apparition d'un cancer. Cela peut être un produit chimique simple...) pour l'homme afin de tenir compte de l'amélioration de la connaissance de la cancérogenèse. Les premiers critères datent de 1971. Ils ont été revus en 1977,annnée où un groupe de travail du CIRC a revu et standardisé les évaluations de cancérogénicité (chez l'homme et l'animal), proposant une gradation du degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) d’indications de cancérogénicité basée sur les termes "suffisant", "limité", "insuffisant" et plus tard, "évidence suggérant une absence de cancérogénicité". Une nouvelle révisions est faite en 1978. En 1979, de premières évaluations globales de cancérogénicité sont faites pour l'homme. Les révision suivantes datent de 1982, 1983, 1987, 1988, 1991 et 1992. Chaque monographies précise les méthodes d'évaluation retenues. En 2009, 100 Monographies du CIRC portaient sur 935 agents (produits chimiques, groupes de produits chimiques, mélanges complexes, expositions professionnelles, habitudes culturelles, agents biologiques ou physiques) (ré)évalués.

Pour faciliter le travail des chercheurs, médecins, usagers, juristes et des responsables de la santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la présenter comme « l'étude, d'une part, des déterminants...), les agents sont classés en listes (ci dessous), chacune accompagnée d'un préambule du CIRC, avec le détail des informations dans les Monographies individuelles correspondantes (avec un index cumulatif. Chaque Monographie cite ou décrit

  • les propriétés chimiques et physiques de l'agent
  • les protocoles ou méthodes d'analyses,
  • les moyens et quantités produites
  • l'utilisation et éventuellement la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi lorsqu'on emploie le mot...)
  • les études épidémiologiques passées en revue.
  • les preuves de cancérogénicité chez l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd'hui...) de laboratoire,
  • d'autres données pertinentes (toxicologie, génotoxicité, prédispositions génétiques...).

Ces données sont à rapporter aux conditions scientifiques et techniques de la connaissance au moment de leur production, c'est-à-dire au corpus de données scientifiques cité (La cité (latin civitas) est un mot désignant, dans l’Antiquité avant la création des États, un groupe d’hommes...) dans les monographies, et à leurs mises à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) périodiques.

D'autres classifications que celle du CIRC, dont celle de la Commission européenne existent, avec quelques différences qui peuvent avoir une importance pour les phrases de risque devant figurer sur l'étiquetage réglementaire (R49, R45, R40).

Groupe 1 (ou liste 1) : l’agent (le mélange) est cancérogène pour l’homme

L'agent (qui peut être un mélange) est cancérogène pour l'homme ; Les circonstances d’exposition donnent lieu à des expositions qui sont cancérogènes pour l’homme.

Cette catégorie n’est utilisée que lorsqu’on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’homme. Exceptionnellement, un agent (mélange) peut être placé dans cette catégorie lorsque les indications de cancérogénicité pour l’homme ne sont pas tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) a fait suffisantes, mais qu’il existe des indications suffisantes de sa cancérogénicité chez l’animal de laboratoire et de fortes présomptions que l’agent (mélange) agit suivant un mécanisme de cancérogénicité reconnu.

Groupe 2

Cette catégorie comprend les agents (évetnuellement mélanges et circonstances d’exposition) pour lesquels, au maximum, on a obtenu des indications de cancérogénicité pour l’homme presque suffisantes et, au minimum, on ne dispose d’aucune donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) concernant l’homme mais on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’animal de laboratoire. Lesdits agents, mélanges et circonstances d’exposition sont classés soit dans le groupe 2A (probablement cancérogène pour l’homme), soit dans le groupe 2B (peut-être cancérogène pour l’homme) sur la base d’indications épidémiologiques et expérimentales de cancérogénicité et d’autres renseignements pertinents.

Groupe 2A : l’agent (le mélange) est probablement cancérogène pour l’homme

Les circonstances d’exposition donnent lieu à des expositions qui sont probablement cancérogènes pour l’homme.

On fait appel à cette catégorie lorsque l’on dispose d’indications limitées de cancérogénicité chez l’homme et d’indications suffisantes de cancérogénicité chez l’animal de laboratoire. Dans certains cas, un agent (mélange) peut être classé dans cette catégorie lorsque l’on dispose d’indications insuffisantes de cancérogénicité pour l’homme et d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’animal de laboratoire et de fortes présomptions que la cancérogenèse s’effectue par un mécanisme qui fonctionne également chez l’homme. Exceptionnellement, un agent, un mélange ou une circonstance d’exposition peut être classé dans cette catégorie si l’on ne dispose que d’indications limitées de cancérogénicité pour l’homme.

Groupe 2B : l’agent (le mélange) est peut-être cancérogène pour l’homme

Les circonstances d’exposition donnent lieu à des expositions qui sont peut-être cancérogènes pour l’homme.

Cette catégorie concerne les agents, mélanges et circonstances d’exposition pour lesquels on dispose d’indications limitées de cancérogénicité chez l’homme, et d’indications insuffisantes de cancérogénicité chez l’animal de laboratoire. On peut également y faire appel lorsque l’on dispose d’indications insuffisantes de cancérogénicité pour l’homme, mais que l’on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’animal de laboratoire. Dans certains cas, peuvent être classés dans ce groupe un agent, un mélange ou des circonstances d’exposition pour lesquels on a des indications insuffisantes d’une action cancérogène chez l’homme, mais pour lesquels on dispose d’indications limitées de cancérogénicité chez l’animal de laboratoire, corroborées par d’autres données pertinentes.

Groupe 3 : l’agent (le mélange, les circonstances d’exposition) ne peut pas être classé quant à sa cancérogénicité pour l’homme

Cette catégorie comprend essentiellement les agents, les mélanges et les circonstances d’exposition pour lesquels les indications de cancérogénicité sont insuffisantes chez l’homme et insuffisantes ou limitées chez l’animal de laboratoire. Exceptionnellement, les agents (mélanges) pour lesquels les indications de cancérogénicité sont insuffisantes chez l’homme mais suffisantes chez l’animal de laboratoire peuvent être classés dans cette catégorie lorsqu’il existe de fortes présomptions que le mécanisme de la cancérogénicité chez l’animal de laboratoire ne fonctionne pas chez l’homme. On classe aussi dans cette catégorie les agents, mélanges et circonstances d’exposition qui ne correspondent à aucune des autres catégories.

Groupe 4 : l’agent (le mélange) n’est probablement pas cancérogène pour l’homme

Relèvent de cette catégorie les agents et mélanges pour lesquels on dispose d’indications suggérant une absence de cancérogénicité chez l’homme ainsi que chez l’animal de laboratoire. Dans certains cas, peuvent être classés dans ce groupe des agents ou des mélanges pour lesquels les indications de cancérogénicité pour l’homme sont insuffisantes, mais pour lesquels on dispose d’indications suggérant une absence de cancérogénicité chez l’animal de laboratoire, constamment et fortement corroborées par une large gamme d’autres données pertinentes.

Page générée en 0.200 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique