[News] Grippe: les enfants davantage frappés cette année

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 17173
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78
Contact :

[News] Grippe: les enfants davantage frappés cette année

Message par Adrien » 19/04/2019 - 8:00:05


Image
Contrairement aux jeunes de 10 à 19 ans, les moins de 10 ans ne profitent pas de l'immunisation induite par la pandémie de grippe H1N1 de 2009. De plus, les enfants âgés de 5 à 9 ans fréquentent maintenant l'école, ce qui favorise la propagation de l'influenza. Le groupe des moins de 10 ans représente 29% des cas d'influenza enregistrés au cours des derniers mois

La saison grippale 2018-2019 n’est pas encore terminée, mais déjà les statistiques révèlent un fait inusité. Le groupe des moins de 10 ans est surreprésenté parmi les cas de grippe ayant nécessité une consultation médicale. Curieusement, la pandémie de 2009 ne serait pas étrangère à cet effet de cohorte, avance un groupe d’experts dans un article publié par la revue Euro Surveillance.

Ces chercheurs, membres du Réseau sentinelle canadien de surveillance de l’efficacité du vaccin antigrippal, compilent des statistiques sur l’influenza au Québec, en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique. Leurs données proviennent d’analyses de sécrétions nasales prélevées sur des personnes qui se sont présentées dans une clinique avec des symptômes d’allure grippale. Les tests de laboratoire permettent d’établir si ces patients étaient effectivement infectés par l’influenza.

Les données couvrant la période du 1er novembre 2018 au 18 mars 2019 montrent que, chez les personnes non vaccinées, les moins de 10 ans constituent 29% des cas de grippe alors qu’ils représentent environ 10% de la population. Cette surreprésentation s’est accentuée au cours des récentes saisons grippales dominées par le H1N1. Ainsi, les 5 à 9 ans, qui représentent 5% de la population, constituaient 5% des cas en 2013-2014, 7% des cas en 2015-2016 et 14% des cas cette année. À l’inverse, le groupe de 10 à 19 ans, qui représente 11% de la population, constitue 7% des cas de grippe H1N1 cette année alors que ce pourcentage s’établissait 9% en 2013-2014 et à 7% en 2015-2016.

«Lors de la pandémie de grippe de 2009, environ la moitié des enfants de moins de 10 ans avait été infectée par le H1N1, rappelle Gaston De Serres, professeur à la Faculté de médecine et chercheur au CHU de Québec - Université Laval et à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Cette cohorte de jeunes, maintenant âgés de 10 à 19 ans, profite d’une forme d’immunisation induite par la pandémie, alors que les enfants nés après 2009 n’ont pas cette protection. De plus, la moitié de la cohorte actuelle des moins de 10 ans fréquente maintenant l’école, ce qui favorise la propagation du virus.»

Au cours des prochaines années, les enfants nés après 2009 atteindront graduellement l’adolescence, une période où les contacts sociaux sont à leur maximum, notamment en raison de la taille des écoles secondaires. «On ne sait pas si l’exposition actuelle au H1N1 aura touché suffisamment de jeunes pour induire un effet d’immunisation dans cette cohorte», souligne le professeur De Serres.

Les responsables de la santé publique n’envisagent pas de vacciner ces jeunes pour autant. «L’objectif du programme de vaccination est de réduire le nombre d’hospitalisations et de décès. Les efforts doivent donc être concentrés sur les groupes qui posent des risques élevés, soit les personnes âgées et les malades chroniques.»

Par ailleurs, la présente saison grippale a été plutôt singulière, signale le chercheur. Elle a été caractérisée par deux vagues d’influenza de sous-type A, la première dominée par le H1N1 et la seconde par le H3N2. «Cette souche sévit encore et la saison grippale traîne en longueur. L’efficacité du vaccin a été de 70% pour le H1N1, soit un taux rarement atteint. Par contre, elle se situe à 23% pour le H3N2, ce qui confère une protection très faible contre le virus.»

L’étude parue dans Euro Surveillance est signée par 18 chercheurs canadiens. Outre Gaston De Serres, les autres chercheurs de l’INSPQ qui figurent parmi les auteurs sont Hugues Charest et Christine Martineau.

Contrairement aux jeunes de 10 à 19 ans, les moins de 10 ans ne profitent pas de l'immunisation induite par la pandémie de grippe H1N1 de 2009. De plus, les enfants âgés de 5 à 9 ans fréquentent maintenant l'école, ce qui favorise la propagation de l'influenza.

Source: Jean Hamann - Université Laval

Répondre