Le blob est capable de percevoir le stress de ses congénères

Publié par Adrien le 27/05/2020 à 09:00
Source: CNRS INSB
Le blob (Physarum Polycephalum), un organisme unicellulaire dépourvu de système nerveux, ne cesse de nous étonner par ses capacités surprenantes. Il est capable de mémoriser, de résoudre des problèmes complexes et de transmettre une information apprise à ses congénères. Aujourd'hui, les chercheurs démontrent qu'il est capable de percevoir le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans...) de ses congénères et d'utiliser cette information sociale pour éviter de potentiels dangers. Ces résultats sont publiés dans la revue Philosophical Transaction of the Royal Society B.

Le blob est un organisme unicellulaire dépourvu de système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les mouvements musculaires,...) qui habite les sous-bois humides et sombres. Des scientifiques viennent de démontrer que le blob peut détecter le stress de ses congénères. Cette découverte fait suite à une précédente étude qui démontrait que les blobs étaient capables de détecter la présence de leurs congénères dans l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend...). En effet, lorsqu'ils se nourrissent les blobs excrètent des substances chimiques qui sont attractives pour les blobs qui se situent à proximité et qui sous-tendent leur agrégation.

Figure: Résumé de l'expérience. Des blobs sont déposés sur un substrat (gel d'agarose) et sont soit soumis à un stress (Blobs stressés: S) ou laissés dans des conditions contrôle (Blobs contrôles: C). Les sources de stress testées sont: la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs...) blanche, une toxine (Une toxine est une substance toxique pour un ou plusieurs organismes vivants. Le Petit Larousse de 2009, toutefois, définit la toxine comme une « substance toxique...) ou la privation de nourriture. 24h après, l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout », comme l'énonçait...) des blobs sont retirés de leurs substrats, et ces substrats sont ensuite présentés à un blob test (T) dans une situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un espace par rapport à son environnement proche ou non. Il inscrit un...) de choix. Ces blobs tests sont ensuite filmés et leurs comportements analysés. Les chercheurs observent alors vers quel substrats les blobs se dirigeaient en premier et quel étaient les substrats qui étaient activement évités.
© Audrey Dussutour

Les chercheurs se sont demandés si l'attraction des blobs pour leur semblables était indéfectible. La question sous-jacente étant: un blob reste-t-il attiré par un congénère si celui-ci se trouve en mauvaise posture (En posturologie, la posture est l'élaboration et le maintien actif de la configuration des différents segments du corps dans l'espace, elle exprime la manière dont l'organisme...) ? L'expérience consiste à déposer des blobs dans une arène expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science,...) sur un substrat humide (un gel d'agarose). Un premier groupe de blob est soumis à une source de stress (blobs stressés). Les chercheurs ont testé trois sources de stress différentes: la lumière, l'exposition à une toxine (caféine) ou la privation de nourriture. Un deuxième groupe de blobs est utilisé comme groupe contrôle et ne subit aucun stress (blobs contrôles). Après 24h, lorsque tous les blobs ont exploré l'entièreté du substrat à leur disposition, les chercheurs retirent tous les blobs de leur arènes respectives.

On préleve alors les substrats explorés par les blobs stressés et les blobs contrôles et on présente ceux-ci dans une situation de choix à un troisième groupe de blob (blobs tests). Les substrats sont soit placés directement en contact avec les blobs tests soit à 2cm de distance. Les chercheurs ont constaté que les blobs tests évitent systématiquement les substrats qui ont été explorés par des blobs stressés et préfèrent se déplacer sur les substrats explorés par des blobs contrôles et ceci quel que soit la source de stress.

Les résultats de cette étude dévoilent que les blobs sont capables de percevoir indirectement le stress éprouvé par leurs congénères. En évitant de se diriger vers des environnements préalablement explorés par des congénères stressés, le blob évite des situations qui pourraient être potentiellement risquées (exposition à la lumière, poison (Les poisons sont, en biologie, des substances qui provoquent des blessures, des maladies ou la mort d'organismes par une réaction chimique, à l'échelle...) ou manque de nourriture). Le blob peut ainsi fuir un danger sans avoir à y faire face lui-même. Un avantage, surtout quand on est très lent ! Reste maintenant à découvrir la nature des molécules excrétées dans l'environnement par les blobs stressés. S'agit-il de la même molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui représente la plus petite quantité de matière...) quel que soit le stress ou d'une molécule spécifique à chaque situation ?

Pour en savoir plus:
Stress signalling in acellular slime moulds and its detection by conspecifics.
Briard L, Gourjade C, Bousquet C, Dussutour A.
Philosophical Transactions of the Royal Society B. 18 May 2020. doi.org/10.1098/rstb.2019.0470

Laboratoires:
Centre de Recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) sur la Cognition Animale (CRCA) - Centre de Biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire naturelle des êtres vivants (ou...) Integrative (CBI) - (CNRS/Université Paul Sabatier)
Bâtiment 4R3, 118 route (Le mot « route » dérive du latin (via) rupta, littéralement « voie brisée », c'est-à-dire creusée dans la roche, pour ouvrir le chemin.) de Narbonne, 31062 Toulouse.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.757 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique