Estimer la taille du noyau de Mercure
Publié par Adrien le 23/08/2019 à 08:00
Source: CNRS
D'une taille de 2 060 km, le noyau de Mercure est plus gros de 50 km qu'on ne le croyait jusqu'ici: c'est ce qu'ont découvert trois chercheurs du Laboratoire de planétologie et géodynamique (CNRS / Université de Nantes / Université d'Angers). Comment ? En étudiant les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) de la sonde (Une sonde spatiale est un vaisseau non habité envoyé par l'Homme pour explorer de plus près des objets du système solaire et, pour certaines, l'espace qui est au-delà. Cela couvre à la fois les mesures in situ...) américaine Messenger (Le programme MESSENGER (en anglais : Mercury Surface, Space Environment, Geochemistry and Ranging) est une mission d'étude des caractéristiques physicochimiques de la planète Mercure....) sur le champ magnétique (En physique, le champ magnétique (ou induction magnétique, ou densité de flux magnétique) est une grandeur caractérisée par la donnée d'une intensité...) de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre hydrostatique, c'est-à-dire sous une...).


Mission spatiale BepiColombo © ESA/ATG medialab, NASA/JPL

En effet, lorsque le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) magnétique externe, autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres Erythrotriorchis, Kaupifalco, Megatriorchis,...) de Mercure, varie sous l'influence du vent solaire (Le vent solaire est un flux de plasma constitué essentiellement d'ions et d'électrons qui sont éjectés de la haute atmosphère du Soleil. Pour les étoiles autres...), son noyau génère ce que l'on appelle une réponse induite, proportionnelle au champ externe, mais aussi à sa taille, qu'il est donc possible de déduire. Le rayon du noyau atteint ainsi 85% du rayon de la planète ! Leurs résultats, publiés début août 2019 dans Journal of Geophysical Research - Planets, lèvent ainsi un peu le voile autour de la mystérieuse Mercure, en attendant l'arrivée de la mission BepiColombo aux alentours de la planète en 2025.

Bibliographie

Correlated time-varying magnetic fields and the core size of Mercury, Ingo Wardinski, Benoit Langlais et Erwan Thébault. Journal of Geophysical Research - Planets, le 1er août 2019. DOI: https://doi.org/10.1029/2018JE005835
Page générée en 0.307 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique