Les plus anciens crabes d'eau douce: dans les pattes des dinosaures du Crétacé de France

Publié par Adrien le 21/01/2020 à 08:00
Source: CNRS INEE
Les restes des plus anciens crabes d'eau douce, retrouvés dans le Crétacé supérieur de Provence (site de Velaux, Bouches-du-Rhône), viennent d'être décrits par une équipe internationale de paléontologues. Ces pinces de crabes, qui présentent l'originalité d'être fossilisées en association directe avec des ossements de dinosaures, viennent doubler l'âge connu de colonisation des milieux continentaux par ces crustacés (Les crustacés (Crustacea) sont des arthropodes, c'est-à-dire des animaux dont le corps est revêtu d’un exosquelette chitinoprotéique...) familiers de nos lacs et rivières. Elles suggèrent également que cette écologie d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) douce ait existé dans le passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur...) au sein de groupes de crabes qui sont aujourd'hui uniquement marins. Cette étude est parue dans la revue Scientific Reports en décembre 2019.


La pince la plus complète de Dinocarcinus veluciensis n. sp., fossilisée sur une vertèbre (Les vertèbres sont les os constituant la colonne vertébrale chez les animaux vertébrés.) de dinosaure (Les dinosaures (du grec Dinosauria) forment un clade extrêmement diversifié de vertébrés diapsides représentés actuellement par les oiseaux. Ce sont des archosaures ovipares ayant en commun une posture...) ornithopode (Rhabdodontidae) de Velaux-la Bastide Neuve, Bouches-du-Rhône, France. La partie droite présente le dessin d'interprétation de la pince ainsi que sa possible localisation sur l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances...) complet. (© Ninon Robin 2019)

De grosses pinces au milieu des os

Les plus anciens fossiles connus de crabes en milieu continental sont issus de régions néotropicales du Miocène (40 Ma). Aussi, la découverte de pinces de crabes tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) à fait massives (8 cm), fossilisées sur et au milieu de restes de vertébrés (Les vertébrés forment un sous-embranchement du règne animal. Ce taxon, qui dans sa version moderne exclut les myxines, est considéré comme monophylétique. Il appartient à l'embranchement des Chordés,...) du Crétacé de France (74 Ma ; Velaux, Bouches-du-Rhône), tels ceux de dinosaures, fut une surprise pour les paléontologues. En effet, les précédentes occurrences de crabes en milieux mésozoïques continentaux étaient d'environnements estuariens ou simplement d'origine douteuse. Les pinces de crabes trouvées ici, à l'instar des autres organismes du site fossilifère, sont en toute probabilité (La probabilité (du latin probabilitas) est une évaluation du caractère probable d'un évènement. En mathématiques, l'étude des probabilités est un sujet de grande...) autochtones de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme...) fluvial de Velaux, et de ce fait appartenaient à des crabes d'eau douces.

Originaires d'un environnement d'eau douce

Le faciès fluvial à lacustre des sédiments de Velaux, l'assemblage faunique dont sont issues les pinces de crabes ainsi que les conditions taphonomiques de transports (Le transport, du latin trans, au-delà, et portare, porter, est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre.) au sein d'un chenal comme celui de Velaux, attestent de l'origine d'eau douce des pinces en question. De plus, l'abondance relative de certains éléments atomiques contenus à la fois dans les carbonates des pinces, et ceux des sédiments associés, excluent formellement une formation en environnement marin.


L'équipe de paléontologues en action sur le gisement de Velaux-la Bastide Neuve (© Xavier Valentin 2009)

De multiples et indépendantes adaptations à l'eau douce par les crabes

L'identification de crabes fossiles (Crustacea, Brachyura) sur la présence de leurs seules pinces et en l'absence du reste de leur squelette (Le squelette est une charpente animale rigide servant de support pour les muscles. Il est à la base de l'evolution des vertébrés. Celui ci leur a...) demeure un processus délicat. L'originalité de ces pinces (forme et taille) à cette époque justifie leur description sous le nouveau morphogenreDinocarcinus dont la morphologie suggère des affinités avec les crabes portunoides. Aujourd'hui ces crabes n'existent qu'en milieu marin ce qui suggère que différents groupes de crabes aient indépendamment colonisé les habitats d'eau douce, impliquant diverses adaptations de leur développement, et ce depuis au moins le Campanien (75 Ma).

Cette étude, parue dans la revue Scientific Reports, a été conduite par N. Robin et S. Charbonnier du Muséum national d'Histoire naturelle de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine,...) Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) en Paléontologie (La paléontologie est la science qui étudie les restes fossiles des êtres vivants du passé et les implications évolutives de ces études.), Paris (CR2P - MNHN/CNRS/Sorbonne Université)) avec des collègues du Oertijdmuseum, (Boxtel, Pays-Bas), de la Comenius University (Bratislava, Slovaquie), de l'University College Cork (Cork, Irlande), de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (Bruxelles, Belgique) et de l'Université de Poitiers (L'université de Poitiers est une université française située à Poitiers. Elle est l’une des deux universités de la région...) (X. Valentin et G. Garcia, Laboratoire Paléontologie Evolution Paléoécosystèmes Paléoprimatologie (PALEVOPRIM - CNRS/Université de Poitiers)).

Référence:
Robin N., Van Bakel B.W.M., Hyžný M., Cincotta A., Garcia G., Charbonnier S., Godefroit P., Valentin X. The oldest freshwater crabs: claws on dinosaur bones. Scientific Reports, in press. Doi: 10.1038/s41598-019-56180-w.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.929 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique