Les bébé-boumers ont l'exercice à cœur... mais sans passion

Publié par Adrien le 12/08/2014 à 12:00
Source: Université Concordia
Illustration: Wikipédia
Selon une étude de l'Université Concordia, l'intérêt pour l'exercice en tant que loisir décline avec l'âge.

Première génération à s'adonner à l'exercice physique, les bébé?boumers continuent d'aller à une salle de sport, mais davantage par nécessité que pour le défi et le plaisir découlant de l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) sportive.

Telles sont les conclusions de James Gavin, professeur au Département des sciences humaines appliquées de l'Université Concordia (L’Université Concordia (dérivé de la devise de Montréal, Concordia salus ; la prospérité par la concorde) est une université publique québécoise située à...). Dans le cadre d'une étude récemment publiée dans l'International Journal of Wellbeing, le chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent d'importantes...) s'est en effet penché sur les motivations à faire de l'exercice: bien paraître physiquement ou avoir du plaisir ? À cette fin, il a interrogé 1 885 répondants – allant de l'adolescence à la cinquantaine ? qui s'entraînent à un YMCA à Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales....) et a classé leurs réponses en fonction de leur tranche d'âge.

Des quatre principaux facteurs de motivation (La motivation est, dans un organisme vivant, la composante ou le processus qui règle son engagement dans une action ou expérience. Elle en détermine le déclenchement dans une certaine...), "avoir du tonus et être en forme" arrivait en premier chez tous les groupes d'âge, suivi de "réduire le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des contraintes environnementales. Dans le langage...)". Or, surprise, en ce qui concerne les bébé (L'onomatopée bébé désigne l'être humain en bas-âge. En puériculture on distingue plutôt le nouveau-né (le premier mois), le nourrisson (d'un mois à deux ans) et ensuite la...)?boumers, qui ont atteint l'âge mûr alors que l'exercice devenait un mode de vie (La vie est le nom donné :), les deux derniers facteurs – soit "travailler ma force (Le mot force peut désigner un pouvoir mécanique sur les choses, et aussi, métaphoriquement, un pouvoir de la volonté ou encore une vertu morale « cardinale » équivalent au courage (cf. les articles « force (vertu) »...) de caractère" (c'est à dire s'adonner à l'activité physique (L'activité physique regroupe à la fois l'exercice physique de la vie quotidienne, maison, jardinage, commissions, travail, marche usage des escaliers déplacements transports, l'activité physique de...) par soif (La soif est la sensation du besoin de boire et caractérise un manque d'eau chez l'organisme. Sous le contrôle de l'hypothalamus, la soif...) d'aventure et de défi) et "avoir du plaisir et socialiser" (motivations sociales) – perdent tous deux de l'importance avec l'âge.

Étonné de ces résultats, le professeur Gavin a tenté de les comprendre en observant la clientèle de sa salle de sport. "L'exercice est souvent perçu comme un mal nécessaire. Quand je vais faire du sport, je ne vois pas beaucoup de plaisir ou de gaieté autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter,...) de moi; les gens s'entraînent en solitaires, presque comme des prisonniers. Absorbés dans leurs exercices, ils sont soulagés lorsque c'est terminé."

S'ils sont satisfaits des bienfaits sur leur santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.), la plupart des personnes qui s'emploient à garder la forme ne ressentent pas vraiment de joie à adopter un mode de vie actif, constat inquiétant d'après notre chercheur. En effet, avec le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.), ce manque de motivation réelle pourrait pousser les bébé-boumers à stopper leurs efforts.

"Ce qui m'a surpris, c'est que les bébé-boumers incarnent une génération en santé, qui bouge, est plutôt robuste et, en théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une connaissance spéculative, souvent basée sur l’observation ou...), dispose de plus de temps libre. Il serait donc naturel qu'ils veuillent continuer d'avoir du plaisir, de se surpasser et de s'épanouir dans tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) ce qu'ils entreprennent; or, ce n'est pas le cas. Quel contraste avec l'excitation et la spontanéité dont les jeunes enfants font preuve dans leurs activités physiques !", poursuit le chercheur.

Selon lui, l'étude pose un défi pour l'industrie du conditionnement physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ». Dans un sens...): il va désormais falloir s'écarter des machines et privilégier une approche à caractère personnel et social. Il fait notamment référence aux activités qui déclenchent une véritable passion, et où les bienfaits physiques constituent un avantage précieux, mais secondaire. Les sports d'équipe et les arts martiaux en sont de parfaits exemples. Cela dit, beaucoup de bébé-boumers plus âgés pensent à tort qu'ils sont trop vieux pour ce type d'activités.

James Gavin ajoute qu'une fois animés par une passion, nous sommes suffisamment motivés pour accomplir des activités complémentaires. Par exemple, une personne sera plus encline à s'exercer au tapis roulant si elle sait que cela accroîtra son plaisir à skier durant l'hiver (L'hiver est une des quatre saisons des zones tempérées.).

"Le marketing (Le marketing (on utilise aussi parfois — dans 7% des cas, d'après les chiffres donnés par Google — le néologisme français mercatique) est une discipline qui...) doit tourner autour de la passion, de la découverte de l'activité physique pour son aspect profondément personnel, conclut-il. Lorsqu'on regarde des joueurs de tennis ou des skieurs, on ne les voit pas compter leurs calories."
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.157 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique