L'ethnobiologie repense la recherche à l'interface entre sociétés et environnements pour l'après COVID-19

Publié par Isabelle le 29/06/2020 à 13:00
Source: CNRS INEE
L'ethnobiologie se consacre à l'étude interdisciplinaire des relations entre les sociétés et leurs environnements. En réponse à la crise sanitaire mondiale de Covid-19, un groupe de 29 ethnobiologistes d'origines géographiques diverses avec la participation du Laboratoire Ecologie, Evolution, Interactions des Systèmes Amazoniens (LEEISA - CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) / Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Guyane / IFREMER), vient de publier dans Nature Plants un article sur l'avenir de leur discipline. Ils y abordent trois thèmes communs: quel sera l'impact de cette crise sur les communautés locales, sur les interactions futures entre les chercheurs et les communautés, et quelles sont les priorités nouvelles (ou renouvelées) en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état solide, l'état liquide,...) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques....) conceptuelle et/ou appliquée pour l'ethnobiologie.


Il ne fait aucun doute que la crise sanitaire (Les crises sanitaires sont des pandémies importantes, qui touchent entre une dizaine de personnes (cas des crises très médiatisées qui...) mondiale liée à la Covid-19 aura une influence majeure sur les domaines d'études de l'ethnobiologie autant que sur la discipline elle-même, qui se consacre à l'étude interdisciplinaire (Un travail interdisciplinaire intègre des concepts provenant de différentes disciplines.) des relations passées et présentes entre les humains, leurs cultures et leurs environnements biophysiques, en mettant l'accent sur la connaissance, la cognition et l'utilisation traditionnelle des plantes et des animaux.

Une grande partie de la recherche en ethnobiologie concerne de plus la conservation de la diversité biologique et culturelle ("diversité bioculturelle"), et est directement liée à la soutenabilité des pratiques et des modes de vies locaux ; en fait, avec sa sous-discipline l'ethnobotanique, elles ont parfois été appelées les "sciences de la survie".

Étant donné que la discipline aborde depuis longtemps les problèmes environnementaux et culturels, comment l'ethnobiologie se remodèlera dans un monde (Le mot monde peut désigner :) post-Covid-19 ? Dans cet article, paru dans la revue Nature Plants, vingt-neuf ethnobiologistes de dix-sept pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus...), avec la participation du Laboratoire Ecologie, Evolution, Interactions des Systèmes Amazoniens (LEEISA - CNRS / Université de Guyane / IFREMER), tentent de réfléchir à la façon dont ils envisagent l'avenir de l'ethnobiologie après la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part...), en abordant chacun une thématique majeure, via cette question clé: comment l'ethnobiologie (en tant que discipline, mais également en tant que domaine scientifique) se remodèlera-t-elle dans un monde post-pandémique ? Les réflexions se groupent en trois thèmes récurrents (voir schéma), qui sont:

(1) comment la pandémie affectera-t-elle les communautés locales, leurs connaissances traditionnelles, leurs moyens de subsistance, l'utilisation ou la gestion des ressources naturelles ;

(2) comment cette crise devrait-elle guider les interactions futures entre les chercheurs et les communautés locales ;

(3) quelles devraient être les nouvelles priorités (conceptuelles et/ou appliquées) de la discipline.

Aujourd'hui, sous la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) de la crise de Covid-19, l'intégration de ces perspectives deviendra essentielle, en particulier compte tenu de l'intérêt de l'ethnobiologie pour la conservation et l'utilisation durable et éthique de la diversité biologique et culturelle.

Référence:
Vandebroek, I., Pieroni, A., Stepp, J. R., Hanazaki, N., Ladio, A., Nóbrega Alves, R. R., Picking, D., Delgoda, R., Maroyi, A., van Andel, T., Quave, C. L., Paniagua-Zambrana, N. Y., Bussmann, R. W., Odonne, G., Abbasi, A. M., Albuquerque, U. P., Baker, J., Kutz, S., Timsina, S., Shigeta, M., Ribeiro de Oliveira, T. P., Hurrell, J. A., Arenas, P. M., Puentes, J. P., Hugé, J., Yeşil, Y., Laurent J.-P., Olango, T. M., Dahdouh-Guebas, F.
Reshaping the future of ethnobiology research after the Covid-19 pandemic. Accepted in Nature Plants.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.565 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique