Sécuriser vos opérations bancaires en un clin d'œil
Publié par Redbran le 07/05/2019 à 14:00
Source: © Union européenne, [2019] / CORDIS
Un financement de l'UE a aidé à mettre en place un système de reconnaissance faciale pour l'authentification bancaire sans avoir besoin de stocker des images faciales.

La sécurité est une préoccupation majeure pour l'industrie bancaire dont les transactions frauduleuses augmentent chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) et sont estimées à 1,4 milliards d'euros rien qu'en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du continent...). La biométrie, en particulier l'analyse faciale, est devenue une alternative de taille au code PIN (Pin désigne :) facilement piratable. Cependant, une inquiétude générale demeure concernant le stockage de photographies de visages dans de vastes bases de données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.).

Le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) FACCESS de l'UE a aidé à élaborer un nouveau type de technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) de reconnaissance faciale pour une utilisation dans le domaine bancaire. "Nous ne stockons pas une image. Notre technologie extrait les points principaux du visage, les convertit en un modèle numérique (Une information numérique (en anglais « digital ») est une information ayant été quantifiée et échantillonnée, par opposition à une information dite...) semblable à un très long numéro et ce numéro est crypté", indique Mme Tania Martínez, directrice adjointe dans la société technologique espagnole à l'origine du projet, FacePhi Biometría, leader du marché en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide, l'état gazeux. La matière...) de technologie de reconnaissance faciale.

Lorsqu'un client (Le mot client a plusieurs acceptations :) s'inscrit pour la première fois sur le site d'une banque, le code facial crypté est stocké dans le serveur de la banque. Le client s'identifie, par exemple, en prenant un selfie sur son téléphone (Le téléphone est un système de communication, initialement conçu pour transmettre la voix humaine.) portable. "Le modèle du visage est comparé à celui qui se trouve déjà dans le serveur sécurisé de la banque et si les deux modèles sont quasiment identiques, cette technologie vous annonce qu'il s'agit bien de vous et vous donne l'accès." Si les modèles ne se ressemblent pas assez, une option alternative d'authentification (L'authentification est la procédure qui consiste, pour un système informatique, à vérifier l'identité d'une entité (personne,...) ou une authentification supplémentaire peut vous être demandée, indique Mme Martínez.

Selon les données de FacePhi, le taux de fausses acceptations est de 0,002 % et les faux rejets sont estimés entre 2 % et zéro (Le chiffre zéro (de l’italien zero, dérivé de l’arabe sifr, d’abord transcrit zefiro en italien) est un symbole marquant une position vide dans...). "Ceci s'explique par le fait qu'il s'agit d'une technologie intelligente qui se recycle à chaque nouvelle authentification", explique Mme Martínez. "Donc, si vous êtes maquillé(e), que vous êtes triste, ou que vous avez perdu du poids (Le poids est la force de pesanteur, d'origine gravitationnelle et inertielle, exercée par la Terre sur un corps massique en raison uniquement du voisinage de la Terre. Elle est égale à l'opposé de la résultante...), la technologie apprend ces changements et crée un gabarit de modèles qui intègre ces différences."

Le détecteur de vie (La vie est le nom donné :)

Le soutien de l'UE a aidé à élaborer des éléments de sécurité supplémentaires tels qu'un "détecteur de vie" pour éviter l'usurpation d'identité et la fraude, par exemple, si quelqu'un vole le téléphone portable du client. Il peut détecter si la personne qui se trouve devant l'appareil photo est une vraie personne, et non une image ou une vidéo (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support adapté à l'électronique et non de type photochimique. Le mot...). Le détecteur de vie demande au client d'être parfaitement immobile et ensuite de cligner des yeux. "Cette technologie détectera les micro‑mouvements", explique Mme Martínez. Le détecteur de vie peut également, par le biais d'une autre méthode, demander au client de répéter un mouvement particulier tel que bouger la tête vers le haut, le bas, à gauche ou à droite.

Les algorithmes créés de toutes pièces par l'entreprise sont actuellement adaptés pour le secteur de la finance. Il n'y a besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les besoins...) ni d'images de qualité ultime ou ni de grands serveurs tels que ceux des aéroports, qui doivent comparer un visage avec l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme...) de leur base de données (En informatique, une base de données (Abr. : « BD » ou « BDD ») est un lot d'informations stockées dans un dispositif informatique. Les technologies existantes...) d'images.

"L'utilisateur annonce déjà qui il est", indique Mme Martínez. Il faut seulement une résolution de 480 x 640 pixels — la résolution minimale pour un appareil photo — sur n'importe quel type d'appareil. Les banques n'ont pas besoin d'investir davantage dans du matériel informatique (L´informatique - contraction d´information et automatique - est le domaine d'activité scientifique, technique et industriel en rapport avec le...).

Une utilisation dans le secteur de la finance

FacePhi travaille actuellement avec 30 entités financières dans le monde (Le mot monde peut désigner :) et a procédé à 500 millions d'authentifications en 2018, selon la société. Ce système peut fonctionner avec l'ensemble des systèmes d'exploitation, sur de nombreux appareils et peut être facilement intégré aux services bancaires et applications bancaires existantes. Ce système est vendu sous la forme d'une licence de logiciel (En informatique, un logiciel est un ensemble d'informations relatives à des traitements effectués automatiquement par un appareil informatique. Y sont inclus les instructions de traitement,...), adaptée aux exigences bancaires, tarifée selon l'utilisateur, l'année et la plateforme.

En collaboration avec un fournisseur GAB, CaixaBank, la plus grande banque de détail d'Espagne est devenue la première banque dans le monde à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour les GAB avec le système FACCESS, faisant l'économie du besoin de cartes et de mots de passe. FacePhi combine désormais la reconnaissance faciale, optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.), des empreintes digitales, sans contact et vocale, afin d'apporter ce que l'entreprise appelle un système de sécurité "à risque zéro" pour les banques.

Pour plus d'information voir:
- Projet: FACCESS
Page générée en 0.128 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique