[News] L’échelle des grimaces de chat fait l’objet d’une publication dans «Scientific Reports»

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17200
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] L’échelle des grimaces de chat fait l’objet d’une publication dans «Scientific Reports»

Message par Adrien » 19/01/2020 - 8:00:04

Un chat qui a les oreilles rabattues, les yeux clos, les moustaches tournées vers l’avant et la tête rentrée entre les épaules ressent fort probablement de la douleur. Mais comment évaluer l’intensité de celle-ci ? Grâce à des chercheurs de l’Université de Montréal, les vétérinaires disposent désormais d’une échelle qui mesure la douleur de l’animal à partir de la position des oreilles, du museau, des moustaches et des paupières, la Feline Grimace Scale. L’évaluation peut se faire en moins de cinq minutes.

Image
Les vétérinaires disposent désormais d’une échelle qui mesure la douleur de l’animal à partir de la position des oreilles, du museau, des moustaches et des paupières. Crédit: Getty
«Il est difficile de traiter la douleur si nous ne sommes pas capables d’en reconnaître les signes», explique le Dr Paulo Steagall, qui a dirigé cette recherche à la Faculté de médecine vétérinaire de l’UdeM. L’échelle, qui a fait l’objet du projet doctoral de Marina Evangelista, vient de connaître une diffusion internationale, puisque la revue Scientific Reports, du groupe Nature Publishing, a fait paraître un article sur le projet de recherche dans son édition du 13 décembre 2019. L’article est signé par sept chercheurs du Département de sciences cliniques de la Faculté de médecine vétérinaire.

La mise au point de cet outil représente «une avancée significative dans la reconnaissance et la gestion de la douleur chez le chat», reprend le Dr Steagall, qui souligne au passage que les questions liées au bien-être animal sont de plus en plus présentes dans la communauté scientifique. Il existait des échelles similaires pour les souris, rats, lapins, chevaux, moutons, porcs et furets, mais pas pour le chat domestique.

39 sujets de recherche

L’échelle peut dès maintenant être utilisée par les vétérinaires du monde entier. Un de ses intérêts est qu’elle peut s’appliquer à différents types de douleur, qu’elle soit d’origine médicale, orale ou postopératoire. L’échelle peut également détecter une réponse au traitement analgésique, c’est-à-dire que le vétérinaire peut constater si l’animal a bien répondu ou pas à l’administration d’un analgésique.

Établie après l’observation sous tous les angles de 39 chats amenés en clinique pour recevoir des soins vétérinaires, l’échelle a été validée en procédant par comparaison avec les expressions faciales de 20 chats bien portants. Diverses races ont été incluses dans l’étude (siamois, bengali, maine coon et Savannah), en plus du «chat domestique à poils longs».

Financement et plan de match

Le principal obstacle auquel ont été confrontés les chercheurs a été celui du financement initial. Dans le secteur de la douleur animale, ce n’est pas toujours facile de trouver des subventions. La compagnie pharmaceutique Zoetis a finalement financé le projet.

Le Dr Steagall mentionne qu’il s’agit d’une étape importante tant pour son équipe que pour la cause du bien-être animal. «Il y a quatre ans que nous travaillons sur le sujet», dit-il. Ce n’est pas terminé, car ce projet continuera de l’occuper pour plusieurs années. Une capsule vidéo résume l’approche de l’équipe.

Image
Source: Université de Montréal

Avatar de l’utilisateur
POB
Messages : 671
Inscription : 08/05/2011 - 8:16:13
Activité : Retraité

Re: [News] L’échelle des grimaces de chat fait l’objet d’une publication dans «Scientific Reports»

Message par POB » 20/01/2020 - 10:39:59

Je me suis occupée d'un tout jeune chat, mignon comme on a peine à imaginer, en septembre-octobre derniers.
Un chat haret mâle, probablement né entre avril et juin.
Sans expérience dans la proche fréquentation de la gent féline, j'ai exploré le web pour tenter de comprendre les mimiques et les miaous de cet adorable petit chat, et là j'ai découvert tout un langage tant corporel que sonore.
Par chance, ce chat était très intelligent, la communication s'installa et fonctionna très bien. Il fut rapidement en confiance - à juste titre - ce qui fut impossible avec sa mère.
Il entrait manger dans ma caravane, je laissais la partie inférieure de la porte entr'ouverte la nuit et il venait dormir sur ma couverture, pelotonné contre mes pieds, la porte n'étant pas close supprimait une éventuelle claustrophobie et lui permettait de vadrouiller la nuit, bref de mener sa vie de jeune chat qui apprend à chasser.
---
J'ai été vraiment étonnée par cette communication entre nous. J'y ai gagné un adorable petit copain et un peu de culture, lui a gagné une alimentation riche et il s'est bien développé, mon objectif était surtout de lui permettre de pouvoir passer l'hiver avec une bonne chance de survie.
Pas question de le capturer, ce qui aurait été facile mais j'aurais trahi sa confiance, pas question de le confier à une personne aimant les chats ou à une association. Un chat à l'état sauvage a vocation à mener une vie de chat et je n'avais aucun droit à attenter à sa liberté.
---
Quand je retournerai à Talloires en mars, j'espère bien le retrouver en vie et en assez bonne santé, en tout cas j'aurai apporté de quoi le nourrir s'il en fait la demande.
---
Avec ce jeune chat, j'ai appris à lire ses expressions du visage, des oreilles, des poils, de la queue, des pattes, ses diverses postures, à comprendre ses miaous tant en intensité qu'en modulation, et bien entendu sa manière de se frotter et de ronronner et ses expressions indiquant la faim, le bonheur ou la peur.
---
Tout ça est très bien connu et documenté, rien de spécial à découvrir pour les gens habitués aux chats.
On peut donc imaginer a contrario les expressions indiquant la détresse, le stress, la douleur etc, les documenter peut sans doute faire l'objet d'un thème de recherche mais honnêtement cela me semble assez léger.
Voilà, j'ai conclu de façon lapidaire après ma petite dissertation.
:bieres:
C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour parler, ni assez de jugement pour se taire. (La Bruyère)

Répondre