Le site préhistorique d'Orgnac 3, objet de nouvelles datations

Publié par Isabelle le 13/01/2014 à 12:00
Source: CNRS-INEE
Une des dernières datations, remontant à 1988, établissait un âge moyen de 339 000 ans pour ce site occupé par Homo heidelbergensis, l'ancêtre de Néandertal. L'utilisation combinée des techniques isotopiques uranium-thorium (U/ Th) et Argon-Argon (40Ar/39Ar) permet de donner une fourchette plus précise de l'occupation, entre 312 000 et 265 000 ans avant le présent.


Une vue du site d'Orgnac 3. Comblée au cours de son utilisation par Homo (Homo est le genre qui réunit l'Homme moderne et les espèces apparentées. Le genre apparaît entre environ 2,5 et 2 Ma. Toutes les espèces sont éteintes sauf Homo sapiens ; les dernières espèces...) heidelbergensis, l'ancêtre de Néandertal, la cavité a fait progressivement place à un abri sous roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce terrestre. Tout matériau entrant dans la composition du sous-sol est formé par un assemblage de...) puis à un site de plein air (L'air est le mélange de gaz constituant l'atmosphère de la Terre. Il est inodore et incolore. Du fait de la diminution de la pression de l'air avec l'altitude, il est...).
(©Véronique Michel)

Dater un site préhistorique est toujours une gageure pour les chercheurs qui, faute de matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) à analyser, doivent parfois se contenter de l'analyse biostratigraphique des couches de sédiments (la faune présente dans chaque strate donnant une indication (Une indication (du latin indicare : indiquer) est un conseil ou une recommandation, écrit ou oral.) de la période concernée). Du fait de son histoire très particulière, Orgnac 3, un site préhistorique occupé par Homo heidelbergensis, présente l'incroyable avantage de pouvoir être daté non pas avec une mais avec deux méthodes de datation différentes ! D'abord grotte souterraine, où se sont formées des stalagmites composées de calcite (La calcite est un minéral chimique ou biochimique (biominéralisation) composé de carbonate naturel de calcium de formule CaCO3, avec des traces : Mn;Fe;Zn;Co;Ba;Sr;Pb;Mg;Cu;Al;Ni;V;Cr;Mo. l'abondance des...), le site s'est progressivement comblé, devenant un simple abri sous roche puis un site de plein air. "Notre chance, c'est qu'une éruption volcanique proche, celle du Puy de Sancy estimée à -275 000 ans, l'a partiellement recouvert de dépôts volcaniques", raconte Véronique Michel, chercheuse CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) au laboratoire Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM), à l'origine des derniers résultats publiés dans PLOS ONE (PLoS One est une revue scientifique exclusivement en ligne couvrant tous les domaines de la biologie et de la médecine sans distinction, qui a été lancée à fin 2006. Un des...). Cette étude a été réalisée par une équipe de chercheurs français du CNRS (Laboratoire du CEPAM, Laboratoire GEOAZUR, Département de Préhistoire du MNHN), de chercheurs chinois (Laboratoire de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) de Nanjing) et de chercheurs taïwanais (Laboratoire HISPEC de Taipei).

La technique uranium-thorium (U/Th) a été utilisée pour dater la calcite présente dans les couches médianes de ce site archéologique d'une épaisseur totale de 7 mètres, et la méthode Argon-Argon (40Ar/39Ar) a été employée sur les grains de sanidine typiques des dépôts volcaniques retrouvés dans les couches supérieures. Résultat: un âge compris entre 312 000 ans et 265 000 ans (avec une marge d'erreur calculée d'à peine 4000 ans), contre 339 000 ans pour la dernière estimation (avec une marge d'erreur de 50 000 ans environ). "Orgnac 3 est célèbre dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier car c'est le plus ancien site où l'on retrouve le débitage Levallois (une technique de fabrication d'outils employée par Néandertal, notamment, qui consiste à préparer la pierre afin de déterminer la forme des éclats obtenus)" raconte Véronique Michel. Cette nouvelle datation permet donc de situer l'apparition de cette technique en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité...) autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis, Kaupifalco,...) de - 300 000 ans.

Référence:

Application of U/Th and 40Ar/39Ar Dating to Orgnac 3, a Late Acheulean and Early Middle Palaeolithic Site in Ardèche, France, publié dans PLOS ONE le 5 décembre 2013 par Véronique Michel, Guanjun Shen, Chuan-Chou Shen, Chung-Che Wu, Chrystèle Vérati, Sylvain Gallet, Marie-Hélène Moncel, Jean Combier, Samir Khatib et Michel Manetti
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.157 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique