La leishmaniose cutanée traitée au moyen de nanoparticules multifonctionnelles
Publié par Isabelle le 24/05/2019 à 14:00
Source: CNRS INC
La leishmaniose cutanée, causée par plusieurs espèces de parasites Leishmania, entraîne l'apparition de lésions localisées sur la peau et les muqueuses, pouvant conduire à des complications graves. Grâce à des nanoparticules polymères multifonctionnelles appliquées directement sur la lésion, des scientifiques de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Galien Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au...) Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) et du laboratoire BioCIS (CNRS/Université Paris-Sud) parviennent à guérir partiellement les lésions en accélérant la cicatrisation et en réduisant la charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non pécuniaire pour être transporté.) parasitaire. Ces travaux, publiés dans ACS Applied Bio Materials, présentent un moyen efficace et non-invasif de traiter la leishmaniose (La leishmaniose est une maladie chronique à manifestation cutanée et/ou viscérale (on parle de leishmanioses au pluriel) due à des protozoaires flagellés appartenant au genre Leishmania de la famille des Trypanosomatidae et...) cutanée.


©Kawthar Bouchemal

Selon les dernières estimations de l'Organisation (Une organisation est) mondiale de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), plus d'un million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui...) de nouveaux cas de leishmaniose cutanée sont déclarés chaque année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.) à travers le monde (Le mot monde peut désigner :). Sans traitement, la lésion due à un parasite peut guérir au prix de cicatrices (Cicatrices est le premier album de la série de science-fiction Orbital constituée de diptyques, dessiné par Serge Pellé et écrit par Sylvain Runberg, sorti le...) profondes et d'une altération de la pigmentation. Mais les substances actives utilisées dans les traitements actuels entraînent des réactions indésirables sévères. Des scientifiques de l'Institut Galien Paris Sud et du laboratoire BioCIS (CNRS/Université Paris-Sud) ont eu l'idée de mettre à profit les propriétés multifonctionnelles de nanoparticules polymères pour concevoir un nouveau traitement sans substance active.

Grâce à leur petite taille et leur caractère amphiphile, ces nanoparticules (1) se diffusent à travers la peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.) infectée et sont capturées par les cellules infectées par les parasites. Les travaux expérimentaux ont révélé qu'elles étaient actives contre toutes les formes de Leishmania major et sur des macrophages infectés par des parasites. Ces nanoparticules ont permis une cicatrisation de la lésion sur des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses...) infectées et une réduction significative de la charge parasitaire. Ces travaux ouvrent la voie au développement de médicaments plus efficaces et mieux tolérés que les traitements actuels contre la leishmaniose cutanée et d'autres infections parasitaires.

Références:
Sophia Malli, Sebastien Pomel, Yasmine Ayadi, Claudine Deloménie, Antonio Da Costa, Philippe M. Loiseau, Kawthar Bouchemal.
Topically Applied Chitosan-Coated Poly(isobutylcyanoacrylate) Nanoparticles Are Active Against Cutaneous Leishmaniasis by Accelerating Lesion Healing and Reducing the Parasitic Load
ACS Appl. Bio Mater - Mai 2019
DOI: 10.1021/acsabm.9b00263

Notes:
(1) Composées de poly(isobutylcyanoacrylates) recouverts de chitosane. Le chitosane, situé à la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu...) des nanoparticules, possède des propriétés cicatrisantes, alors que l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) antileishmanienne est apportée par le poly(isobutylcyanoacrylate).


Contact chercheuse:
Kawthar Bouchemal -Chercheuse (IGPS UMR8612)
Page générée en 0.189 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique