Transports publics genevois - Définition et Explications

Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs est disponible ici.
Forme juridique : Établissement public autonome
Création : 1er janvier 1977
Dates clés : 1996 : contrat de prestations avec l'État de Genève
Siège social : Lancy (Suisse)
Personnes-clés : Stéphanie Fontugne (directrice)
Patrice Plojoux (président du conseil d'administration)
Secteurs d’activité : Transport (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) en commun
Effectif : 1550
Site Web : http://www.tpg.ch

Les Transports publics genevois (Les Transports publics genevois (TPG) est une entreprise publique autonome de transport en commun de la région de Genève (Suisse). Les tramways, bus et trolleybus circulent sur les routes du canton de Genève ainsi que dans les...) (TPG) est une entreprise publique autonome de transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par assimilation, des actions de...) en commun de la région de Genève (Suisse). Les tramways, bus et trolleybus (Le trolleybus est un véhicule de transport en commun de voyageurs.) circulent sur les routes du canton de Genève ainsi que dans les départements français de l'Ain et de la Haute-Savoie.

Histoire

À la fin du XIXe siècle, Genève possède un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit...) important de tramways avec trois modes de traction (électrique, à vapeur () et hippomobile pour certains services). Il existe à cette époque deux entreprises de transport en commun :

  • La Compagnie générale des tramways suisses (Depuis l'ouverture du premier tramway hippomobile jusqu'à nos jours, les tramways suisses ont connu une évolution riche et mouvementée qui...) (TS)
  • La Société genevoise des chemins de fer (Le fer est un élément chimique, de symbole Fe et de numéro atomique 26. C'est le métal de transition et le matériau ferromagnétique le...) à voie étroite (Les chemins de fer à voie étroite sont des voies ferrées dont l'écartement des rails est inférieur à 1,435 mètre (4 pieds 8 pouces et demi), qui est le standard de la voie dite...) (VE)

C'est le 11 août 1899 que se constitue, dans le but de réorganiser et de développer le réseau des transports publics, la Compagnie genevoise des tramways électriques (CGTE). Dotée d'un capital social de 5 millions de francs suisses, la CGTE rachète, le 1er décembre 1900 la TS, et, un mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) plus tard, la VE. La modernisation du réseau peut alors commencer avec la mise à voie métrique (Une voie métrique est une voie ferrée dont l'écartement entre rails est de 1000 mm. Elle fait partie des voies étroites. Cette caractéristique de construction économique fut le propre des chemins de fer...) de l'ancien réseau de la TS, l'électrification des lignes existantes de la VE et l'acquisition (En général l'acquisition est l'action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) d'un nouveau matériel roulant.

C'est après la Première Guerre mondiale que le déficit des lignes de campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville, d'agglomération ou de milieu urbain. La...) commence. La CGTE doit se résoudre à supprimer la desserte de certains tronçons. La CGTE manque de moyens pour développer son réseau et ne peut ni doubler certains tronçons ni même remplacer les rails usés datant du siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la...) précédent. La situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un lieu dans un cadre plus général...) ne s'améliore pas, et en 1938 sont supprimées plusieurs dessertes ferroviaires qui sont remplacées par des services de bus. Puis vient la Seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La...) Guerre mondiale, et le manque de carburant (Un carburant est un combustible qui alimente un moteur thermique. Celui-ci transforme l'énergie chimique du carburant en énergie mécanique.) et de pneus oblige la CGTE à remettre en service des tramways sur certains tronçons.

Après la guerre, le trafic automobile (Une automobile, ou voiture, est un véhicule terrestre se propulsant lui-même à l'aide d'un moteur. Ce véhicule est conçu pour le transport terrestre de personnes ou de marchandises, elle est...) ne cesse d'augmenter, si bien que la CGTE en est victime. Le tramway (Le tramway (ou tram) est une forme de transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des voies ferrées équipées de rails plats (alors que ceux des trains sont légèrement...) est considéré comme gênant le trafic automobile. Il convient dès lors de le faire disparaître au profit des véhicules à pneus. Deux lignes de tramways doivent subsister : la ligne 12 (Le terme ligne 12 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en commun :) et la ligne de ceinture. C'est ainsi que le matériel est modernisé. En l'espace de dix ans, toutes les autres lignes disparaissent. On doit pourtant bientôt constater que la solution adoptée n'est pas la bonne, ni pour la CGTE, ni pour les usagers et son personnel. Lorsque, en 1969, la ceinture est exploitée par bus, le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de passagers transportés chute sensiblement. La seule ligne de tramways restante, la 12, reliant Carouge à Moillesulaz, continue à elle seule à transporter un quart des passagers de la CGTE.

La dégradation générale du transport en commun provoque de nombreuses interventions politiques. Quelques mesures positives sont prises comme la création de couloirs de bus, l'achat de nouveaux véhicules, etc. Mais il y manque une cohésion politique. C'est en 1971 qu'une initiative populaire demande au Grand Conseil que la CGTE soit reprise par le canton, et c'est seulement après quatre ans d'études, en 1975, que le peuple (Le terme peuple adopte des sens différents selon le point de vue où l'on se place.) genevois se prononce sur deux projets de loi. L'article sur la transformation de la compagnie en régie autonome d'État est accepté alors que la loi régissant son organisation (Une organisation est) est refusée. Le Grand Conseil se remet au travail et vote fin 1975 une nouvelle loi sur les buts et l'organisation des Transports publics genevois.

C'est le 1er janvier 1977 que la CGTE devient officiellement les TPG.

Dès lors, et suite à la votation du 12 juin 1988 favorable au développement des transports publics, les TPG connaissent une nouvelle période d'expansion, qui s'accélère avec l'introduction de tarifs en faveur des jeunes et des rentiers de l'AVS et de l'AI (supprimés en 2004). La modernisation du parc (Un Parc est un terrain naturel enclos,[1] formé de bois ou de prairies, dans lequel ont été tracées des allées et chemins destinés à la chasse, à la promenade ou à...) des véhicules, tant des tramways que des véhicules sur pneus, a également un impact très positif sur la fréquentation qui atteint un sommet au début des années 1990.

Depuis le 1er janvier 2007, les touristes hébergés dans les hôtels, auberges de jeunesse ou campings genevois peuvent circuler gratuitement sur le réseau grâce à la Geneva Transport Card. Cette carte, valable pour la durée de leur séjour, est financée grâce à une augmentation de la taxe de séjour.

Unireso

Depuis 2001, les TPG font partie, avec les CFF et les Mouettes genevoises, de l'alliance régionale Unireso qui est une union tarifaire permettant au voyageur de prendre le bus et le tramway, mais aussi les trains régionaux et les bateaux traversant la rade avec le même billet. En 2004, une ligne des Transports publics nyonnais (TPN) et les Transports annemassiens collectifs (TAC) rejoignent cette alliance. En 2005, c'est au tour de la SNCF (La Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est l'une des principales entreprises publiques françaises. Elle exerce une double activité :) de s'y joindre pour les territoires desservis par les TER Rhône-Alpes (Le TER Rhône-Alpes est le réseau de Transport express régional de la région administrative Rhône-Alpes.) (Annemasse – Gare (Une gare est d'ordinaire un lieu d'arrêt des trains. Une gare comprend diverses installations qui ont une double fonction :) des Eaux-Vives et Pougny – Gare Cornavin).

Réseau

Voici la structure du réseau au 16 avril 2007 :

Lignes principales

  • Les lignes 2, 3, 6, 7, 10, 19 sont exploitées par des trolleybus.
  • Les lignes 12, 13, 15, 16, 17 sont exploitées par des tramways.
  • Les autres lignes sont exploitées par des autobus (Un autobus (ou bus), comme un autocar (ou car), est un véhicule automobile pour le transport en commun de voyageurs. Le mot bus et autobus vient d'Omnés Omnibus qui était...)
Ligne Parcours
1 Jardin Botanique (La botanique est la science consacrée à l'étude des végétaux (du grec βοτάνιϰή; féminin du mot...) ↔ Rive
2 Bernex-Saule ↔ Genève-Plage
3 Gardiol ↔ Crêts-de-Champel
5 Palexpo ↔ Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le cabinet...)
6 Vernier-Village ↔ Genève-Plage
7 Tours Lignon ↔ Hôpital
8 OMS / Appia ↔ Veyrier-Douane / Veyrier-Tournettes
9 CERN / Gare ZIMEYSA ↔ Petit-Bel-Air
10 Aéroport (Un aéroport est l'ensemble des bâtiments et des installations d'un aérodrome qui servent au trafic aérien d'une ville ou d'une région. Ces bâtiments et installations sont conçus pour que des avions puissent...) ↔ Onex-Cité
11 Jardin Botanique ↔ Bout-du-Monde
12 Bachet-de-Pesay ↔ Moillesulaz (via Carouge)
13 Palettes ↔ Nations (via Carouge)
15 Palettes ↔ Nations (via Acacias)
16 Gare Cornavin ↔ Moillesulaz
17 Bachet-de-Pesay ↔ Gare des Eaux-Vives (via Acacias)
19 Bernex-Saule ↔ Vernier-Village
20 Cressy ↔ Thônex-Vallard-Douane
21 Louis-Hubert ↔ Gare des Eaux-Vives
22 Tours-de-Carouge ↔ Nations
23 ZIPLO / Voirets ↔ Fret (Le transport de marchandises est une activité économique réglementée, à la fois par chaque pays et au niveau international.)
27 Tours Lignon ↔ Thônex-Vallard-Douane

Lignes secondaires

Ligne Parcours
28 Hôpital-La Tour ↔ Jardin Botanique
29 Meyrin ↔ Molard
31 P+R Sous-Moulin ↔ Puplinge-Marquis
32 Jonction ↔ Plainpalais
33 Rive ↔ Chevrier
34 Veyrier-Tournettes ↔ Chevrier
35 Augustins ↔ Hôpitaux
36 Place Neuve ↔ Vieille-Ville
41 Tours-de-Carouge ↔ Petit-Veyrier
42 Lully ↔ Stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe ?στημι istêmi, « se tenir droit et ferme ») est un équipement sportif.) de Genève
43 Loëx-Hôpital ↔ Stade de Genève
44 Tours-de-Carouge ↔ Croix-de-Rozon-Douane
45 Tours-de-Carouge ↔ Troinex-Ville / Croix-de-Rozon-Douane
46 Bardonnex ↔ Bellins
47 Lully ↔ Croisée (Croisée peut désigner :) Confignon
48 ZIPLO / Voirets ↔ Carouge
49 Rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les différents quartiers, s'inscrivant de ce fait dans un réseau de voies à...) des Noirettes - Stade de Genève - Tours-de-Carouge -
Marché - Rue des Noirettes (boucle)
51 Mervelet ↔ C.O. Renard (Renard est un terme ambigu qui désigne le plus souvent en français certains canidés du genre Vulpes, proches du loup et du chien. Mais, par similitude physique, le terme est aussi employé...)
52 Pailly (Balexert) ↔ Canada
53 Bouchet ↔ Ancienne-Route
54 Gare ZIMEYSA ↔ Vernier-Village / Bois-de-Bay

Lignes régionales et transfrontalières

Ligne Parcours
A Rive ↔ Gy-Eglise / Corsinge-Village
B Vésenaz-Eglise ↔ Foyer d'Anières
C P+R Sous-Moulin / Malagnou ↔ Jussy-Meurets / Monniaz
D Gare Cornavin ↔ St-Julien-Centre / Valleiry-Mairie
E Rive ↔ Hermance
F Gare Cornavin ↔ Ferney-Mairie / Gex-ZAC
G Rive ↔ Corsier-Village / Veigy
K Bel-Air ↔ Chancy-Douane / Pougny-Gare
L Bel-Air ↔ Avusy-Village
S Satigny-Gare ↔ Croisée Confignon
V Gare Cornavin ↔ Colovrex / Entrée-Versoix / C.S. La Bécassière
W Satigny-Gare ↔ Choully
X Dardagny ↔ La Plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique caractérisé par une surface topographique plane, avec des pentes relativement faibles. Elle se trouve...) / Gennecy
Y Val-Thoiry ↔ Blandonnet
Z Gare Cornavin ↔ Bossy

Mouettes Genevoises

Les Mouettes genevoises sont indépendantes des TPG mais font partie de l'alliance Unireso.

Ligne Parcours
M1 Pâquis ↔ Molard
M2 Pâquis ↔ Eaux-Vives
M3 Pâquis ↔ Genève-Plage
M4 Perle (Les perles sont de petites billes, généralement de couleur blanche, créées par certains mollusques, principalement les huîtres. Quand un objet irritant passe à l'intérieur de la...) du Lac (En limnologie, un lac est une grande étendue d'eau située dans un continent où il suffit que la profondeur, la superficie, ou le...) ↔ Genève-Plage

Noctambus

Début 1993, des jeunes siégeant au Parlement des Jeunes de Meyrin (PJM) évoquent le manque de transports publics après minuit pour rentrer à Meyrin. L'idée de mettre en place de tels transports enthousiasme tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) de suite une grande majorité du PJM et une commission est donc créée en mai. En septembre 1993 déjà, le PJM formule une demande aux TPG. Cette demande n'aboutit pas. En mai 1994, pour obtenir plus de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la...), le PJM met le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le...) en collaboration avec le Parlement des Jeunes de la ville (Une ville est une unité urbaine (un « établissement humain » pour l'ONU) étendue et fortement peuplée (dont les habitations doivent être à moins de 200...) de Genève et celui de Vernier.

Enfin, en septembre 1994, des discussions plus sérieuses sont entamées avec les TPG et des demandes de soutien envoyées aux conseils municipaux de Genève, Vernier et Meyrin. Il faut encore une année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) de lutte et de mise en place avant que le premier Noctambus roule, le 2 septembre 1995, entre Meyrin et la ville et ce durant les nuits du week-end. Il aura donc fallu 2 ans de travail au PJM pour obtenir ce bus. Puis dès 1996, la commission se détache définitivement du PJM et se constitue en association (gardant pourtant la nomination commission en souvenir de ses origines) et, dès mars 1996, une autre ligne apparaît, ouvrant ainsi la voie à l'expansion du réseau qui couvre aujourd'hui toutes les communes du canton de Genève ainsi que 13 communes vaudoises et 2 communes françaises, soit 60 communes au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme....).

Les lignes fonctionnent désormais jusqu'à 04h45 pour certaines d'entre-elles et le tout au tarif Unireso.

Ligne Terminus urbain Terminus régionaux
N3 Crêts-de-Champel
Gardiol
Bardonnex
Ferney-Voltaire
N5 Palexpo
Hôpital
Bogis-Bossey
N6 Vernier-Village
Genève-Plage
Hermance
N7 Tours Lignon
Rive
Aucun
N8 Veyrier-Douane
Veyrier-Tournettes
Gare Cornavin
Aucun
N9 CERN
Petit-Bel-Air
Saint-Genis-Pouilly
Place des Eaux-Vives
N13 Palettes
Nations
Avusy
Gland
N15 Palettes
Gare Cornavin
Aucun
N16 Gare Cornavin
Moillesulaz
Jussy-Monniaz
N20 Cressy
Thônex-Vallard-Douane
Chancy
N33 Gare Cornavin Douane d'Anières
N67 Rive Dardagny

Proxibus et Télébus

Proxibus est un service de transport " porte-à-porte " qui assure, sur réservation, les déplacements depuis une adresse (Les adresses forment une notion importante en communication, elles permettent à une entité de s'adresser à une autre parmi un ensemble d'entités. Pour qu'il n'y ait pas...) (ou un arrêt TPG) des secteurs définis vers une autre adresse (ou un arrêt TPG). Il existe dans les secteurs suivants :

  • Genève-Est qui dessert les communes de Cologny, Collonge-Bellerive, Corsier, Anières, Hermance, Vandoeuvres, Choulex, Meinier, Gy, Puplinge, Presinge et Jussy. Numéro de réservation : 0800 858 700.
  • Genève-Ouest qui dessert les communes de Satigny, Dardagny, Russin, Avully, Cartigny et Aire-la-Ville. Numéro de réservation : 0800 858 800.
  • Genève-Sud qui dessert les communes de Veyrier, Troinex, Bardonnex, Plan-les-Ouates et Perly-Certoux. Numéro de réservation : 0800 858 900.

Télébus est un service similaire, mais qui est limité aux déplacements d'un arrêt TPG à un autre arrêt TPG d'une même ligne. Les lignes concernées sont les suivantes : S, W, X et X-Satellite de 6h à 24h. Numéro de réservation : 0800 858 800.

Développement du réseau

Tramway

Le tramway connaît un regain d'intérêt depuis le début des années 1990. À la ligne 12 (Bachet-de-Pesay - Moillesulaz) qui survit au démantèlement du réseau, s'ajoutent 4 nouvelles lignes :

  • la 13 (Cornavin - Bachet-de-Pesay) inaugurée en 1995 et prolongée en 1997 (Cornavin - Palettes) et 2003 (Nations - Palettes)
  • la 16 (Cornavin - Moillesulaz) inaugurée en 1998
  • la 15 (Nations - Lancy-Pont-Rouge) inaugurée en 2004 et prolongée en 2006 (Nations - Palettes)
  • la 17 (Lancy-Pont-Rouge - Gare des Eaux-Vives) inaugurée en 2005 et prolongée en 2006 (Bachet-de-Pesay - Gare des Eaux-Vives)

Avec l'inauguration de la boucle de Lancy, le 20 mai 2006, un interlignage est créé (la ligne 12 devenant la 17 au Bachet-de-Pesay et la 13 devenant la 15 aux Palettes). Ces 5 lignes transportent une partie importante des voyageurs des TPG. Ces extensions ne sont qu'un début car d'autres tronçons sont en projet et verront le doublement de la longueur (La longueur d’un objet est la distance entre ses deux extrémités les plus éloignées. Lorsque l’objet est filiforme ou en forme de lacet, sa longueur est celle de...) du réseau :

  • Le TCMC (Tramway Cornavin-Meyrin-CERN) doit être achevé en 2009 et comptera, à terme, 3 lignes de tramway : la 14 qui assurera la liaison entre le bachet-de-pesay et le CERN, la 16 qui sera prolongée depuis Cornavin jusqu'à Meyrin, assurant ainsi une traversée nord-sud du canton (jusqu'à Moillesulaz) ainsi que la future ligne 18 du TCOB qui reliera Bernex à Meyrin. La première étape (Cornavin-Les Avanchets) est mise en chantier le 16 janvier 2006 et doit être inaugurée en décembre 2007 (suivi en images).
  • La concession pour le tronçons Cornavin-Onex-Bernex (TCOB) a été acceptée par le Conseil Fédéral début janvier 2007.
  • Des études sont en cours pour d'autres tronçons, comme Nations-Grand-Saconnex et pour le prolongement du TCMC sur la commune française de Saint-Genis (Ain). Les études pour le projet de tram vers Plan-les-Ouates et Perly-Certoux sont actuellement reportées à une date ultérieure.

Trolleybus

Le 19 février 2007, la ligne 7 (Le terme ligne 7 est utilisé pour désigner un grand nombre de lignes de transports en commun :) a été prolongée de Rive jusqu'aux Hôpitaux Universitaires de Genève.

RER

Le projet CEVA (Le CEVA est un projet de liaison entre les réseaux ferroviaires du canton de Genève (Suisse) et de la Haute-Savoie (France). CEVA est l'acronyme de « Cornavin - Eaux-Vives -...) (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse), bien que géré par les CFF, devrait avoir un impact important sur la mobilité à Genève et donc sur les transports publics genevois. Une partie des travaux a déjà été effectuée entre la gare Cornavin et Lancy-Pont-Rouge.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis !
Page générée en 0.743 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique