La sonde Voyager 2 de la NASA à la limite de l'espace interstellaire
Publié par Redbran le 14/01/2020 à 14:00
Source: NASA / JPL
La sonde Voyager 2 de la NASA, actuellement en voyage vers l'espace interstellaire, a détecté une augmentation des rayons cosmiques provenant de l'extérieur de notre système solaire. Lancé en 1977, Voyager 2 est à un peu moins de 11 milliards de miles (environ 17,7 milliards de kilomètres) de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...), soit plus de 118 fois la distance de la Terre au Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification astronomique, c'est une étoile de...).


Ce graphique montre la position des sondes Voyager 1 et Voyager 2 par rapport à l'héliosphère, une bulle protectrice créée par le Soleil qui s'étend bien au-delà de l'orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) de Pluton (Pluton, dont la désignation officielle est (134340) Pluton, est la deuxième plus grande planète naine connue du système solaire et le 10e plus grand astre connu orbitant le Soleil. Originellement considérée...). Voyager 1 (Voyager 1 est la première des deux sondes du programme Voyager lancées en 1977. Sa mission principale était d'étudier les planètes...) a traversé l'héliopause (En astronomie, l'héliopause est la limite où le vent solaire de notre Soleil est arrêté par le milieu interstellaire.), ou le bord de l'héliosphère, en 2012. Voyager 2 est toujours dans l'héliosheath, ou la partie la plus externe de l'héliosphère. Crédit d'image: NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace ») plus connue sous son abréviation NASA, est l'agence...) / JPL-Caltech

Depuis 2007, la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures in situ...) traverse (Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et l'inclinaison, et transmettre...) la couche la plus externe de l'héliosphère - la vaste bulle autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent...) du Soleil et les planètes dominées par les matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) solaires et les champs magnétiques. Les scientifiques du Voyager ont guetté le vaisseau spatial pour atteindre la limite extérieure de l'héliosphère, connue sous le nom d'héliopause. Une fois que Voyager 2 aura quitté l'héliosphère, il deviendra le deuxième objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être...) créé par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...), après Voyager 1, à pénétrer dans l'espace interstellaire.

Depuis fin août, l' instrument Cosmic Ray Subsystem sur Voyager 2 a mesuré une augmentation d'environ 5% du taux de rayons cosmiques frappant l'engin spatial par rapport au début août. L'instrument de particules chargées à faible énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) de la sonde a détecté une augmentation similaire des rayons cosmiques de plus haute énergie.

Les rayons cosmiques sont des particules à mouvement rapide qui proviennent de l'extérieur du système solaire (Le système solaire est un système planétaire composé d'une étoile, le Soleil et des corps célestes ou objets définis gravitant autour de lui (autrement dit, notre système planétaire) : les...). Certains de ces rayons cosmiques sont bloqués par l'héliosphère, donc les planificateurs de mission s'attendent à ce que Voyager 2 mesure une augmentation de la vitesse (On distingue :) des rayons cosmiques à mesure qu'elle approche et franchit les limites de l'héliosphère.

En mai 2012, Voyager 1 a connu une augmentation du taux de rayons cosmiques similaire à ce que Voyager 2 détecte actuellement. C'était environ trois mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.) avant que Voyager 1 ne franchisse l'héliopause et n'entre dans l'espace interstellaire.

Cependant, les membres de l'équipe Voyager notent que l'augmentation des rayons cosmiques n'est pas un signe définitif que la sonde est sur le point (Graphie) de traverser l'héliopause. Voyager 2 se trouve dans un autre endroit de l'héliosheath - la région extérieure de l'héliosphère - que Voyager 1, et les différences possibles dans ces emplacements signifient que Voyager 2 peut connaître une chronologie de sortie différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de...) de Voyager 1.

Le fait que Voyager 2 approche de l'héliopause six ans après Voyager 1 est également pertinent, car l'héliopause se déplace vers l'intérieur et vers l'extérieur pendant le cycle d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) de 11 ans du Soleil. L'activité solaire fait référence aux émissions du soleil, y compris les éruptions solaires et les éruptions de matériaux appelées éjections de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de...) coronale. Au cours du cycle solaire (Un cycle solaire est une période pendant laquelle l'activité du Soleil varie en reproduisant les mêmes phénomènes que pendant la période de même durée...) de 11 ans, le Soleil atteint un niveau d'activité maximal et minimal.

"Nous assistons à un changement dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une dimension...) autour de Voyager 2, cela ne fait aucun doute", a déclaré Ed Stone, scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) du projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration...) Voyager, basé à Caltech à Pasadena. "Nous allons apprendre beaucoup dans les mois à venir, mais nous ne savons toujours pas quand nous atteindrons l'héliopause. Nous ne sommes pas encore là - c'est une chose que je peux dire avec confiance."

Le vaisseau spatial Voyager a été construit par le Jet Propulsion Laboratory (Le Jet Propulsion Laboratory (JPL), basé à Pasadena aux États-Unis, est une joint-venture entre la NASA et le Caltech qui est chargé de la construction et de la supervision...) de la NASA à Pasadena, en Californie, qui continue à exploiter les deux. JPL est une division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la réciproque de la fonction "multiplication par ce...) de Caltech. Les missions Voyager font partie de l'Observatoire du système héliophysique de la NASA, géré par la Division héliophysique de la Direction des missions scientifiques à Washington.

Pour plus d'informations sur Voyager:
- https://www.nasa.gov/voyager
- https://voyager.jpl.nasa.gov
Page générée en 0.153 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique