Équivalence des hypothèses
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

L'équivalence des hypothèses désigne une doctrine prônée entre 1580 et 1700 par l'église catholique pour sauver la face suite aux avancées scientifiques prouvant la pertinence de l'héliocentrisme. Le soleil placé au centre de l'univers (L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe et les lois qui le régissent.) est une représentation qui fut proposée par Copernic en 1543 puis par Johannes Kepler et Galilée (Galilée ou Galileo Galilei (né à Pise le 15 février 1564 et mort à Arcetri près de Florence, le 8 janvier 1642) est un physicien et astronome italien du XVIIe siècle, célèbre pour avoir jeté les fondements des...) au XVIIe siècle.

Contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu...)

Au Moyen Âge, l'église (L'église peut être :) catholique soutient la thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il...) du géocentrisme (Le géocentrisme est une conception du monde et de l'univers, qui place la Terre immobile, en son centre. Cette conception date de l'antiquité et a été notamment défendue par Aristote et Ptolémée. Elle perdurera...), une conception qui remonte à Aristote (Aristote (en grec ancien Ἀριστοτέλης / Aristotélês) est un philosophe grec né à Stagire (actuelle Stavros) en...) et qui place la terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la...) au centre de l'univers. Cette thèse est mise à mal par Copernic dans De Hypothesibus Motuum Coelestium a se Contitutis Commentariolus, un traité d'astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, leurs propriétés physiques et chimiques. Elle ne doit pas être confondue avec la mécanique...). Johannes Kepler confirme la thèse de Copernic et ajoute que les orbites sont elliptiques. Galilée continue les recherches à ce sujet mais il est l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...) d'un célèbre procès à la suite duquel il est condamné en 1633 pour ses écrits trop favorables à l'héliocentrisme (L'héliocentrisme est une conception du monde et de l'Univers qui place le Soleil en son centre. Malgré quelques précurseurs, comme Aristarque de Samos, on attribue en général le principe de...).

Mais cela n'empêche pas d'autres scientifiques d'avancer sur la question et de démontrer au fur (Fur est une petite île danoise dans le Limfjord. Fur compte environ 900 hab. . L'île couvre une superficie de 22 km². Elle est située dans la Municipalité de Skive.) et à mesure la pertinence des thèses coperniciennes et galiléennes. L'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude...) de Pierre Gassendi (L'abbé Pierre Gassend dit Gassendi était un mathématicien, philosophe théologien et astronome français. Il est né à Champtercier près de Digne le 22 janvier 1592 et est mort le 24 octobre 1655 à Paris.) le 7 novembre 1631 renforce l'idée du système solaire : il observe Mercure qui passe devant le soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une...) (Mercurius in sole visus).

Les experts partagés ou prudents à cause de l'Inquisition et des déboires de Galilée ne peuvent toutefois progresser qu'à partir de 1638. La bataille au sujet des deux hypothèses ne cesse qu'au début du XVIIIe siècle.

La relativité du mouvement

Pour l'église, le système solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre...) n'est pas concevable et elle se doit de trouver une parade. Au fond, ce n'est qu'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) relatif que de dire que la Terre tourne autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5...) du Soleil ou que le Soleil tourne autour de la Terre : les deux hypothèses sont équivalentes.

Entre 1600 et 1602, Kepler essaie d'aborder ce sujet d'une manière scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.). Leibniz l'intègre dans un ouvrage de 1695 :

Et quant au mouvement absolu, rien ne peut le déterminer mathématiquement, puisque tout se termine en rapports: ce qui fait qu'il y a toujours une parfaite équivalence des Hypothèses (L'équivalence des hypothèses désigne une doctrine prônée entre 1580 et 1700 par l'église catholique pour sauver la face suite aux avancées scientifiques prouvant la pertinence de l'héliocentrisme. Le soleil placé au centre de...), comme dans l'Astronomie, en sorte que quelque nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de corps qu'on prenne, il est arbitraire d'assigner le repos ou bien un tel degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) de vitesse (On distingue :) à celui qu'on en voudra choisir, sans que les phénomènes du mouvement droit, circulaire, ou composé, le puissent réfuter.

Du point de vue de la cinématique (En physique, la cinématique est la discipline de la mécanique qui étudie le mouvement des corps, en faisant abstraction des causes du mouvement (celles-ci sont généralement...), l'équivalence est pertinente. L'explication de Copernic n'aurait qu'un avantage de simplicité (argument du rasoir d'Ockham).

La mécanique newtonienne (La mécanique newtonienne est une branche de la physique. Depuis les travaux d'Albert Einstein, elle est souvent qualifiée de mécanique classique.) va transformer la controverse scientifique (Une controverse est un débat de fond sur une idée nouvelle. L'histoire des sciences est jalonnée de controverses scientifiques dont certaines sont restées célèbres. Pour les...) en simple anecdote historique en adoptant la relativité galiléenne (il n'existe pas de référentiel absolu) et en introduisant la notion de gravitation (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) en 1687. Le soleil (tout comme la Terre) suit une trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) qui dépend de sa masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de...) et des masses et distances de tous les autres astres. L'astronomie moderne montre que la vitesse de la terre dans un référentiel lié au soleil n'est qu'une petite fraction de leur vitesse commune dans un référentiel lié à l'amas de galaxies (Un amas de galaxies est l'association de plus d'une centaine de galaxies liées entre elles par la gravitation. En deçà de 100, on parle plutôt de groupe de galaxies, même si la...) proches.

Examen de la controverse ptoléméo-copernicienne

En 1979 et en 1981, le pape Jean-Paul II charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne...) une commission d'étudier la controverse ptoléméo-copernicienne. Les papes modernes ont tous reconnu les talents exceptionnels de Galilée. Le 31 octobre 1992, il reconnaît publiquement les erreurs commises par certains théologiens du XVIIe siècle lors de son discours aux participants à la session plénière de l'Académie (Une académie est une assemblée de gens de lettres, de savants et/ou d'artistes reconnus par leurs pairs, qui a pour mission de veiller aux usages dans leurs disciplines respectives et de publier...) Pontificale des Sciences.

Page générée en 0.083 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique