Aurochs - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

Introduction

Aurochs
Aurochs (Bos primigenius). Squelette d'Aurochs datant de 7500 avant notre ère
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Artiodactyla
Famille Bovidae
Sous-famille Bovinae
Genre Bos
Nom binominal
Bos primigenius
Bojanus, 1827
 La carte de l'habitat originel de l'aurochs

Statut de conservation IUCN :

EX  : Éteint
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'IUCN.

L'aurochs (ou auroch) est un bovidé disparu, ancêtre des races actuelles de bovins domestiques, et appartenant au genre Bos. Son nom scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) est Bos primigenius ; il est également désigné parfois par les noms d'urus ou ure, ces appellations étant toutefois considérées comme anciennes, surtout utilisées dans les mots croisés.

Étymologie

On proposait autrefois une dérivation des mots allemands Ur-Ochs (« bœuf primitif ») ou Auer-Ochs (« bœuf des prairies »).

Selon les dictionnaires étymologiques récents, le vieux mot français ure vient du latin urus, lui-même d'origine celtique ou germanique. Le mot uros est, semble-t-il, attesté en gaulois dans des anthroponymes où il apparaît comme élément de composés tels que Uro-genius « issu de l'aurochs », Uro-geno-nertus « qui a la force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage...) d'un jeune aurochs », etc. L'actuel mot français « aurochs » (1414 : ourofl) a bien pour origine l'allemand Auerochse (moyen-allemand ur-ohse), composé du même vieux mot germanique ou celtique (devenu en allemand Auer : « bœuf »), et de Ochs(e), de même sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une...) (« bœuf(s) »).

Description

Dessin d'un aurochs mâle.

L'aurochs présentait une taille plus importante que les races actuelles de bovins. Les chercheurs ont cependant revu à la baisse leurs estimations. Herre, en 1953, estimait la taille au garrot des mâles à 2 mètres, et celle des femelles à 1,80 mètre (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international (SI). Il est défini, depuis 1983, comme la distance parcourue par...). Boessneck, en 1957, avait cependant une estimation de 1,65 m à 1,85 m pour les mâles de l'Holocène. Les estimations récentes sont plutôt de 1,60 à 1,80 mètre au garrot pour les mâles, et d'environ 1,50 mètre pour les femelles, même si certains auteurs restent encore partisans d'une taille dépassant les 2 mètres. Ces variations d'estimations s'expliquent par le faible nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de squelettes complets disponibles. Si les os retrouvés sont nombreux, le nombre de squelettes plus ou moins complets n'était que de 15 en 2002.
Certains auteurs pensent qu'il y a des différences dans le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.). Les très gros animaux (parfois 2 mètres) seraient souvent plus anciens, et les aurochs plus petits tendraient à devenir plus nombreux avec le temps. Cette approche est contestée par d'autres auteurs.

Le poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la...) pouvait atteindre 800 à 1 000 kg.

Un crâne (Le crâne est une structure osseuse ou cartilagineuse de la tête, caractéristique des crâniates (dont font partie les vertébrés). Le rôle principal du crâne est de protéger le...) d'aurochs.

Le crâne était volumineux, avec un front plat et étroit muni de grandes cornes en forme de lyre, tournées vers l'avant en faisant un angle (En géométrie, la notion générale d'angle se décline en plusieurs concepts apparentés.) d'environs 60° avec le front. La pointe pouvait parfois remonter vers le haut. La forme précise de ces cornes pouvait légèrement varier d'un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) à l'autre. Celles des mâles pouvaient aller jusqu'à 107 cm en longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en...), quand celles des femelles étaient plus petites, jusqu'à 70 cm de longueur. Claude Guintard indique même une taille maximale pour les mâles de 120 cm, mais des tailles moyennes bien inférieures à ces maximums : 62 cm pour les mâles, et 42 cm pour les femelles.

L'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...) avait un dos (En anatomie, chez les animaux vertébrés parmi lesquels les humains, le dos est la partie du corps consistant en les vertèbres et les côtes. Les dorsaux étaient les muscles les plus sollicités...) rectiligne, et les jambes étaient proportionnellement un peu plus longues que celles des bovins domestiques actuels.

Le dimorphisme sexuel était prononcé chez cette espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou...). Les mâles étaient plus gros, avaient des cornes plus longues, et avaient un pelage brun-noir, avec une raie (Raie [ʀɛ] est un nom vernaculaire ambigu qui correspond en français à de nombreuses espèces de poissons regroupées dans plusieurs ordres du super-ordre...) plus pâle le long de l'épine dorsale. Les femelles et les jeunes des deux sexes avaient un pelage plus rougeâtre, sans cette raie dorsale. D'après les descriptions, il y avait une zone plus claire autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis, Kaupifalco,...) du museau chez les deux sexes.

Contrairement aux actuels bovins domestiques, les femelles avaient des mamelles discrètes, difficilement visibles.

Les aurochs avaient également une certaine réputation d'agressivité (L'agressivité est une modalité du comportement des êtres vivants et particulièrement de l'être humain, qui se reconnait à des actions où la violence est dominante.), encore que celle-ci ait pu être exagérée par les traditions, comme dans le cas des loups. Les derniers rapports historiques de Pologne, juste avant la disparition de l'animal, indiquent d'ailleurs que les aurochs n'avaient pas peur des humains, et ne se sauvaient pas quand ceux-ci approchaient, ne devenant agressifs que lorsqu'ils étaient chassés ou trop importunés.

Il y avait une certaine variabilité intra-spécifique, qui est encore mal connue, mais qui ressort de ce qu'on connaît des tailles des animaux ou des formes de leurs cornes.

Page générée en 0.095 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique