COVID-19: le développement durable ébranlé par la pandémie

Publié par Adrien le 19/08/2020 à 09:00
Source: ASP
L'accès à l'eau, l'égalité des genres et la réduction de la pauvreté dans le monde pourraient être des objectifs encore plus difficiles à atteindre à cause de la pandémie, selon l'analyse de deux experts publiée dans Nature.


Les Nations Unies (ONU) ont adopté 17 objectifs de développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception de l'intérêt public, appliquée à la croissance économique et reconsidérée à...) en 2015, afin de parvenir à un avenir meilleur d'ici 2030. De ces objectifs ont découlé en partie, par exemple, l'Accord de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la Seine en...) sur le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la...) et le Programme d'action d'Addis-Abeba visant la prospérité économique pour tous. Ces objectifs ont toutefois été critiqués par certains experts qui doutaient, avant même la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et δῆμος / dễmos (peuple)) est une épidémie touchant une part exceptionnellement importante de la population et...), qu'ils soient atteints.

Dans tous les cas, la COVID-19 leur a porté un dur coup, puisque la réalisation de ces ambitions nécessite une économie mondiale en bonne santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.). Or, déjà, la pandémie a, en quelques mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.), coûté des milliers de milliards de dollars et entraîné des centaines de milliers de décès. L'économie mondiale est au ralenti, le résultat notamment de la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) des frontières et du confinement.

Mais les deux auteurs du texte dans Nature, Robin Naidoo et Brendan Fisher, ne s'en montrent pas étonnés. Cette pandémie, disent ces deux chercheurs et professeurs en environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec...), rappelle l'importance de repenser des objectifs capables de surmonter une prochaine crise mondiale. Par exemple, les objectifs visant à améliorer les systèmes de santé à travers le monde (Le mot monde peut désigner :) devraient prévoir les conséquences d'une éventuelle crise sanitaire (Les crises sanitaires sont des pandémies importantes, qui touchent entre une dizaine de personnes (cas des crises très médiatisées qui touchent les pays développés,...): d'autres pandémies et d'autres catastrophes pourraient survenir d'ici 2030, ne serait-ce qu'à cause des changements climatiques.

Les Nations Unies devraient donc revoir leurs 17 objectifs en prévision de potentielles crises mondiales, selon Naidoo et Fisher. Ils suggèrent également de revoir la répartition des budgets pour soutenir des projets favorisant le développement durable, et non la croissance économique.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.173 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique