Biogéographie
Source: Wikipédia sous licence CC-BY-SA 3.0.
La liste des auteurs de cet article est disponible ici.

La biogéographie est une branche de la géographie physique et de l'écologie qui étudie la vie à la surface du globe par des analyses descriptives et explicatives de la répartition des êtres vivants, et plus particulièrement des communautés d'êtres vivants. Les pères de la biogéographie (La biogéographie est une branche de la géographie physique et de l'écologie qui étudie la vie à la surface du globe par des analyses descriptives et explicatives de la...) sont les explorateurs des XVIIIe et XIXe siècles, parmi lesquels Alexander von Humboldt (1769-1859), Aimé Bonpland (1773-1858), Alfred Russel Wallace (1823-1913), Charles Darwin (1809-1882)...

En effet, les êtres vivants s'organisent pour donner des paysages différents que l'on appelle "formations" (dénommées le plus souvent selon leurs profils ou les formations végétales les composant). Ce sont les formations végétales qui marquent le plus un paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un espace limité, d'un « pays ». Portion de l'espace terrestre saisi horizontalement...), le vivant végétal (Les classifications scientifiques classiques regroupent sous le terme végétal ([veʒetal]/[veʒeto]) plusieurs lignées d'organismes...) (appartenant à la biosphère), et qui a des interactions avec l'atmosphère (Le mot atmosphère peut avoir plusieurs significations :), l'hydrosphère (L'hydrosphère est, de façon générale, l'enveloppe externe d'une planète ou d'un satellite qui regroupe l'eau sous ses états liquide, solide ou gazeux.) et la lithosphère (La lithosphère (littéralement, la « sphère de pierre ») est la partie superficielle et rigide du matériau dont sont faits les astres...) (le substrat).

Longtemps, la tendance des biogéographes a été de vouloir décrire la réparition spatiale des êtres vivants dans une Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et...) vierge de toute influence anthropique. Ce fut notamment l'approche de Pierre BIROT dans Les formations végétales du globe.

Mais cette approche est aujourd'hui remise en cause. Le concept de climax est contestable du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) naturaliste (Le mot naturaliste fait référence au domaine des sciences naturelles. L'adjectif qualifie une personne ou un groupe (association, société...), et les forêts actuelles ne sont pas compréhensibles sans tenir compte des héritages de la reconquête glaciaire : certains sites des Alpes auraient potentiellement une hêtraie mais n'en présentent pas car le hêtre (Le hêtre est un arbre à feuilles caduques, originaire d'Europe, de la famille des Fagacées qui comprend en outre le chêne et le châtaignier. Il fait partie des...) ne s'y est pas implanté depuis ses refuges glaciaires.

Mais ce n'est pas tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.). Sur des forêts qui ont subi des siècles de pratiques usagères entraînant une dégradation des sols, le déterminisme climat-édaphologie n'a plus de sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution...). La forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de faible étendue est dit bois,...) d'Andenne, en Normandie, présente des sols très dégradés et des formations sans rapport avec les climax tels que définis par Gaussen, comme le montra Gérard Houzard. Un cas extrêmes est celui du polémosystème : les forêts se développant sur les anciens fronts de 1914-1918 sont absolument aberrant du point de vue naturaliste, et incompréhensibles si l'on ne tient pas compte de l'histoire.

Cette approche actuelle, qui se développe en France, constitue la biogéographie historique.

Ainsi, deux profils s'opposent ou se complètent : les naturalistes et les biogéographes. Ces derniers font intervenir les facteurs humains pour décrire le paysage qui en grande partie résulte de l'action de l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme »....). L'Écologie du paysage tente de concilier ces deux approches.

Bibliographie

ALEXANDRE F., GENIN A., " Temporalités dans la biosphère (La notion de biosphère désigne à la fois un espace et un processus auto-entretenu (jusqu'à ce jour et depuis plus de 3 milliards d'années) sur la planète Terre, et qu'on ne connait que sur cette planète ; Le processus est...), les trois temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui poussent sur une surface donnée de sol, ou dans un milieu aquatique. On parle aussi de "couverture végétale".). " L’Information Géographique, volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) 69, septembre 2005, Echelles et temporalités, pp 45-65.

AMAT J.-P., " Guerres et milieux naturels, les forêts meurtries dans l’Est de la France ", L’espace géographique n°3, Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les...), Belin, 1987, pp 218-233.

AMAT J.-P., " Sylvofaciès et sylvoséquences de la guerre dans les forêts du N-E de la France : dynamiques de constitution et (ou) reconstitution " dans Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, pp 203-225.

AMAT J.-P., La forêt entre guerre et paix, étude de biogéographie historique sur l’axe meusien (Si, durant la Première Guerre mondiale, les Allemands ont leur “Argonnenbahn” dans la forêt d'Argonne, les Français disposent du "Meusien" entre Bar-le-Duc...), de l’Argonne et de la Woëvre, thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur,...) d’Etat de Géographique, Lille, Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures)....) de Lille 1, 1999, 1116 p. , 3 volumes + 1 volume d’annexes de 171 p.

ARNOULP P., " Climax, un concept à tout faire ? " dans Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, J. CRAMER, 1993, pp 101-116.

ARNOULD P., " Le recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) française en biogéographie ", Bulletin de l’Association des Géographes français n°4, 1994, pp 404-413.

BARRUE-PASTOR M, MUXART T., " Le géosystème : nature "naturelle" ou nature "anthropisée" ? " dans Marcel JOLLIVET, Sciences de la nature, sciences de la société, les passeurs de frontière (Une frontière est une ligne imaginaire séparant deux territoires, en particulier deux États souverains. Le rôle que joue une frontière...), Paris, Edition du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), 1992, 589 p, pp 259-266.

BAUDELLE G., REGNAULD H., Echelles et temporalités en géographie (La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η...), Paris, Sedes , 2004.

BAUDRY J., BUREL F., Ecologie du Paysage, concepts, méthodes et applications, Paris, édition technique et documentation, 1999, 359 p.

BERTRAND G., " Paysage et géographie physique (La géographie physique est la branche de la géographie qui décrit la surface de la Terre et qui ne s'intéresse pas directement aux activités humaines. C'est donc par définition une science de la nature. On parle aussi de...) globale. Esquisse (Une esquisse est un dessin tracé rapidement soit comme ébauche pour une œuvre plus élaborée, soit pour prendre des notes dans des conditions qui ne permettent...) méthodologique ", Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest (Le sud-ouest est la direction à mi-chemin entre les points cardinaux sud et ouest. Le sud-ouest est opposé au nord-est.), 3, Toulouse, PU du Mirail (Le Mirail est un ensemble composé de trois quartiers de Toulouse : du nord au sud, Mirail-Université, La Reynerie et Bellefontaine. Ils forment le quartier numéro 17 de la ville...), 1968.

BERTRAND G., " Le paysage entre nature et société ", Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 3, Toulouse, PU du Mirail, 1968.

BERTRANG G., " L’archéologie du paysage dans la perspective de l’écologie historique " dans Archéologie du paysage, Actes du colloque, Tours, Caesarodunum 13, 1978.

BERTRAND G., " La végétation dans le géosystème. Phytogéographie des montagnes Cantabriques centrales ", Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-ouest, tome 57 n°3 (juillet-septembre 1986), Toulouse, PU du Mirail, 1986.

BERTRAND G., La nature en géographie, un paradigme d’interface, Toulouse, Université Le Mirail, 1991, 16 p.

BERTRAND G., " Pour une histoire écologique de la France rurale " dans DUBY G., WALLON A. (Sous la direction de), Histoire de la France rurale (en 4 tomes), Paris, Seuil, 1994.

BERTRAND G. et C., Une géographie traversière, l’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Editions Arguments, 2002, IX-311 p.

BILLEN C., " Le massif (Le mot massif peut être employé comme :) domanial d’Anlier, observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) croisée (Croisée peut désigner :) des forestiers, des botanistes et des historiens ", dans Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, J. CRAMER, 1993, pp 191-202.

BIROT Pierre, Les formations végétales du globe, Paris, SEDES, 1965.

BLONDEL J., Biogéographie. Approche écologique et évolutive. Paris, Masson, 1995, XVI-297 p.

CLEMENT V., " frontière, reconquête et mutation des paysages végétaux entre Duero et système central du XIème au milieu du XVème siècle ", Mélanges de la Casa de Velázquez tome XXIX-1, Madrid (Madrid est la capitale de l'Espagne. Ville la plus vaste et la plus peuplée du pays, c'est le chef-lieu de la Communauté autonome de Madrid qui appartient à la province de Madrid. Elle abrite également le siège de l'OMT,...), Casa de Velásquez, 1993, pp 87-126.

DELESIS-DUSSOLIER A., " Histoire du paysage par l’analyse de la végétation : l’exemple des haies ", Revue Hommes et terres du Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) n°2-3, Lille, Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for...) de géographie, Faculté des lettres de Lille, 1986, pp 110-115.

DELESIS-DUSSOLIER A., " Le paysage vu dans les bocages, relations avec les types phytosociologiques ", 17e congrès phytosociologique, Versailles, 1998, dans Colloques Phytosociologiques XVII, Stuttgart, J. CRAMER, 1998.

DUBOIS J.-J., " Influences humaines sur l’évolution des paysages et des limites de la forêt de Mormal ", Hommes et Terres du Nord n°244, pp 73-106, Lille, Institut de géographie, Faculté des lettres de Lille, 1973 1er semestre.

DUBOIS J.-J., " La forêt d’Eu, un cas de permanence de frontière régionale ", L’espace géographique, Paris, Belin, 1974 n°1, pp 19-28.

DUBOIS J.-J., " L’évolution des paysages forestiers de la région du Nord : l’intérêt de l’analyse régressive des paysages ", Hommes et Terres du Nord 1980-3 pp 27-63, Lille, Institut de géographie, Faculté des lettres de Lille, 1980.

DUBOIS J.-J., " L’alternance hêtre-chêne en forêt de Mormal : l’apport de la cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes géographiques. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de données sur un...) prospective des peuplements ", Revue Hommes et terres du Nord n°3, Lille, Institut de géographie, Faculté des lettres de Lille, 1984, pp 169-184.

DUBOIS J.-J., " La forêt de Bialowieza (Pologne) ", Hommes et Terres du Nord, Lille, Institut de géographie, Faculté des lettres de Lille, 1987-2, pp 125-128.

DUBOIS J.-J., Espaces et milieux forestiers dans le Nord de la France – Etude de biogéographie historique, Thèse d’Etat, Paris, Université de Paris (L’Université de Paris était l’une des plus importantes et des plus anciennes universités médiévales. Apparue au...) I, 1989, 2 volumes, 1024 p.

DUBOIS J.-J., " L’approche de la biogéographie historique : concepts, méthodes, limites à l’interface de la phytodynamique et de l’histoire forestière " dans Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, J. CRAMER, 1993, pp 7-13.

DUBOIS J.-J., " La place de l’histoire dans l’interprétation des paysages végétaux ", Mélanges de la Casa de Velázquez XXX-1, Madrid, Casa de Velázquez, 1994, pp 231-251.

DUBOIS J.-J. (coord.), Les milieux forestiers, aspects géographiques, Paris, SEDES, 1999, 336 p.

GALOCHET M., HOTYAT M., " L’Homme, facteur de diversité en milieu forestier ", Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2001-2, pp 151-163.

GALOCHET M., Les îlots boisés d’Europe, des lieux de diversité en terre de grande culture (La définition que donne l'UNESCO de la culture est la suivante [1] :). Comparaison France et Pologne. Thèse de doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le...) d’Etat en géographie. Université Paris-Sorbone (Paris IV), 2001.

GALOCHET M., " Héritages sylvicoles dans les forêts et les îlots boisés de Grande Pologne ", Annales de géographie n° 623, 2002, pp 60-72.

GALOCHET M., " Du dessus au dedans, une approche biogéographique emboîtée des îlots boisés ", L’information Géographique, vol. 66 n°4, pp 341-350, 2002.

GALOCHET M., " Des bois dans la campagne (La campagne, aussi appelée milieu rural désigne l'ensemble des espaces cultivés habités, elle s'oppose aux concepts de ville,...), dernier refuge de la biodiversité ", dans La campagne colonisée, Cahiers Kubaba n°VI, Paris, L’Harmattan, 2003, pp 37-58.

GALOCHET M., " Histoire de la biogéographie française des origines à nos jours ", site Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la...) de la Commission de Biogéographie du CNFG, 2003, http://www.ipt.univ-paris8.fr/biogeo/

HOUZARD G., " Evolution de la biogéographie ", Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n° 79-80, UFR Lettres et Sciences Humaines, 1990, pp 67-73.

HOUZARD G., " L’approche du biogéographe " dans Colloques phytosociologiques XX, Bailleul 1991, DUBOIS J.-J. et Géhu J.-M. (dir.), Berlin-Stuttgart, J. Cramer, 1993, J. CRAMER, 1993, pp 1-6.

LEMEE G., " Les réserves biologiques de la tillaie du Gros Fouteau en forêt de Fontainebleau, écocomplexes climaciques ", Bulletin de la Société de Botanique (La botanique est la science consacrée à l'étude des végétaux (du grec βοτάνιϰή;...) de France, Lettres Botaniques, tome 137, 1990-1, p 47-62.

Les bocages : histoire écologique et économique, Rennes, INRA, ENSA, Université de Rennes (L’université de Rennes, est une ancienne université qui trouve son origine dans une ancienne université ducale fondée en 1460 à Nantes, puis déménagée à Rennes en 1735. Elle prit le nom...), 1976. PALIERNE J.-M., " Les paysages fondamentaux dans le Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) du Massif Armoricain, sylve, forêt et "savane boisée", Bulletin de l’Association des Géographes Français, Paris, 1983, n° 496, pp 205-213.

ROZE F., Importance de la végétation des talus dans le paysage bocager breton dans Paysages ruraux européens, Rennes, colloque Rennes-Quimper du 26-30 septembre 1979, sous la direction de P. Flatrès, UHB, 1979, pp. 363-373

SIMON L., Les Paysages végétaux, Paris, Armand Colin, 1998, 95 p.

Page générée en 0.109 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique