Les filles gagnent à faire du sport

Publié par Adrien le 30/09/2020 à 09:00
Source: Université de Montréal
Selon une nouvelle étude canadienne publiée dans la revue Preventive Medicine, les filles (mais non les garçons) qui participent de façon régulière à des activités sportives à l'école durant la phase intermédiaire de l'enfance ont moins de symptômes associés au trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) à l'adolescence. "Les filles qui pratiquent régulièrement des sports parascolaires entre 6 et 10 ans présentent moins de symptômes de TDAH à 12 ans que celles qui en font plus rarement", indique Linda Pagani, professeure à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement supérieur de Montréal au Québec. Elle...).


Linda Pagani et son équipe sont parvenues à leurs conclusions après avoir examiné des données portant sur une cohorte d'enfants nés entre 1997 et 1998 et tirées de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec, coordonnée par l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter...) de la statistique (Une statistique est, au premier abord, un nombre calculé à propos d'un échantillon. D'une façon générale, c'est le résultat de...) du Québec. Crédit: Getty

"Étonnamment, les garçons ne semblent pas tirer le même avantage comportemental de la pratique soutenue du sport durant la phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) intermédiaire de l'enfance", ajoute Mme Pagani, qui a dirigé cette étude corédigée par ses étudiantes Marie-Josée Harbec et Geneviève Fortin, et par Tracie Barnett, professeure agrégée de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain...) à l'Université McGill (L’Université McGill, située à Montréal au Québec, est une des universités les plus anciennes au Canada.).

Durant la préparation de l'étude, "nous ne savions pas vraiment à quel point (Graphie) une activité physique (L'activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la vie quotidienne, maison, jardinage, commissions, travail, marche usage des escaliers déplacements transports,...) structurée pouvait être profitable aux enfants présentant des symptômes de TDAH, mentionne Linda Pagani. La qualité des études antérieures variait énormément, ce qui ne permettait pas d'établir un lien clair entre le sport et le développement comportemental. De plus, ces recherches ne tenaient pas compte du fait que les manifestations du TDAH diffèrent entre les garçons et les filles".

Le TDAH nuit à la capacité de l'enfant de traiter l'information et d'apprendre à l'école, explique la professeure Pagani. Le sport aide les jeunes à acquérir des habiletés essentielles et à nouer des relations de solidarité avec d'autres enfants et des adultes. Il leur donne l'occasion de s'organiser sous la supervision ou l'influence d'un adulte.


Linda Pagani. Crédit: Amélie Philibert
La pratique extrascolaire du sport et le bien-être psychologique

"En termes de santé publique (La santé publique peut être définie de diverses manières. On peut en effet la présenter comme « l'étude, d'une part, des déterminants physiques, psychosociaux et socioculturels...), la pratique extrascolaire du sport peut être un moyen positif, non stigmatisant et stimulant (Un stimulant est une substance qui augmente l'activité du système nerveux sympathique facilitant ou améliorant certaines fonctions de l'organisme. Parmi les stimulants fréquemment...) de promouvoir le bien-être psychologique et, par conséquent, être considérée comme une thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé, dans le but de l'aider à guérir, de minimiser ou de soulager ses...) comportementale pour les jeunes atteints d'un TDAH", affirme Mme Pagani.

Elle poursuit: "Le sport est particulièrement bénéfique lorsqu'il est pratiqué dès la petite enfance. Comme la concentration et les habiletés interpersonnelles sont des éléments incontournables du sport, nous avons entrepris, dans notre étude, d'examiner s'ils favorisent une réduction des symptômes du TDAH à long terme."

Linda Pagani et son équipe sont parvenues à leurs conclusions après avoir examiné des données portant sur une cohorte d'enfants nés entre 1997 et 1998 et tirées de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec, coordonnée par l'Institut de la statistique du Québec.

Les parents des 991 filles et des 1006 garçons de l'étude devaient indiquer si leurs enfants avaient participé à des activités physiques parascolaires supervisées par un entraîneur ou un instructeur entre l'âge de 6 et 10 ans. À 12 ans, les enseignants devaient évaluer le comportement de ces enfants comparativement à celui de leurs camarades de classe. L'équipe de Mme Pagani a ensuite analysé les données pour repérer tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) lien significatif entre une participation soutenue à ces activités et les symptômes de TDAH ultérieurs, en éliminant de nombreux facteurs de confusion.

"Nous souhaitions écarter les problèmes de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) préexistants chez ces enfants ou leurs familles susceptibles de biaiser nos résultats", dit Linda Pagani.

Qu'en est-il des garçons ?

"Dans l'enfance, les garçons qui ont un TDAH sont plus impulsifs et développent davantage leurs habiletés motrices que les filles. Par conséquent, ils sont plus enclins à être médicamentés. Un diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“...) et un traitement plus précoces chez les garçons durant la période intermédiaire de l'enfance pourraient réduire les effets positifs détectables du sport, estime Mme Pagani. Ces effets sont peut-être présents, mais plus difficiles à déceler."

"Chez les filles, en revanche, le TDAH passe plus souvent inaperçu ‒ et les difficultés des filles peuvent être plus tolérées à l'école et à la maison (Une maison est un bâtiment de taille moyenne destiné à l'habitation d'une famille, voire de plusieurs, sans être considérée comme un immeuble collectif.). Les parents de garçons, à l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x...), ont davantage tendance à les inscrire à des activités sportives ou d'autres activités physiques pour les aider."

Linda Pagani souligne que "les activités sportives ont de nombreux autres bienfaits sur la santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner de façon harmonieuse,...) des enfants. Toutefois, en ce qui concerne la réduction des symptômes de TDAH, les sports pratiqués dans la phase intermédiaire de l'enfance à l'école semblent avoir un effet plus notable chez les filles".

C'est pourquoi il pourrait être avantageux d'intégrer des activités parascolaires structurées exigeant des habiletés et un effort physiques, effectuées sous la supervision d'un entraîneur ou d'un instructeur, à toute politique officielle visant à favoriser le développement comportemental des jeunes, soutiennent les chercheuses de l'UdeM.

"Les activités sportives pratiquées dans la petite enfance peuvent aider les filles à développer des habiletés sociales essentielles qui leur serviront plus tard et joueront, à terme, un rôle clé dans leur réussite personnelle, financière et économique", conclut Mme Pagani.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.263 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique