Partager la vie d'un centenaire est bon pour... la longévité

Publié par Adrien le 03/10/2014 à 12:00
Source: Martin LaSalle - Université de Montréal

Le nombre de centenaires est passé de 1597 en 2003 à 5368 en 2011 au Canada. (Photo: Thinkstock)
Les familles dont l'un des membres devient centenaire bénéficient d'un avantage collatéral sur le plan de la longévité: tant son conjoint que ses frères et soeurs vivent environ quatre ans de plus, en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient...), que leurs contemporains nés la même année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.).

Plus spécifiquement, les frères et soeurs de centenaires, qui partagent la moitié de leur bagage génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est la science qui étudie l'hérédité et les gènes.) en plus de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une...) familial, vivent de trois à quatre années de plus que leur cohorte de naissance.

Et cet avantage de survie profite aussi aux conjoints, révélant ainsi qu'une part importante de la longévité (La longévité d'un être vivant est la durée de vie pour laquelle il est biologiquement programmé, dans des conditions idéales et en l'absence de maladie...) est attribuable au partage d'un même environnement à l'âge adulte.

C'est ce dont traitera Valérie Jarry, doctorante au Département de démographie (La démographie (en grec δημογραφία, de l'ancien grec δήμος = demos signifiant « peuple » et de γραφή...) de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement supérieur de Montréal au Québec. Elle est l'une des...), à un colloque sur les liens entre la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) et le social chez les aînés, présenté le 3 octobre à l'UdeM à l'occasion des 27e Entretiens Jacques-Cartier. Les professeurs Robert Bourbeau et Alain Gagnon, qui dirigent les travaux de Mme Jarry, prendront part à la présentation.

Un avantage de quatre ans, en moyenne

Par l'entremise de l'état civil du Québec et des recensements canadiens de 1901 et 1911, Mme Jarry et ses directeurs de thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du...) ont analysé l'espérance de vie (L'espérance de vie est une donnée statistique. Elle est censée permettre de connaître la durée de vie moyenne qu'on peut espérer atteindre à un moment donné. Cette statistique est calculée et publiée par de...) de 806 centenaires nés au Québec entre 1890 et 1900 (dont 90 % sont des femmes), ainsi que celle de leurs 2954 frères et soeurs et de 390 personnes qui furent leurs conjoints. Cet échantillon (De manière générale, un échantillon est une petite quantité d'une matière, d'information, ou d'une solution. Le mot est utilisé dans différents domaines :) a été comparé avec un groupe témoin de 3784 personnes nées à la même époque.

La doctorante a observé que, après avoir franchi l'âge de 40 ans, les frères de ces centenaires ont vécu jusqu'à l'âge de 75,4 ans, comparativement à 71,8 ans chez les hommes nés la même année. Les soeurs des centenaires ont vécu 79,3 ans, contre 75,4 ans chez les autres femmes de leur cohorte. Ainsi, les membres de la fratrie d'un centenaire vivaient, en moyenne, près de quatre ans de plus que la population en général.

Cet écart de longévité est le même chez les hommes s'étant mariés avec une femme qui allait devenir centenaire, ceux-ci ayant vécu 75,7 ans en moyenne. Chez les conjointes, qui vivaient en moyenne 77,9 ans, cette différence est de 2,5 ans (cette donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) devant être interprétée avec précaution en raison du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) restreint d'hommes centenaires que comporte l'étude).

Les données soulignent aussi que les soeurs d'une personne centenaire ont 2,5 fois plus de chances de vivre jusqu'à 100 ans. Les frères d'un centenaire, eux, sont deux fois plus susceptibles de fêter leur 90e anniversaire.

Pas que la génétique

L'avantage de survie des conjoints de centenaires, noté par Valérie Jarry et les professeurs Bourbeau et Gagnon, indique que, si la longévité recèle une composante très forte liée à la famille, elle n'est pas uniquement attribuable à la génétique.

"L'environnement dans lequel vivent les proches des centenaires - fratrie ou conjoints - semble avoir une influence marquée, mentionne-t-elle. Mais on constate aussi que le facteur génétique joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer.) un rôle plus grand passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur...) l'âge de 75 ans."

Ainsi, si les conjoints vont au-delà de l'espérance de vie (La vie est le nom donné :) de leur cohorte, les frères et soeurs vivent encore plus longtemps qu'eux une fois passé le cap de 75 ans. "Il est possible que cet avantage découle en partie de la génétique, mais aussi des rapports sociaux, puisque frères et soeurs ont tendance à se rapprocher avec l'âge", ajoute Alain Gagnon, qui est également directeur du Département de démographie de l'UdeM.

Selon lui, il faut retenir qu'il semble important, pour les personnes âgées, de demeurer le plus longtemps possible dans leur milieu de vie entourées des leurs, du point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) de la santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la présenter comme « l'étude, d'une...).

Valérie Jarry y voit une piste additionnelle de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également...). "Puisque la fratrie a connu les mêmes conditions de vie en bas âge que le centenaire, il sera intéressant de chercher à savoir comment on peut améliorer la longévité des enfants qui ont de moins bonnes conditions de vie", avance-t-elle.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.843 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique