La transfusion de globules rouges n'améliore pas le sort des enfants en soins intensifs

Publié par Adrien le 06/01/2020 à 08:00
Source: Université de Montréal
Une nouvelle étude menée par le CHU Sainte-Justine, l'Université de Montréal et la Washington University School of Medicine à Saint Louis a démontré que, chez des enfants anémiques traités dans les unités de soins intensifs, la transfusion de culots globulaires plus frais ‒ entreposés pendant sept jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport...) ou moins ‒ n'est pas plus bénéfique que la transfusion de culots stockés plus longtemps et ne fait pas diminuer le risque de mortalité ni la fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi lorsqu'on...) et la gravité (La gravitation est une des quatre interactions fondamentales de la physique.) des défaillances d'organes. Ces résultats paraissent en ligne dans la revue médicale (Il existe de très nombreuses revues médicales, généralistes, spécialisées ou destinées au grand public.) Journal of the American Medical Association.


Crédit: Getty

Une forte proportion des enfants traités aux soins intensifs sont anémiques. La transfusion de globules rouges constitue la seule façon de traiter rapidement une anémie (L'anémie (du privatif an- et du grec ancien haimos, « sang ») est une anomalie de l'hémogramme caractérisée par une diminution de la concentration en...) assez grave pour mettre la vie (La vie est le nom donné :) d'un patient (Dans le domaine de la médecine, le terme patient désigne couramment une personne recevant une attention médicale ou à qui est prodigué un soin.) en danger. Les globules rouges sont conservés par les banques de sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est...) sous la forme de culots globulaires qu'on peut entreposer jusqu'à 42 jours. Certaines données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un...) publiées au cours des dernières décennies laissaient entendre que la transfusion de culots globulaires stockés plus longtemps serait moins avantageuse que la transfusion de culots mis en réserve moins longtemps. Ce nouveau constat devrait rassurer les patients, les parents et les médecins: la pratique actuelle des banques de sang, qui consiste à fournir des culots globulaires entreposés plus longtemps, est sécuritaire et efficace chez ces patients particulièrement fragiles.

Cette étude, l'un des plus grands essais cliniques randomisés pédiatriques, a été financée par les Instituts de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la...) en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) du Canada, le National Heart, Lung, and Blood Institute aux États-Unis, le Programme hospitalier de recherche clinique en France et le ministère de la Santé (Le Ministère de la Santé peut faire référence :) et des Services sociaux du Québec.

L'étude a été menée conjointement par deux chercheurs principaux: la Dre Marisa Tucci, du CHU Sainte-Justine et de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement supérieur de Montréal au Québec. Elle est l'une des dix...), et le Dr Philip Spinella, de la Washington School of Medicine à Saint Louis. Selon ces deux pédiatres-intensivistes, l'étude démontre que les médecins qui traitent des enfants aux soins intensifs ne devraient pas craindre d'utiliser des culots globulaires stockés depuis plusieurs jours. En fait, les résultats de cette étude indiquent même qu'il n'est pas avisé d'exiger du sang plus frais, sauf peut-être dans quelques circonstances exceptionnelles. L'application des résultats de l'étude devrait faciliter le travail des banques de sang, qui n'auront plus à répondre à l'exigence formulée par certains médecins de fournir du sang plus frais à leurs patients.

Pratique usuelle pour éviter le gaspillage

Les culots globulaires sont habituellement administrés dans les unités de soins intensifs pédiatriques à des enfants très malades dont les besoins transfusionnels sont grands comme ceux qui souffrent d'un traumatisme (Un traumatisme est un dommage de la structure ou du fonctionnement du corps ou du psychisme. Il peut être dû à un agent ou à une force...) grave ou qui suivent des traitements de chimiothérapie (La chimiothérapie est l'usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C'est une technique de traitement à part entière...), ceux qui ont subi une chirurgie (La chirurgie est une technique médicale consistant en une intervention physique sur les tissus, notamment par incision et suture. Un médecin spécialisé dans cette discipline est un chirurgien. Un...) majeure qui a entraîné des pertes sanguines importantes ou qui sont atteints de maladies comme l'anémie falciforme ou la thalassémie. La pratique usuelle des banques de sang de la grande majorité des hôpitaux est d'écouler les culots les plus anciens en stock afin d'éviter que les produits deviennent périmés. Cependant, il est bien connu que des culots globulaires entreposés moins longtemps sont préférentiellement donnés à certains enfants même s'il n'existe aucune preuve qu'une telle pratique soit bénéfique.

Afin de combler ce manque de preuves, les chercheurs de l'étude Age of Blood in Children in Pediatric Intensive Care Units (ABC-PICU) ont mené un grand essai randomisé auprès de patients admis dans des unités de soins intensifs de 50 centres hospitaliers. L'étude a débuté en février 2014 et s'est terminée en novembre 2018; 1461 patients âgés de 3 jours à 16 ans admis aux soins intensifs ont été recrutés aux États-Unis (29 hôpitaux), au Canada (10), en France (8), en Italie (2) et en Israël (1); le CHU Sainte-Justine était le centre coordonnateur de l'étude au Canada et a recruté le plus grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de patients (plus de 160).

C'est l'équipe du Dr Dean Fergusson, du Centre for Practice-Changing Research de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) d'Ottawa, qui a effectué les analyses scientifiques avec les Drs Tucci et Spinella. Dans l'étude ABC-PICU, la moitié des patients a reçu du sang entreposé pendant 7 jours ou moins alors que l'autre moitié a reçu du sang stocké plus longtemps. Le critère de jugement principal était la mortalité ou l'apparition d'une défaillance d'organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans...) (atteinte de la fonction d'un ou de plusieurs organes, aussi dénommée "défaillance multiviscérale").

Pas de réduction de défaillance multiviscérale

L'étude a démontré que la transfusion de sang plus frais n'avait pas réduit la mortalité ni l'importance de la défaillance multiviscérale comparativement à ce qui était noté dans le groupe transfusé avec du sang plus ancien. En fait, le sort des enfants était le même dans les deux groupes: une défaillance multiviscérale est survenue chez 20,2 % des enfants ayant reçu du sang frais par comparaison à 18,2 % chez ceux ayant reçu du sang entreposé plus longtemps.

Le grand nombre de patients recrutés renforce les conclusions qu'on peut en tirer. De plus, la diversité géographique des lieux d'étude et des patients autorise l'applicabilité des constats à l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être...) des enfants admis dans une unité de soins intensifs. Malgré tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.), les chercheurs mentionnent quelques réserves. L'étude n'a pas pu déterminer si les transfusions de sang entreposé particulièrement longtemps (plus de 35 jours) ont un effet sur le taux de survie à long terme des enfants transfusés. De plus, on peut se demander si les résultats seraient différents chez les patients qui ont besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et...) d'un volume (Le volume, en sciences physiques ou mathématiques, est une grandeur qui mesure l'extension d'un objet ou d'une partie de l'espace.) de transfusion sanguine (Une transfusion sanguine est une opération consistant à injecter, par perfusion intraveineuse, du sang ou des dérivés sanguins. Dans le système de santé français...) très élevé, car la majorité des participants à l'étude ABC-PICU ont reçu des volumes de sang plutôt modestes.

Il reste que l'étude ABC-PICU montre clairement que la pratique courante est sécuritaire et qu'il n'y a pas d'avantages à transfuser du sang plus frais. Ces données sont probablement applicables à presque tous les enfants traités aux soins intensifs.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.928 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique