Une acidification de l'océan Arctique plus importante que prévu

Publié par Adrien le 18/06/2020 à 09:00
Source: CNRS INSU
L'océan mondial ralentit la vitesse à laquelle le dioxyde de carbone (CO2) augmente dans l'atmosphère en absorbant un quart des émissions anthropogéniques de carbone. Mais cette absorption conduit à une acidification de l'eau de mer qui menace de nombreuses espèces marines. Or, cette menace sur les écosystèmes marins est particulièrement sévère dans l'océan Arctique (L'océan Arctique, ou océan glacial Arctique, s'étend sur une surface de 14 090 000 km², ce qui en fait le plus petit océan. Il recouvre l'ensemble des mers situées entre le pôle...), à cause de ses températures froides et de l'accélération (L'accélération désigne couramment une augmentation de la vitesse ; en physique, plus précisément en cinématique, l'accélération est une grandeur vectorielle qui indique la modification affectant la...) de la fonte de la banquise (La banquise est une étendue de mer gelée. Elle se forme durant l'hiver polaire, lorsque la température de l'eau de mer descend en dessous de -1,9°C. Au cœur de l'hiver, l'épaisseur de...) qui conduisent à une forte dissolution du CO2 dans les eaux de surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique,...).


Récifs de Lophelia pertusa, au nord de la Norvège (Hola). © JAGO-Team, GEOMAR

Des chercheurs ont étudié l'acidification future de l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence...) Arctique (L’Arctique est la région entourant le pôle nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire. Elle se situe à l'opposé de l'Antarctique. L'Arctique inclut une...) en appliquant une nouvelle technique d'analyse des simulations climatiques, "l'analyse par contrainte émergente" qui permet de réduire les incertitudes sur les projections climatiques en sélectionnant les modèles reproduisant le mieux certaines caractéristiques observées aujourd'hui. Ils ont ainsi pu mettre en évidence une relation entre la densité (La densité ou densité relative d'un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d'un corps pris comme référence. Le corps de référence est l'eau pure à 4 °C pour les liquides...) des eaux de surface de l'Arctique et son acidification future: les modèles simulant une densité des eaux de surface importante - et plus proche de la réalité - conduisent à une formation plus intense des eaux profondes arctiques, un transport (Le transport est le fait de porter quelque chose, ou quelqu'un, d'un lieu à un autre, le plus souvent en utilisant des véhicules et des voies de communications (la route, le canal ..). Par...) plus élevé du CO2 vers les profondeurs et une acidification accrue.

Ainsi, l'étude montre que l'acidification future de l'Arctique serait plus importante que projetée par la plupart des modèles climatiques. Dans un scénario où le CO2 continuerait à augmenter au cours du XXIe siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut être l'âge du...), l'océan Arctique pourrait en absorber 12 % de plus que dans les estimations actuelles. Cela conduirait à une plus grande acidification, en particulier entre 200 et 1 000 mètres de profondeur, zones de vie (La vie est le nom donné :) importantes pour de nombreux organismes marins.

Ces résultats suggèrent que le milieu marin arctique pourrait être encore plus hostile aux organismes sensibles à l'acidification, comme le phytoplancton, les mollusques et les crustacées, avec des effets négatifs sur l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut être comprise comme un tout »,...) de la chaîne alimentaire (Une chaîne alimentaire est une suite d'êtres vivants dans laquelle chacun mange celui qui le précède. Le premier maillon d'une chaîne est très souvent un végétal...).

En savoir plus:
Emergent constraint on Arctic Ocean acidification in the twenty-first century,
Jens Terhaar, Lester Kwiatkowski & Laurent Bopp,
Nature, https://www.nature.com/articles/s41586-020-2360-3
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.096 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique