Traquer le retour au nid des frelons asiatiques: une piste prometteuse

Publié par Adrien le 25/05/2020 à 09:00
Source: INRAE
Le frelon asiatique Vespa velutina est une espèce invasive arrivée en France en 2004, et qui cause depuis d'importants dégâts à l'apiculture. L'enjeu est aujourd'hui d'essayer de contrôler les niveaux de population pour diminuer la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) qu'il exerce sur les colonies d'abeilles. La mesure la plus efficace actuellement est la destruction des nids, le plus tôt possible, mais la difficulté est de pouvoir les localiser. Les chercheurs de l'Inra et leurs collègues de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) anglaise d'Exeter ont développé une technique originale de radioguidage qui permet, en suivant ces insectes (Insectes est une revue francophone d'écologie et d'entomologie destinée à un large public d'amateurs et de naturalistes. Produite par l'Office pour les insectes et leur environnement (association loi de 1901), elle...), la localisation précoce des nids. Ces travaux viennent d'être publiés et constituent une piste prometteuse dans la lutte contre le frelon asiatique.

Traquer le retour au nid des frelons asiatiques: une piste prometteuse pour la lutte contre ces dangereux prédateurs d'abeilles.
© Karine MONCEAU.

Le frelon asiatique est un dangereux prédateur (Un prédateur est un organisme vivant qui met à mort des proies pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture. La prédation est très courante...) d'abeilles. Depuis son arrivée en France en 2004, il étend progressivement son aire géographique de l'Espagne à l'Italie, du Royaume-Uni à la Belgique et au Luxembourg. Les facteurs possibles pour limiter son extension est l'absence d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) nécessaire à la construction des nids, et l'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la...). La ressource alimentaire n'est pas limitante car, en plus de la prédation d'insectes, les frelons peuvent alimenter leur progéniture avec d'autres sources protéiques (viande ou poissons (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien...) des étals de marché, résidus de pêcheries, cadavres d'animaux). La seule possibilité crédible pour lutter contre cette espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept flou dont il existe...) invasive est de contrôler les niveaux de population et deux techniques sont utilisables actuellement: l'une assez peu efficace repose sur le piégeage des fondatrices, les nouvelles reines qui vont fonder les nouvelles colonies ; l'autre très efficace consiste à détruire les nids le plus tôt possible.

Les chercheurs de l'Inra et leurs collègues anglais, spécialistes de la télémétrie chez les insectes, ont développé une technique originale pour équiper les frelons asiatiques d'une balise de téléguidage, et ainsi les suivre jusqu'au retour au nid:

Equiper les insectes et les faire voler avec un émetteur a nécessité une longue mise au point

Les chercheurs de l'Inra ont capturé des frelons, des ouvrières chasseuses, en poste devant les ruches. Ils les ont ensuite équipés d'une balise émettrice, suspendue à leur abdomen (L’abdomen désigne une partie du corps humain ou du corps d'un animal.) dans une petite nacelle. Après un long travail, les chercheurs ont sélectionné des ouvrières de poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la...) supérieur à 0,35g pour une balise de 0,28g offrant un rayon d'action de 800m. En effet, ils avaient observé précédemment que 80% des ouvrières pouvaient porter jusqu'à 80% de leur poids.
Les ouvrières ainsi équipées sont entrainées à voler dans une cage de vol avant d'être relâchées. Les chercheurs peuvent alors les suivre à distance jusqu'à leur nid. Des nids ont pu être ainsi localisés jusqu'à 1,33 km du point de départ de l'ouvrière.

Des applications prometteuses

Cette technique est donc le premier outil (Un outil est un objet finalisé utilisé par un être vivant dans le but d'augmenter son efficacité naturelle dans l'action. Cette augmentation se traduit par la simplification des actions entreprises, par une plus grande...) permettant de localiser les nids avant l'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) et d'organiser leur destruction précoce. On pourrait aussi envisager d'équiper de balises les fondatrices de printemps (Le printemps (du latin primus, premier, et tempus, temps, cette saison marquant autrefois le début de l'année) est l'une des quatre saisons des zones tempérées,...), au moment où elles fabriquent leur premier nid et sortent au cours de la journée pour trouver de la nourriture pour leurs filles.

Les chercheurs de l'Inra mènent par ailleurs d'autres travaux pour lutter contre le frelon asiatique. Ils ont notamment caractérisé des souches de champignons entomopathogènes (Beauveria, Metharizium) pouvant infecter et tuer les frelons. Cette piste pourrait être complémentaire de la localisation des nids où seraient alors injectés ces agents de biocontrôle, non nuisibles à l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...).

Frelon asiatique équipé d'une balise émettrice.
© Université d'Exeter, Peter Kennedy.

Référence

Peter J. Kennedy, Scott M. Ford (Ford Motor Company, généralement appelée simplement Ford, est un constructeur automobile américain.), Juliette Poidatz, Denis Thiéry, Juliet L. Osborne. Searching for nests of the invasive Asian hornet (Vespa velutina) using radio-telemetry. Communications Biology, 2018; DOI: 10.1038/s42003-018-0092-9
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.087 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique