Peu importe leur vitesse d'élocution, les langues transmettent l'information à des débits similaires
Publié par Adrien le 07/09/2019 à 08:00
Source: CNRS
Ce n'est pas parce qu'il est parlé avec un débit rapide que l'espagnol est une langue plus "efficace" que le vietnamien, qui semble plus lent à l'oreille. Des chercheurs du CNRS et de l'université Lumière Lyon 2 (laboratoire Dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il peut être employé comme :) du langage) ont montré que, quelle que soit leur vitesse (On distingue :) d'élocution, les langues humaines sont aussi efficaces pour transmettre de l'information.

Pour parvenir à ce résultat, ils ont comparé 17 langues en enregistrant pour chacune d'entre elles 10 locuteurs lisant à voix haute, dans leur langue, 15 courts textes rapportant des situations de la vie (La vie est le nom donné :) quotidienne. Pour chaque langue, ils ont ainsi pu mesurer à la fois la vitesse d'élocution (en nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de syllabes par seconde), et une densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est l'eau pure à...) moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des...) d'information portée par les syllabes (si une syllabe peut être déduite facilement de la précédente, on considère qu'elle apporte peu d'informations).

Résultat: un débit (Un débit permet de mesurer le flux d'une quantité relative à une unité de temps au travers d'une surface quelconque.) de parole (La parole, c'est du langage incarné. Autrement dit c'est l'acte d'un sujet. Si le langage renvoie à la notion de code, la parole renvoie à celle de corps. La parole est singulière...) plus important s'accompagne d'une densité d'information plus faible, comme en espagnol par exemple, et un débit de parole plus faible va de pair avec une densité d'information plus élevée, comme cela est souvent le cas pour les langues asiatiques pourvues d'un système de tons (chinois, vietnamien...). Au final, en multipliant vitesse de parole et densité d'information, toutes les langues, en dépit de leur diversité, ont un débit d'information similaire, qui correspond à environ 39 bits par seconde ( Seconde est le féminin de l'adjectif second, qui vient immédiatement après le premier ou qui s'ajoute à quelque chose de nature identique. La seconde...). Cette étude met ainsi en évidence un débit d'information potentiellement optimal pour le traitement de la parole par le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...) humain.

Cette étude est publiée le 4 septembre 2019 dans la revue Science Advances.

Bibliographie

Different languages, similar encoding efficiency: comparable information rates across the human communicative niche, Christophe Coupé (Un coupé est une voiture fermée, à deux portes (parfois trois avec hayon ou quatre comme l'ont fait certains constructeurs américains) et possédant deux, quatre ou cinq places. Il est caractérisé par la...), Yoon Mi Oh, Dan Dediu, François Pellegrino. Science Advances, 4 septembre 2019. DOI:10.1126/sciadv.aaw2594 https://advances.sciencemag.org/content/5/9/eaaw2594
Page générée en 0.145 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique